Caroline Abbé: «La polémique sur les célébrations des Américaines m’a surprise»

FootballChronique de l'ex-capitaine de l'équipe de Suisse, qui pose son regard sur la Coupe du monde féminine en France.

Caroline Abbé, ancienne capitaine de l'équipe de Suisse féminine de football.

Caroline Abbé, ancienne capitaine de l'équipe de Suisse féminine de football. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

J’ai été vraiment étonnée de constater que les célébrations des buts américains contre la Thaïlande (13-0) ont suscité la polémique. J’ai avant tout vu des filles heureuses d’être sur un terrain à un événement aussi important pour elles qu’une Coupe du monde. Elles étaient simplement contentes de marquer, même s’il est vrai que l’adversaire était largement inférieur. Mais tout de même: elles n’ont pas exagéré, elles ne se sont pas moquées des joueuses qui étaient en face. Elles ont simplement véhiculé de la joie, de l’enthousiasme, et je pense que ce sont des notions importantes pour un sport qui doit continuellement se «vendre» et séduire une audience volatile. Les supporters qui viennent au stade le font aussi parce qu’ils veulent se divertir et ressentir des émotions. En football, les buts sont une composante importante de cette notion de spectacle. Il est vrai que c’est toujours délicat lorsqu’une équipe n’est pas à la hauteur. Mais faut-il vraiment arrêter de les célébrer sous peine de manquer de respect? Je ne pense pas. On dit aussi que respecter un adversaire, même s’il est plus faible, c’est l’affronter en jouant à fond. De toute manière, quoi qu’on fasse,

il y aura toujours quelqu’un, quelque part, pour émettre des critiques… Ce genre de large résultat est toutefois de plus en plus rare chez les filles, et cela démontre que les petites équipes ne cessent de progresser. Elles ont appris à défendre, à être plus solides sur le plan tactique. On l’a vu depuis le début de la compétition: hormis la claque des Américaines contre les Thaïlandaises, les favorites ont éprouvé des difficultés avant de passer l’épaule contre les petites équipes. Ce nivellement vers le haut est un bon signe pour le développement du football féminin. Autre point positif, j’ai été épatée par les audiences TV réalisées notamment pour les matches de l’équipe de France. Mercredi soir contre la Norvège, dix millions de téléspectateurs ont suivi la rencontre. C’est énorme! L’engouement est très fort autour de cette Coupe du monde, et c’est un constat extrêmement réjouissant pour notre sport. Autour de moi aussi, je sens qu’il y a de l’intérêt pour cette compétition. Les gens m’en parlent, suivent les matches et ont vraiment l’air de s’y intéresser, même si malheureusement la Suisse n’y est pas. Si l’on excepte les quelques stéréotypes habituels entendus çà et là au sujet du foot féminin, j’ai le sentiment que ce début de tournoi est une réussite.

Créé: 13.06.2019, 22h13

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.