Passer au contenu principal

Tous les solitaires ont adoré l’aventure au long cours

Avec un parcours rallongé, la Translémanique a pris une nouvelle dimension.

Avec un parcours rallongé, la Translémanique a pris une nouvelle dimension. Photo: David Carlier, www.davidcarlierphotography.com
Avec un parcours rallongé, la Translémanique a pris une nouvelle dimension. Photo: David Carlier, www.davidcarlierphotography.com
Avec un parcours rallongé, la Translémanique a pris une nouvelle dimension. Photo: David Carlier, www.davidcarlierphotography.com
Avec un parcours rallongé, la Translémanique a pris une nouvelle dimension. Photo: David Carlier, www.davidcarlierphotography.com
Photo: David Carlier & EP Medias #SYZTL17
Photo: David Carlier & EP Medias #SYZTL17
1 / 39

C’est la solitaire de toutes les premières. Sur un parcours rallongé inédit, deux néophytes de cette classique lémanique se sont imposés. Le Vaudois François Thorens a coupé la ligne le premier et s’impose en temps réel (en 12h 13’ 20’’) à la barre de son Psaros 40 TBS. Il devance Nicolas Groux (Oyster Fund) et le tenant du titre Alain Gautier (Fujin). L’autre grand vainqueur est Frédéric Vandenberghe. Le Genevois s’impose en temps compensé en 16 h 09’ 16’’ sur le VX One Lovitana. Deuxième, le vainqueur de 2015 Alain Hostettler (sur le 6.5 m SI Nicolas). Le podium est complété par le Surprise Lunadu redoutable et expérimenté Renaud Stitelmann.

Cette victoire de Frédéric Vandenberghe permet de rappeler que la Syz Translémanique en solitaire a historiquement été une épreuve de temps compensé. C’est un ainsi que chaque type de bateau est nanti d’un coefficient en fonction de ses caractéristiques (longueur, largeur, mât, etc.). Ce coefficient s’applique au temps réel pour donner le résultat compensé. Le but de la démarche, c’est de mettre en avant le marin qui aura su exploiter au mieux le potentiel de son bateau.

Pour les uns, le vrai vainqueur de la Translémanique est donc Frédéric Vandenberghe. Pour les autres, c’est celui qui coupe la ligne en premier. Peu importe dans le fonds tant cette course a apporté son lot de satisfactions aux concurrents dans sa version longue inédite. A tous les étages, dans toutes les classes, les régatiers ont profité du plus beau stade du monde et d’une météo bien tordue pour se livrer à de beaux duels.

Samedi matin, les 105 concurrents se sont élancés comme un seul bateau au vent de travers. Des monocoques penchés, un jet-d’eau bien dressé et la rade en toile de fond; un bien beau tableau à décourvrir au ras de l’eau. En un bord, ou presque, le petit lac a été avalé. A peine le temps de se mettre dans le rythme pour affronter les aléas du Grand-lac et du Haut-lac. Côte suisse, côte française ou voie médiane, aucune option ne s’est avérée décisive lors de la remontée vers Villeneuve. Toujours aux avant-postes, François Thorens est passé au Bouveret en 3e position dans le sillage de Outsider 5 -Not Shy de François Bopp (1er) et d’Alain Gautier (Fujin). C’est dans le retour vers la Nautique que le vainqueur a fait la différence. «Je suis super content, déclarait-il à son retour à terre. J’ai acquis ce voilier il y a deux ans et c’est la première grande victoire que je remporte avec.» Il y en aura d’autres, à coup sûr, tant ce navigateur a démontré qu’il maîtrisait en solo, un bateau qui se mène à huit d’ordinaire!

En direct avec le vainqueur en temps compensé, Frederic Vandenberghe

L’adaptation au solitaire est la clé lors d’une telle course. C’est aussi ce qu’expliquait Frédéric Vandenberg. «Normalement nous sommes à trois sur ce bateau. Au rappel, tout seul, je manquais de poids. Je me suis donc mis dans les sangles autant que je pouvais, j’avoue bien sentir mes abdos, oui! C’est ma première solitaire, et pas la dernière, puisqu’il y a ce challenge à remporter.» Et à conserver!

Tous ceux qui ont inauguré ce nouveau parcours au long cours – avant, la mi-course était fixée à Lutry – ont adoré. Avec seulement sept abandons à déplorer, l’organisateur Jean-Luc Lévèque et le Cercle de la voile de la SNG ont reçu la meilleure des réponses au défi de taille qui était proposé au régatiers. Les solitaires étaient bien préparés. Et ils ont tous adoré.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.