Stan Wawrinka coince contre Alexander Zverev

TennisAprès un premier set de rêve, le Vaudois s’est peu à peu désuni face au service de mammouth de Zverev (6-1, 3-6, 4-6, 2-6).

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Stan Wawrinka ne revivra pas le frisson d’une demi-finale en Grand Chelem. Comme à New York il y a quatre mois, il a été stoppé en quarts de finale par un représentant de la nouvelle garde. Après Daniil Medvedev, c’est Alexander Zverev (22 ans, 7e mondial) qui a pris le meilleur sur le Vaudois, une fois encore en quatre manches (1-6, 6-3, 6-4, 6-2).

Pourtant «Stanimal» avait débuté ce quart de finale sur le même rythme qu’il avait terminé son huitième. Impressionnant de tranquillité en fond de court, il surmontait le déficit d’un premier service en berne (32%) pour littéralement assommer la première manche. Installé en tribune présidentielle, Pat Cash alignait les mimiques admiratives. Le champion 2014 s’était installé dans la zone (6-1).

Ce premier set trop parfait s’est-il retourné contre lui? Il y a peut-être un peu de ça. Mais l’explication se cache plutôt dans la qualité de la première balle de l’Allemand. Lors de la seconde manche, Alexander Zverev arma en effet 90% de premières balles et n’abandonna… aucun point sur son service! Une statistique assez ahurissante qui aura eu pour effet collatéral de faire basculer la nervosité à l’échange de l’autre côté du filet. Un break en fin de set (3-4), un autre en début de troisième manche et la partie avait complètement changé de visage.

A bout de forces

Alors bien sûr, Stan Wawrinka s’accrocha. Il débreaka le vainqueur du Masters 2018, tenta de le bousculer sur son côté coup droit, le moins stable. Mais porté par son formidable service (83% de première au 3e set), Alexander Zverev économisait des forces qu’il réinvestissait ensuite intelligemment dans un jeu de défense en nette amélioration. Comme un symbole, le break décisif tombait d’ailleurs après un long échange au bout duquel «Stanimal» sembla perdre en énergie et en lucidité (2-3).

Les forces abandonnèrent ensuite totalement le Vaudois (souffre-t-il lui aussi de l'adducteur?). Après avoir résisté à la maladie, survécu à cinq manches contre Seppi puis Medvedev, Stan Wawrinka n’avait plus les moyens de retourner une autre situation compromise. Il quitte donc Melbourne sur la satisfaction d’y avoir joué son meilleur tennis et la déception de n’avoir pas réussi à enchaîner contre un deuxième «Top 10» (comme à Roland Garros contre RF et à New York contre Medvedev). Le temps se chargera de trier entre ces deux sentiments.

Mathieu Aeschmann, Melbourne

Créé: 29.01.2020, 07h20

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les PV diminuent depuis que les policiers doivent y écrire leur nom
Plus...