Wawrinka pousse un grand «ouf» de soulagement

TennisPassé par tous les états d’âme, Stan Wawrinka a su se remobiliser à temps pour s’extraire du piège Andreas Seppi (4-6, 7-5, 6-3, 3-6, 6-4).

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Stan Wawrinka sera bien au rendez-vous du troisième tour de l’Open d’Australie vendredi face à John Isner. Il a su surmonter ses doutes et ses frustrations pour retourner un match qui a failli lui échapper deux fois. Imprécis et irritable durant un set et demi, le Vaudois a d’abord su sonner la révolte en fin de deuxième manche alors qu’Andreas Seppi (ATP 85) servait pour s’envoler. Il s’est ensuite relancé après avoir cédé son service en premier dans le cinquième set. Après 3h38 d’une bataille intense mais inégale, «Stanimal» pouvait donc placer une dernière fois l’index sur sa tempe. Il venait de remporter une victoire qui pourrait valoir très cher (4-6, 7-5, 6-3, 3-6, 6-4).

Avertissement salvateur

Est-ce l’avertissement que Stan Wawrinka a reçu en milieu de deuxième set pour avoir envoyé une balle contre le toit de la Margaret Court Arena qui l’a dans un premier temps remis en selle ? Il répondra à cette question dans les heures qui viennent. Mais depuis le bord du court, il y aura eu chez «Stanimal» un avant et un après. Jusqu’à cet incident – qui le poussa à longuement discuter avec l’arbitre Alison Hughes et le superviseur Gerry Armstrong – le champion 2014 semblait emprunté, doutant de ses choix et de ses frappes. Pire, le Vaudois donnait l’impression d’être paralysé par une énergie qu’il n’arrivait pas à sortir. Or sur le jeu suivant l’argument, il salua deux échanges gagnés par deux énormes cris. Stan Wawrinka était redevenu le patron sur le court.

Seppi, contreur né

Alors bien sûr, Andreas Seppi n’était pas étranger aux difficultés rencontrées jusque-là par le Vaudois. Pour rappel, les deux hommes s’étaient rencontrés en huitièmes de finale ici même il y a trois ans. Et «Stanimal» l’avait remporté au bout de trois tie-breaks. Depuis, l’Italien n’a rien changé de ce qui en fait un étalon du circuit depuis quinze ans. L’homme est un patient contreur, face à qui il est délicat de choisir le moment de la prise de risques. Le genre de joueur contre qui vous pouvez exploser tout seul.

Victoire miraculeuse

Parce qu’il a su dompter sa frustration, Stan Wawrinka a fini par trouver ce fin réglage le match avançant. Et parce qu’il a su rester calme après la perte d’un quatrième set durant lequel il laissa passer quatre balles de break (à 3-3), le Vaudois va certainement puiser une tonne de vibrations positives dans cette victoire un rien miraculeuse. «Ce match aurait pu basculer de son côté, admettait-il après la balle de match. Andreas avait le break au cinquième Je suis juste super content de m’en être sorti. C’est toujours spécial de gagner tard le soir dans une telle ambiance. Je me réjouis de revenir samedi.»

Isner samedi

Ce sera face à John Isner et son service de mammouth. Stan Wawrinka devra donc surmonter un autre type de frustration: celle que suscitent les grands serveurs. L’année dernière, l’homme aux trois titres du Grand Chelem l’avait éprouvée à ses dépens contre Milos Raonic (défaite en quatre tie-breaks). À lui de montrer vendredi face à «Big John» tout le chemin parcouru en douze mois.

Mathieu Aeschmann, Melbourne

Créé: 23.01.2020, 13h15

Articles en relation

«Ce qui compte, c’est d’avancer dans le tournoi»

Tennis Ravi de son niveau au service, Stan Wawrinka sait qu’il peut encore monter en puissance. Comment? «En empilant les matches.» Plus...

Stan Wawrinka a dû se retrousser les manches

Tennis Le Vaudois a peiné pour dominer le Bosnien Damir Dzumhur pour ses débuts à l'Open d'Australie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...