Même Sarkozy roulait pour Armstrong

DopageLance Armstrong bénéficiait de soutien dans la plus haute instance du cyclisme, mais aussi dans les sphères du pouvoir, comme «son proche ami», Nicolas Sarkozy.

Lance Armstrong (à gauche) et Nicolas Sarkozy.

Lance Armstrong (à gauche) et Nicolas Sarkozy. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Même Astérix prenait de la potion magique...», déclare Nicolas Sarkozy alors qu'il reçoit Lance Armstrong pour un déjeuner à l'Elysée. Le coureur cycliste, qui se croyait invincible, a pu mener durant de nombreuses années sa petite entreprise de dopage, car il était protégé au sein des plus hautes sphères du cyclisme et de la politique. C'est ce que révèle jeudi une enquête menée par le Nouvel Observateur.

«Pour moi, le plus beau Tour de Lance, ce n'est pas l'une de ses sept victoires, mais sa troisième place, cette année, pour son magnifique retour!», déclare en 2009 l'ancien président de la République qui joue la carte de l'incrédulité.

Après quatre ans d'absence, le crack de l'EPO, remonte en selle cette année-là pour un Tour de tous les dangers, qui finira par causer sa chute. Infesté par les affaires de dopage, le milieu du cyclisme est sur les dents, multiplie les «descentes» de police et les contrôles. En 2008, comme le souligne l'hebdomadaire, «elles ont été nombreuses et spectaculaires dans les hôtels qui hébergent les coureurs».

L'ami Nicolas

L'année de son retour Lance Armstrong n'est pas inquiété. La magie du carnet d'adresses opère. Pourtant, des seringues sont trouvées dans les poubelles de l'équipe Astana qui possède aussi des kit de perfusion, du matériel banni par l'Agence mondiale antidopage. Une enquête préliminaire est ouverte par la vice-procureure de Paris, mais elle n'aboutit à rien. «Il ne fait aucun doute que les consignes ont été données en haut lieu pour ne pas embêter Armstrong», déclare dans l'hebdomadaire Michel Rieu, conseiller scientifique de l'Agence française de la Lutte contre le Dopage (AFLD).

Les relations du champion déchu qui se dit «grand ami» de Nicolas Sarkozy lui sauvent encore une fois la mise. Son ami Nicolas, amateur de vélo est également un de ses grands admirateurs, tout comme George W.Bush qui possède dans sa résidence «un de ses vélos dédicacés». En Amérique, et surtout dans son Etat d'origine, au Texas, «Big Tex» est vénéré, on le voit même futur gouverneur de l'Etat.

Sans compter que les exploits de Lance Armstrong, l'homme qui a miraculeusement vaincu un cancer en 1996, ont dopé le Tour de France. Le Texan lui a permis d'être diffusé à la télévision américaine et de lui faire gagner popularité et sponsors. Pour le cyclisme Lance Armstrong s'avère une manne, une «cash machine».

Celui qui pouvait tout acheter

Alors, forcément, la chute du champion serait douloureuse. L'Union cycliste internationale (UCI) choisit de le couvrir. En 2006, le coureur est blanchi de soupçons de dopages sur le Tour de 1999. «Big Tex» peut continuer son petit jeu, il n'est jamais inquiété. Sans problèmes, il se présente trop tard aux contrôles ou échappe aux tests. Comme le note l'AFLD dans un rapport, des inspecteurs de l'UCI qui font partie du petit noyau au courant de ces contrôles inopinés, l'informent à l'avance.

Avant le Tour de 2009, le coureur refuse de se soumettre à un test, l'AFLD dénonce, via son ancien patron, l'UCI couvre une nouvelle fois son champion. Il faut dire que Lance Armstrong est généreux avec la plus haute instance du cyclisme. Il l'arrose de 25'000 dollars en 2002 et de 100'000 dollars en 2005 au titre de la lutte contre le dopage.

Car si Armstrong a des contacts, il a aussi beaucoup d'argent. Des dollars qui permettent d'acheter des «lots de Rolex à tous les soigneurs et masseurs» pour en faire ses complices ou d'offrir un vélo à 5300 euros à son ami Nicolas Sarkozy. Avec ses relations et ses billets, l'arrogant coureur bénéficie d'une totale impunité. Et gare à ceux qui veulent faire tomber le champion.

La chute de l'intouchable

Pierre Brodry l'ex-patron de l'AFLD est l'un d'eux. Il se bat pour mettre à jour les agissements du cycliste et lassé, est poussé à la démission. Armstrong aurait demandé la tête du gêneur à l'Elysée. Il a obtenu gain de cause. Pierre Brodry raconte au Nouvel Observateur, «il s'est vanté devant moi d'avoir réclamé ma tête au président. J'ai demandé un démenti à l'Elysée, même privé, je n'ai eu aucune réponse. J'étais consterné.»

L'ancien patron de l'AFLD aura pourtant sa revanche, grâce à l'enquête menée par l'Usada, l'agence antidopage américaine, qui surveille de près le coureur depuis le Tour de 2009. Et veut le faire tomber pour révéler au grand jour le scandale. L'Usada se rend en France en 2010, pour compléter son dossier, elle obtient aussi les confessions des ex-coéquipiers «repentis» du coureur.

Le système de Lance Armstrong, «The Boss» est mis à jour. Le dopage de l'équipe était extrêmement bien rôdé. Tout le monde suivait sans broncher son leader «Lance a toujours exercé une forme de brutalité pour se faire craindre...» confie à l'hebdomadaire un ancien coureur. L'arrogance du champion a rendu sa chute en octobre encore plus frappante. Et cette fois, l'intouchable aura de sérieuses difficultés à se remettre en selle. (nxp)

Créé: 15.11.2012, 11h56

Articles en relation

Lance Armstrong coupe les ponts avec Livestrong

Affaire de dopage Lance Armstrong a officiellement coupé tout lien avec sa fondation caritative contre le cancer, Livestrong, lundi. Plus...

Un ex-équipier d'Armstrong regrette de ne pas s'être dopé!

Cyclisme Benoît Joachim, coureur luxembourgeois et ancien équipier de Lance Armstrong, a implicitement regretté de ne jamais s'être dopé. Plus...

Armstrong joue la provoc

Dopage Lance Armstrong a joué la provocation en postant dans un tweet une photo de lui sur un canapé avec les maillots jaunes de ses sept Tour de France, remportés puis retirés pour dopage. Plus...

L'Agence mondiale antidopage ne fera pas appel

Affaire Armstrong L'Agence mondiale antidopage (AMA) a annoncé vendredi qu'elle ne ferait pas appel des sanctions imposées par l'Agence américaine antidopage (Usada) à l'encontre de Lance Armstrong. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.