À Bernex, «un travail de fou» est abattu pour accueillir Thoune

Coupe de SuisseÉvénement hors norme pour le Signal FC Bernex-Confignon, qui défie dimanche le club de Super League en Coupe de Suisse.

Mercredi, de nombreuses personnes étaient présentes pour une séance d’organisation du match.

Mercredi, de nombreuses personnes étaient présentes pour une séance d’organisation du match. Image: BASTIEN GALLAY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Affronter Thoune (dimanche, 15 h), pensionnaire de Super League, en 32es de finale de la Coupe de Suisse, lorsqu’on évolue en 2e ligue interrégionale, l’affaire n’est pas banale. Pour le FC Signal Bernex-Confignon, c’est même la première fois qu’un adversaire si prestigieux lui rend visite. Si sur le plan sportif la sérénité est de mise, à l’impossible nul n’étant tenu, l’organisation de l’événement n’est pas sans causer quelques tourments aux dirigeants du club genevois.

Depuis le 28 juin, date à laquelle le club bernois a été «attribué» aux Jaune et Noir, le président Michel Jaggi et son staff triment pour répondre aux exigences de l’ASF et organiser la rencontre au mieux. «Le protocole administratif est très lourd. C’est un travail de fou», confie le dirigeant, qui ne regrette pas, néanmoins, d’accueillir sur le coteau un adversaire aussi coté. «Le cadeau est un peu empoisonné, mais c’est un joli cadeau. On se réjouit!» assure-t-il en toute sincérité.

Reste que le président bernésien verrait d’un bon œil une révision du système en vigueur en Coupe de Suisse: «Durant les trois premiers tours, les petits clubs, toujours recevant, sont responsables de tout, notamment sur le plan financier. Nous avons la charge de tous les frais», déplore Michel Jaggi, qui évalue les coûts de ce match entre 7000 et 8000 francs. Pas une paille pour un petit club amateur, bien évidemment. Et encore le montant finalement dû pourrait-il prendre l’ascenseur.

«Pour la sécurité, entièrement à notre charge dans le stade, nous devrons engager vingt-deux personnes. Et assurer en bus TPG, entre la gare et le stade, le déplacement de la centaine de supporters thounois attendus, pour lesquels il faut construire une zone sécurisée. La police accorde 200 heures de travail gratuites, mais si on dépasse ne serait-ce que d’une heure, il faut régler l’addition totale. En 2013, pour la venue de Young Boys à Veyrier, elle avait comptabilisé 199 heures», souligne le dirigeant.

Encore heureux que le match ne soit pas considéré comme à risques. Si ces questions sécuritaires lui font perdre quelques cheveux de plus, le président relève la collaboration de la Commune, qui met la Voirie à disposition, et du sponsor maillots, qui endosse le barriérage. Les joueurs, pour leur part, ont mis la main à la pâte pour disposer des affiches dans la commune. «Avec tout cela, on pourra peut-être s’en sortir sans trop de déficit», espère le président.

Rien à perdre

Face au 4e de l’élite du football suisse, les Bernésiens aborderont évidemment la rencontre sans la moindre pression. «On attend ce match sereinement, avec humilité, sans se prendre la tête. L’objectif sera d’avoir du plaisir, de profiter. On n’a rien à perdre», estime le nouvel entraîneur Foued Kahlaoui (33 ans), un Corse qui coache pour la première fois des adultes. «Je compte sur mes joueurs pour faire preuve de solidarité, de respect et donner une bonne image du club», ajoute le Français.

Bernex, qui a entamé le championnat par un nul (1-1) à domicile contre Monthey, après avoir dominé Collex-Bossy (2-1) pour le compte de la Coupe de Suisse… 2020-2021, a obtenu le droit défier Thoune suite à trois victoires acquises à l’extérieur entre novembre 2018 et juin dernier. «Nouvel entraîneur, nouveaux joueurs, on est en phase de reconstruction. La mayonnaise doit prendre, d’autant que l’on vient de passer du 4-2-3-1 au 4-4-2», prévient le coach. Et que la fête soit belle!

Accès. Le parcage aux alentours du stade sera impossible. Des navettes seront organisées depuis le P+R à l’entrée de Bernex.

Créé: 16.08.2019, 12h17

Articles en relation

Arnaud Cerutti: À Bernex et Carouge, on veut faire appel à la magie de la Coupe

La revue des blogs Jean-Dominique Michel: Neurosciences et évolution de la religion. Sylvie Neidinger: La journée des gauchers. Pascal Gavillet: ”Les mauvais films, c'est de la flatulence intellectuelle”- Claude Bonard: 15 août 1944, Provence, un débarquement méconnu. Plus...

Jean-Michel Aeby est de retour à Etoile Carouge

Football Remercié par le Lancy FC, l'ex-entraîneur de Marignac s'est engagé pour un an chez les Stelliens, son club d'origine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Budget 2020: 590 mio de déficit prévus
Plus...