Bolt: «J’ai vu trop de champions revenir et se faire humilier»

Athlétisme Le sprinter jamaïcain ne reviendra pas en arrière. Pour l’instant, il veut prendre du bon temps.

Usain Bolt, l’homme le plus rapide du monde, a tiré sa révérence à Londres.

Usain Bolt, l’homme le plus rapide du monde, a tiré sa révérence à Londres. Image: REUTERS

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une page s’est tournée. L’homme le plus rapide du monde a tiré sa révérence en levant les yeux au ciel. «Je pensais que j’allais pleurer mais les larmes ne sont pas venues», s’est confié dimanche soir Usain Bolt. Il venait de faire son tour d’honneur, en marchant, sans se laisser emporter par la musique de Reggae Night. Son visage était ému, presque grave. Sur un tableau électronique, deux chiffres: 9’’58 et 19’’19. Ses deux records du monde. Son testament gravé dans le marbre. «Mon héritage? Je crois plutôt que c’est un message que je veux adresser à la jeune génération. Lui dire que tout est possible, qu’elle ne doit pas se fixer de limites. Que pour réussir, il faut travailler dur et être fort. C’est ce que j’ai voulu prouver tout au long de ma carrière. Je cours depuis l’âge de 10 ans, mais là, j’ai besoin de repos, de prendre du bon temps…»

Un ton sérieux, solennel

Dans les entrailles du stade olympique, tandis que les cérémonies de remise de médailles sont expédiées à la chaîne, le sprinter jamaïcain débite sa bonne parole. Là encore, le ton est sérieux, presque solennel. Ça sent le plan de communication. Plus tôt dans la journée, Usain Bolt, flanqué de son agent, Ricky Simms, a offert ses exclusivités. Une façon habile de dégoupiller les insinuations qui se répandent sur les réseaux sociaux. Sa crampe ne serait-elle qu’une mise en scène? Une échappatoire plus commode qu’une nouvelle défaite? Certains esprits mal tournés l’ont trouvé fort mauvais comédien. Selon la version officielle, le Jamaïcain s’était déjà blessé le matin de la course. Il aurait couru par «devoir». Le froid qui sévissait dans la chambre d’appel a eu raison de ses ischio-jambiers fragiles.

«Je me dois à mes fans. C’est pour eux, pour répondre à leurs vœux, que j’ai prolongé d’un an ma carrière après les Jeux», réaffirme Usain Bolt en conférence de presse. Là aussi, on joue à guichets fermés. Au chat et à la souris. A l’entendre, son sponsor et l’IAAF (association internationale des fédérations d'athlétisme) ne sont pour rien dans sa décision. A Rio, il aurait cependant pu s’arrêter au sommet de son art, sans risque de faire la saison de trop. Nourrit-il des regrets? «Non, aucun», affirme-t-il. Il balaie tout aussi catégoriquement l’idée d’un retour sur piste. Son arrêt est irrévocable. «J’ai vu trop de champions revenir et se faire humilier.»

A Londres, il n’a pourtant pas vécu une sortie digne de son rang. «Je ne pense pas qu’un mauvais championnat puisse remettre en question tout ce que j’ai réalisé durant ma carrière. Ce sont les aléas de la compétition. D’autres athlètes de renom ont été à la peine. Il y a eu des surprises, des chocs», rétorque la «Foudre». On l’a comparé à Mohamed Ali, sorti du ring par la petite porte. «Et alors? Il est toujours le plus grand boxeur de l’histoire.» Le ton devient plus ardent. Usain Bolt veut affirmer ses vérités. Son plus grand souvenir d’athlète n’est pas celui que l’on pense. «C’est ma finale mondiale en 2015 à Pékin (ndlr: gagnée d’un centième devant Justin Gatlin, son bourreau à Londres). J’ai fait preuve là d’un sacré caractère», se souvient-il.

Le sprint à bout de souffle

Comment l’homme qui a dit au revoir à ses fans et à son passé d’athlète envisage-t-il l’avenir? L’athlétisme restera-t-il au cœur de sa vie? «Je vais voir avec mon agent et Sebastian Coe (ndlr: le président de l’IAAF) comment je peux faire pour aider mon sport», répond-il. En Jamaïque, le sprint, qui a fait sa force et sa réputation, semble un peu à bout de souffle. «Il y a toujours beaucoup de jeunes talents dans mon pays, mais ils doivent avoir le désir de devenir les meilleurs, comme je l’ai fait.» Deviendra-t-il assistant coach comme le lui a suggéré Glen Mills, son fidèle entraîneur? «On verra…» En projet, il a surtout envie d’ouvrir sa boîte de nuit!

Et le foot dans tout ça? «Non, ce n’est plus d’actualité. Pour l’instant, je dois me soigner. Avec Lukaku, Rashford et Matic, impressionnants contre West Ham, Manchester United n’a vraiment pas besoin de moi…» Usain Bolt se déride enfin. «Merci les gars pour votre soutien. Certains d’entre vous n’ont pas toujours écrit des choses très sympathiques sur moi, mais je ne vous en veux pas. Ce sont les règles du jeu…»

Créé: 14.08.2017, 16h38

Articles en relation

A Londres, dans un stade sacrificiel, Bolt n’est pas parti à la retraite en flèche

Athlétisme Les Mondiaux n’ont pas fait de cadeau d’adieux au sprinter jamaïcain, fauché par une crampe. Plus...

Renvoyé à l’âge de bronze, Usain Bolt a perdu son dernier défi

Athlétisme Aux Mondiaux de Londres, la star jamaïcaine, 3e du 100 m derrière les Américains Gatlin et Coleman, a raté sa sortie. Mais la foule l’a ovationné. Et conspué le champion du monde, un ancien dopé de 35 ans. Plus...

Et si, pour Bolt, le plus dur était de réussir sa sortie?

Athlétisme Aux Mondiaux de Londres, le sprinter jamaïcain met dès vendredi la touche finale à son œuvre monumentale. Sur 100 m, son ultime défi est à la mesure de son immense talent. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Léman Express inauguré
Plus...