Un tweet raciste du Spartak fait scandale

FootballLe Spartak Moscou, déjà sous le coup de plusieurs enquêtes de l'UEFA pour comportement raciste, s'est à nouveau illustré avec un commentaire raciste publié sur Twitter.

L'équipe du Spartak ici dans un match contre Séville.

L'équipe du Spartak ici dans un match contre Séville. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Regardez comment des chocolats fondent au soleil»: le Spartak Moscou, déjà sous le coup de plusieurs enquêtes de l'UEFA pour comportement raciste, s'est à nouveau illustré avec un commentaire raciste publié sur Twitter dans une vidéo montrant des joueurs noirs du club à l'entraînement à Dubaï.

Le défenseur international russe du club moscovite Georgi Dzhykia, en charge samedi du compte Twitter du Spartak qu'il a alimenté de nombreuses vidéos, a fait cette réflexion alors qu'il filmait ses coéquipiers brésiliens Fernando, Luiz Adriano et Pedro Rocha à l'entraînement à Dubaï, où le champion de Russie en titre est en stage pour la trêve hivernale. Ce tweet polémique n'est plus disponible.

Le tweet a été retweeté plus de 1400 fois, bien plus que les autres précédents publiés par le club, et provoqué une avalanche de commentaires avant d'être supprimé. Quelques heures plus tard, le Spartak Moscou a publié un autre tweet (ci-dessous) dans lequel le milieu de terrain Fernando affirme en russe qu'il «n'y a pas de racisme au Spartak, nous sommes des amis et une famille».

(si/nxp)

Créé: 13.01.2018, 17h33

Articles en relation

Insultes racistes: il quitte le terrain en pleurs

Football Everton Luiz, joueur brésilien du Partizan de Belgrade, a été victime de cris racistes lors d'un match dimanche. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Tunisie: un projet de loi veut que les femmes héritent autant que les hommes
Plus...