Passer au contenu principal

Show devant, Athletissima saute à Ouchy et refait sa piste au pas de course

Le 4 juillet, Renaud Lavillenie et les as de la perche se donneront en spectacle au bord du lac.

Renaud Lavillenie va découvrir - et conquérir ? - le ciel d'Ouchy.
Renaud Lavillenie va découvrir - et conquérir ? - le ciel d'Ouchy.
Jean-Guy Python

Athletissima n’a pas peur de la concurrence. Entre une volée acrobatique de Neymar et un revers slicé de Roger Federer, le meeting lausannois compte bien garder sa place en tête d’affiche, le jeudi 5 juillet à la Pontaise. Son casting est prometteur, avec pas moins de 21 champions olympiques et du monde inscrits au générique, sans compter les stars de demain que sont Noah Lyle sur 200 m ou Abderrahman Samba sur 400 m haies. On en oublierait presque qu’Usain Bolt a pris sa retraite.

Privé de son héros jamaïcain, en panne de popularité, l’athlétisme poursuit toutefois ses travaux de relookage. Le show-business qui gère le sport moderne est à ce prix. Mais comment se réinventer sans trahir son esprit académique? La Ligue de diamant a trouvé un filon: sortir du stade et se donner en spectacle au cœur des villes. En 2020, elle obligera tous ses meetings à créer un City Event, comme le fait depuis 2010 le Weltklasse en mettant sous toit ses concours du poids ou de la perche dans la gare de Zurich. Si les puristes s’étranglent — on a même sauté en longueur, l’an passé à Tignes, à 3000 m d’altitude, au pied du glacier de la Grande Motte! —, Jacky Delapierre applaudit l’initiative et s’y plie par anticipation. Quoi de mieux que la fan zone d’Ouchy, prêtée gracieusement, pour y faire voltiger, la veille d’Athletissima, Renaud Lavillenie et les as de la perche? L’occasion a fait le larron. «C’est à la fois une belle promotion pour notre sport et une jolie vitrine pour la ville de Lausanne. En plus, les athlètes adorent. En une semaine, le plateau était monté», confie le patron du meeting.

Coût de ce concours délocalisé, gratuit pour le public et diffusé en direct à la TV: 130 000 francs, dont 80 000 francs de price money. Une paille pour une perche du lac mise en scène dans les règles de l’art. «Le plus dur a été de trouver un sautoir homologué. Il vient de Paris. Après le dernier match des huitièmes de finale, on n’aura que douze heures pour l’installer. Ça va être chaud.»

Mais le sprint est une spécialité maison. C’est aussi au pas de course que la piste de la Pontaise (cloquée et infiltrée d’eau) a été refaite de fond en comble dans sa ligne droite finale. La dernière couche sent bon la laque, les lignes seront tracées la semaine prochaine. Sera-t-elle aussi rapide que la précédente? «En tout cas, elle a du répondant. Dessus, je marche plus vite qu’avant», répond Adamo Vionnet, le directeur technique du meeting.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.