Arnaud Tonus, le calme apparent du champion

MotocrossLe Genevois Arnaud Tonus est bluffant. On a beau le connaître depuis longtemps, la finesse qui émane de son parler et son calme interpellent. Mais sur sa moto, il est un tout autre homme.

Arnaud Tonus entame la saison 2020 certain d'avoir les capacités de briller.

Arnaud Tonus entame la saison 2020 certain d'avoir les capacités de briller.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La voix est douce. Le discours posé. Arnaud Tonus, 29 ans en juin, préfère rugir sur les terrains de cross, là où se marient le côté finesse de son caractère (merci maman Kelita!) avec la force physique et l’abnégation de l’athlète qu’il est (merci papa Charly!).

La finesse, c’est son pilotage, que les observateurs admirent de manière unanime. L’abnégation, c’est la façon dont le Genevois a surmonté les coups durs, les blessures, la maladie lorsqu’il était parti vivre son rêve aux Etats-Unis. Revenu en Europe, Tonus a terminé 2019 au cinquième rang final du championnat du monde MXGP, après avoir collectionné les podiums au cœur de la saison.

Coup d’arrêt

2020? La saison commence ce week-end, à Matterley Basin (GB). Tonus, avec le vice-champion du monde en titre, le Zurichois Jeremy Seewer, et le Français Gautier Paulin, est l’un des trois pilotes officiels de la marque japonaise. La préparation a été bonne, jusqu’à un léger coup d’arrêt, il y a deux semaines: «Une petite chute à l’entraînement. Le pouce gauche s’est retourné, les ligaments ont été touchés; rien de grave, mais j’ai préféré calmer le jeu. Ce week-end, je vais essayer de gérer mes efforts. Le championnat est long», dit-il.

La blessure de fin de saison dernière au poignet? Oubliée. «J’ai repris la moto mi-novembre, pour les premiers tests, mon hiver a été excellent.» Il y a douze mois, alors qu’il relançait sa carrière après une grave blessure, le crossman genevois, fidèle à son caractère, restait sur la défensive: «Plutôt que de chiffrer un but, je préfère privilégier la qualité. On verra où cela me mène», disait-il alors. Et aujourd’hui? «Bien sûr que les choses se sont quelque peu précisées en 2019; j’ai montré que j’avais les capacités de gagner. Si je les utilise à 100%, les résultats viendront d’eux-mêmes.» Malgré deux équipiers eux aussi très redoutables? «Moralement, c’est détendu entre nous. Mais attention, dès que nous sommes en course, c’est à nouveau chacun pour soi», ajoute Tonus.

Créé: 28.02.2020, 16h17

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...