Passer au contenu principal

TennisStan Wawrinka coince contre Alexander Zverev

Après un premier set de rêve, le Vaudois s’est peu à peu désuni face au service de mammouth de Zverev (6-1, 3-6, 4-6, 2-6).

Novak Djokovic s'en va après la traditionnelle séance photos du vainqueur de l'Open d'Australie au lendemain de son titre.
Novak Djokovic s'en va après la traditionnelle séance photos du vainqueur de l'Open d'Australie au lendemain de son titre.
Keystone
Novak Djokovic prend la pose avec le trophée Norman Brookes Challenge au lendemain de son sacre.
Novak Djokovic prend la pose avec le trophée Norman Brookes Challenge au lendemain de son sacre.
Keystone
Le Canadien Denis Shapovalov, classé 13e joueur mondial, a perdu ses nerfs et la partie face au Hongrois Marton Fucsovics.
Le Canadien Denis Shapovalov, classé 13e joueur mondial, a perdu ses nerfs et la partie face au Hongrois Marton Fucsovics.
AFP
1 / 54

Stan Wawrinka ne revivra pas le frisson d’une demi-finale en Grand Chelem. Comme à New York il y a quatre mois, il a été stoppé en quarts de finale par un représentant de la nouvelle garde. Après Daniil Medvedev, c’est Alexander Zverev (22 ans, 7e mondial) qui a pris le meilleur sur le Vaudois, une fois encore en quatre manches (1-6, 6-3, 6-4, 6-2).

Pourtant «Stanimal» avait débuté ce quart de finale sur le même rythme qu’il avait terminé son huitième. Impressionnant de tranquillité en fond de court, il surmontait le déficit d’un premier service en berne (32%) pour littéralement assommer la première manche. Installé en tribune présidentielle, Pat Cash alignait les mimiques admiratives. Le champion 2014 s’était installé dans la zone (6-1).

Ce premier set trop parfait s’est-il retourné contre lui? Il y a peut-être un peu de ça. Mais l’explication se cache plutôt dans la qualité de la première balle de l’Allemand. Lors de la seconde manche, Alexander Zverev arma en effet 90% de premières balles et n’abandonna… aucun point sur son service! Une statistique assez ahurissante qui aura eu pour effet collatéral de faire basculer la nervosité à l’échange de l’autre côté du filet. Un break en fin de set (3-4), un autre en début de troisième manche et la partie avait complètement changé de visage.

A bout de forces

Alors bien sûr, Stan Wawrinka s’accrocha. Il débreaka le vainqueur du Masters 2018, tenta de le bousculer sur son côté coup droit, le moins stable. Mais porté par son formidable service (83% de première au 3e set), Alexander Zverev économisait des forces qu’il réinvestissait ensuite intelligemment dans un jeu de défense en nette amélioration. Comme un symbole, le break décisif tombait d’ailleurs après un long échange au bout duquel «Stanimal» sembla perdre en énergie et en lucidité (2-3).

Les forces abandonnèrent ensuite totalement le Vaudois (souffre-t-il lui aussi de l'adducteur?). Après avoir résisté à la maladie, survécu à cinq manches contre Seppi puis Medvedev, Stan Wawrinka n’avait plus les moyens de retourner une autre situation compromise. Il quitte donc Melbourne sur la satisfaction d’y avoir joué son meilleur tennis et la déception de n’avoir pas réussi à enchaîner contre un deuxième «Top 10» (comme à Roland Garros contre RF et à New York contre Medvedev). Le temps se chargera de trier entre ces deux sentiments.

Mathieu Aeschmann, Melbourne

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.