«Plus beau et plus difficile qu’imaginé»

Rallye-raidVincent Gonzalez découvre le Dakar. Le Genevois de 60ans est 20e de sa catégorie à mi-parcours. Il est subjugué.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On ne lui en voudrait pas si, le corps forcément marqué par une semaine d’efforts, une certaine lassitude émergerait de son discours. Mais c’est tout le contraire: l’enthousiasme du Genevois Vincent Gonzalez ne se dément pas.

À 60 ans, il semble même prendre chaque jour un peu plus d’ampleur, courbe ascendante parallèle à sa progression au classement général de la catégorie SSV, les «abeilles bondissantes» du plus célèbre des rallyes-raids.

«Les premières impressions? C’est au-delà de tout ce que je m’étais imaginé. C’est vraiment difficile, les journées sont longues, les soirées courtes et les nuits encore plus. Mais à chaque étape, le plaisir de conduite est total, jamais je n’avais encore vécu cela avec autant d’intensité», confiait Vincent Gonzalez samedi à Riyad, lors de la seule journée de repos de la course.

Rookie du Dakar, l’entrepreneur n’est de loin pas un débutant de la discipline, lui qui a notamment terminé troisième de la Coupe du monde en 2018 (9 courses): «Le Silk Rally – Moscou-Pékin – et l’Africa Race, notamment, étaient déjà des gros morceaux, mais il n’y a rien de comparable avec le Dakar. On roule au maximum chaque jour, le niveau est très élevé.» Et le terrain, les décors? «À couper le souffle, on découvre un pays qui a longtemps été totalement fermé, j’y reviendrai en vacances», ajoute Vincent Gonzalez.

Mais avant les vacances, il y a une deuxième semaine qui s’annonce très exigeante: «On va recommencer par un très gros morceau, la plus longue étape de la course. Ce qu’il faut savoir, c’est que lorsque le descriptif de l’étape à venir parle d’une première partie «roulante», cela veut dire qu’elle est rapide, mais cela ne précise pas qu’à chaque instant, on peut se retrouver avec de grosses pierres devant soi», reprend le Genevois.

La concentration doit être totale. Et le véhicule solide: «À part quelques crevaisons, nous n’avons pas connu la moindre alerte. Pour des questions de sécurité, on a profité de la journée de repos, ce samedi, pour remplacer le turbo et le système Variomatic de changement de vitesses.»

Restent six étapes. Et jusqu’à l’ultime, vendredi, des retournements de situation sont possibles, dans toutes les catégories. Dans cette classe SSV – buggys quatre roues motrices, moteur 1000 cm3, vitesse maximale bloquée à 120 km/h – comme pour la victoire au scratch.

Créé: 12.01.2020, 20h51

Articles en relation

Nicolas Brabeck-Letmathe, accro du Dakar et des nobles causes

Rallye-raid Installé à Lausanne. il se présente volontiers comme un citoyen du monde. Il est aussi le seul motard suisse du Dakar 2020. Plus...

Galères et record pour les Genevois du Dakar

Rallye-raid Alors que le motard Hugo Lopes a la voix cassée après son abandon, le pilote auto Rémy Vauthier fait le spectacle sur les pistes du Pérou. Plus...

Le Dakar de la débrouillardise

Rallye-raid Hugo Lopes, motard genevois et instituteur à l’école de Cressy, est parti pour le Pérou afin de réaliser un rêve familial. Plus...

Rémy Vauthier adore toujours jouer dans le sable

Automobilisme À 63 ans, l’architecte genevois participe à son deuxième Dakar, cette fois aux commandes d’un buggy MD Rallye Sport. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: les communes les plus riches ont le plus de chiens
Plus...