Passer au contenu principal

Roger Federer: «Les choses peuvent très vite changer»

Qualifié avec brio pour les demi-finales du Masters, le Bâlois préfère tempérer l’enthousiasme.

Le britannique Andy Murray et Roger Federer à l’issue du match de jeudi.
Le britannique Andy Murray et Roger Federer à l’issue du match de jeudi.
EPA

Deux heures après avoir atomisé Andy Murray (6-0, 6-1) et une heure après avoir rencontré José Mourinho, Roger Federer s’est présenté devant la presse. T-shirt rouge, training noir, le Bâlois promenait un large sourire. Et pour cause, sa performance londonienne, qui lui a permis d’atteindre les demi-finales du Masters pour la douzième fois de sa carrière, fut lumineuse. Mais, alors que tous les voyants semblent au vert pour lui, il tenait à ne pas se voir trop beau. Morceaux choisis.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.