Le compte à rebours est lancé pour les JO 2026

OlympismeLa Session du CIO désigne la future ville-hôte ce lundi à Lausanne parmi deux candidats: Milan-Cortina et Stockholm-Åre.

Le président du CIO Thomas Bach (au centre), ici devant le musée olympique à Lausanne, annoncera le vainqueur ce lundi.

Le président du CIO Thomas Bach (au centre), ici devant le musée olympique à Lausanne, annoncera le vainqueur ce lundi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tout va se jouer lundi à Lausanne. La ville-hôte des Jeux olympiques d’hiver 2026 sera connue à 18 heures tapantes. Ils ne sont plus que deux à pouvoir l’emporter: l’Italie avec Milan-Cortina ou la Suède avec Stockholm-Åre. «Un tel vote est toujours un moment excitant, se réjouissait dimanche l’ancien athlète Sergueï Bubka. Les deux candidatures sont très proches.»

Les délégations finalistes devront trouver les derniers arguments pour faire pencher la balance lors de cette journée décisive au Swiss Tech Convention Center de l’EPFL. La matinée sera consacrée aux réunions techniques - des discussions gardées secrètes. Puis les 86 membres du CIO voteront à bulletins secrets dans l’après-midi, après une dernière présentation des finalistes. «Nous devrons toucher les gens au cœur», prédisait le Suédois Stefan Holm, ancien sauteur en hauteur et représentant suédois au CIO.

Avec le soutien de la princesse Victoria

Dimanche, les premières salves ont été tirées au Musée olympique. Les deux délégations s’y sont succédé en fin d’après-midi pour rencontrer le président Thomas Bach et avancer leurs pions. La princesse Victoria a mené le clan scandinave, qui comprenait le premier ministre Stefan Löfven et plusieurs anciens champions olympiques, dont le hockeyeur Peter Forsberg. L’héritière s’est montrée confiante devant les micros: «Stockholm-Åre a réfléchi à la durabilité de manière plus poussée. Nous apportons des solutions sur le long terme.»

Les Italiens se sont présentés quelques minutes plus tard avec Giovanni Malago, président du Comité olympique transalpin, à leur tête. «Nous avons une candidature fantastique», s’est-il félicité à la sortie. Milan représente la meilleure ville en Europe et peut-être dans le monde.»

Milan-Cortina favori

Le sprint final s’annonce indécis car les deux dossiers affichent aussi des faiblesses indéniables (voir ci-contre). La candidature de Milan-Cortina semble néanmoins avoir une courte longueur d’avance depuis la publication du rapport de la commission d’évaluation du CIO fin mai. Un retard que les Suédois tentent de combler ces dernières semaines.

Les couloirs de la nouvelle maison olympique fourmillaient ce dimanche matin lors de l’inauguration officielle. Les Jeux 2026 étaient forcément dans toutes les bouches. Chacun avait son analyse et son pronostic. Pourtant, tous les membres du CIO, qui décideraient de l’issue du vote ne semblaient pas encore au point. «Certains d’entre eux se contenteront de choisir la ville où ils se verraient le plus passer deux semaines en hiver, soulignait Liam Morgan, journaliste pour le site de référence britannique InsideTheGames. J’ai parlé à plusieurs membres qui ne connaissaient même pas le nom des deux candidatures.»

Un désintérêt qui fait écho à la discrétion de cette campagne pour les JO 2026. «Même si je suis un initié, je sais finalement peu de chose sur ces dossiers car il y a eu très peu de communication, résume Lars Haue-Pedersen, directeur de Burson Cohn Wolfe, entreprise spécialisée dans le conseil sportif. C’est la course à l’attribution la plus discrète depuis bien longtemps.»

Sion, candidat malheureux

Au coup d’envoi donné en mars 2018, sept pays rêvaient d’organiser ces Jeux d’hiver. La Suisse faisait partie des prétendants avec Sion 2026. Une candidature qui a été stoppée par le refus des Valaisans lors d’un référendum en juin dernier. Une défiance populaire qui a eu un réel impact puisque Graz (Autriche) et Calgary (Canada) ne sont également pas parvenus à convaincre leurs contribuables.

Dans cette optique, les Italiens ont un réel argument à faire valoir. Milan-Cortina bénéficient de plus de 80% d’avis favorables dans le nord du pays. Un enthousiasme qui tranche avec des Suédois partagés (55% seulement sont en faveur des Jeux). «Cela peut paraître faible mais il est sur la pente ascendante depuis plusieurs mois», soulignait Andreas Käck, journaliste à l’Aftonbladet, plus grand quotidien du pays.

Créé: 23.06.2019, 22h39

Les forces et faiblesses des candidats finalistes

MILAN-CORTINA

+ Sites emblématiques: Le ski alpin, sport roi des JO d’hiver, bénéficierait de deux pistes mythiques: celle de Cortina pour les femmes et le Stelvio de Bormio pour les hommes. Le mythique stade San Siro accueillerait la cérémonie d’ouverture.

+ Peu de constructions: 93% des sites existent déjà ou seraient temporaires. Le seul site à construire serait le stade de glace à Milan (15’000 places), notamment pour le hockey.

+ Soutien populaire: les sondages montrent une réelle volonté populaire dans les régions du Nord de l’Italie.

- Écarts budgétaires: La commission d’évaluation a soulevé quelques doutes sur le budget dans un pays où la croissance économique reste

- Solutions à trouver: Certains sites restent encore en suspens, c’est le cas de la piste de bobsleigh et du patinage de vitesse.

- Turin 2006: Ce serait les troisièmes JO d’hiver organisés par l’Italie après Cortina en 1956, et Turin, il y a 13 ans.


STOCKHOLM-ÅRE

+ Durabilité: les Suédois promettent les Jeux les plus écologiques de l’histoire avec des standards élevés dans le domaine.

+ Fonds privés: aucun argent public ne sera investi dans ces Jeux qui affichent un budget modeste de 1,36 milliard de francs suisses.

+ Attribution historique: grand pays de sports d’hiver, la Suède n’a jamais accueilli les JO en février. Les Nordiques attendent depuis 1912 et les Jeux d’été de Stockholm.

- Méfiance populaire: à peine plus d’un Suédois sur deux supporte l’organisation des Jeux 2026. Le soutien politique a été long à se dessiner. La maire de Stockholm refuserait de signer le contrat avec le CIO en cas de victoire.

- Longues distances: Stockholm est à plus de 500 kilomètres d’Åre alors que les sports de glisse auraient lieu en Lettonie.

- Åre, trop petite?: le logement dans cette station de 1400 habitants au nord du pays inquiète le CIO

U.CY

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.