Roger Federer: «Je me suis mis en mode panique»

TennisLe Bâlois savait tout de son statut de miraculé après sa victoire contre Gaël Monfils (6-0 4-6 7-6). «J’ai eu besoin de chance et d’une inspiration.»

Roger Federer s'en est sorti de justesse jeudi.

Roger Federer s'en est sorti de justesse jeudi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Roger Federer, n’avez-vous pas remporté le premier set trop facilement?

Bon, vous pouvez toujours rêver d’un double 6-0 mais, en réalité, ça n’existe pas. Et c’est la beauté de notre décompte de points. Peu importe le premier set, tout recommence à zéro. Même si je ne me rappelle plus du break de Gaël au début du deuxième, je me souviens qu’il a mis beaucoup d’intensité dans ses frappes. Il a augmenté le rythme, a commencé à dominer du fond du court. Et même si j’ai eu ma chance de le breaker à 4-4, tout s’est compliqué pour moi. Mais j’y ai toujours cru, je me suis battu. Et je ne sais pas trop comment, le match a basculé de mon côté. Sans doute ai-je eu de la chance et, aussi, les quelques inspirations qui ont fait la différence

Comme ce service-volée sur deuxième balle que vous sortez du chapeau pour sauver la première de ses deux balles de match. Que vous est-il passé par la tête?

Franchement, je ne me sentais pas de gagner ce point du fond de court. Alors j’ai enclenché le mode «panique»: j’ai choisi de servir le coup droit pour le surprendre puis de courir le plus vite possible vers le filet afin de réduire les angles. Et comme j’ai boisé la volée, c’est devenu l’enchaînement parfait (sourire).

Vous avez dit que Nadal restait la référence sur terre battue. Vous affrontez Dominic Thiem vendredi. N’est-il pas devenu, lui aussi, une référence?

C’est clair que ce match va me livrer une foule d’informations. Comme Monfils, Dominic frappe très fort avec beaucoup de lift. Il faut donc tenir son terrain au maximum pour ne pas trop subir. Je vais essayer d’avancer, de lui enlever du temps. Thiem est en forme: j’ai pu m’en rendre compte à Indian Wells et puis il a battu Nadal à Barcelone. Ce sera un très grand test. Cela dit, je continue de considérer que la référence absolue sur terre battue reste «Rafa».

Stan Wawrinka a confirmé qu’il ne jouerait pas la Laver Cup. Est-ce une déception?

Oui. C’est une déception pour moi et, certainement pour le public suisse. Mais je comprends aussi sa décision. J’espérais qu’il choisirait la Laver; j’avais dit à Steve Zacks (le CEO) qu’il fasse son possible pour le faire venir. Mes priorités ont toujours été claires; c’était Rafa, Novak et Stan. Après, il est en forme et veut chasser les points. Je comprends mais c’est dommage.

Créé: 10.05.2019, 07h42

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.