Après sa promotion, ce Servette champion nourrit des ambitions

FootballFace à Brühl, Jérémy Guillemenot et ses copains grenat ont soulevé la Coupe avec beaucoup d’émotions. Le président s’exprime.

Tibert Pont, Jérémy Guillemenot, Matias Vitkieviez et les Grenat? Heureux à plus d’un titre!

Tibert Pont, Jérémy Guillemenot, Matias Vitkieviez et les Grenat? Heureux à plus d’un titre! Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Flamber contre Brühl et que ce soit le plus beau jour de sa vie! Tout feu, tout flamme, il n’a «pas arrêté d’y penser, tout le match». Il aurait tellement voulu réussir cette volée à l’heure de jeu, que les filets de la Praille tremblent une dernière fois. Soigner sa sortie, avec ou deux un buts, comme Ibrahimovic en finale de Coupe de France, face à Marseille. «Mais je ne suis pas Zlatan», sourit Jérémy Guillemenot, le jeune Servettien qui s’en va, la boule au ventre, tenter une autre aventure, ailleurs, plus haut, avec Grasshopper ou avec la réserve de Barcelone.

Ce ballon qu’il a tellement fait ronronner sous ses pieds en or depuis qu’il est junior avec Servette n’a donc pas voulu entrer. C’est Tibert Pont, Matias Vitkieviez, les deux anciens que le No 9 allait encourager quand il était môme, qui se sont chargés, en ce jour de fête, d’emballer la partie.

«Chaud au cœur»

«Partir avec un titre de champion, cela me fait chaud au cœur», jubile Jérémy Guillemenot, ce grand talent de 18 ans, qui a pu partager ses sentiments avec ses copains et les fans. «Qui sait, peut-être que je reviendrai un jour», poursuit, des trémolos dans la voix, ce garçon reconnaissant de ce que lui a donné l’académie des Grenat dont ce titre suisse avec les M18 l’an passé.

Mais comme ses coéquipiers, il ne gardera pas un grand souvenir de cette Promotion league. «C’est une catégorie très physique, où on ne joue pas au foot…» Ses tibias en ont encore des marques indélébiles.

Un an après la relégation administrative, revoilà donc le club genevois en Challenge League. Une ascension programmée, logique, bien gérée, qui réjouit Didier Fischer, président de ce Servette new-look. «Maintenant on va pouvoir oublier les combats et jouer au football avec des arguments qui seront un peu plus faciles pour nos joueurs», sourit le successeur de Quennec, heureux d’avoir pu concrétiser ce premier projet avec son staff technique. Et en premier lieu Anthony Braizat qui a su redonner une âme à sa formation après le départ à Wil de Kevin Cooper à Noël. «Anthony a osé se jeter à l’eau à un moment compliqué, reconnaît Didier Fischer. Il a démontré des qualités de meneur tout en partageant nos valeurs avec des jeunes et du beau jeu en donnant un esprit de corps à l’équipe.»

Une formation qui va forcément être retouchée avant la reprise du championnat, le 27 juillet. Au niveau des arrivées, Jeremy Frick (de retour de Bienne) et Marco Delley (NE Xamax) ont déjà signé. D’autres comme Djamel Mesbah sont sur le feu. «Il y a encore quelques jolies choses à venir, admet le président. On a aussi mis sous contrat de nombreux jeunes, histoire de valoriser notre travail à l’académie.»

Pour ne pas faire le yo-yo

Guillemenot, qui va bientôt chatouiller les étoiles, Adler Da Silva (1998) et Bruno Caslei (1996) ont prouvé, eux aussi, qu’ils sont déjà prêts pour le grand saut. Et jouer les premiers rôles en Challenge League? «Notre volonté est de construire une équipe qui ne va pas faire le yo-yo, souligne Didier Fischer. Une des composantes de notre projet, c’est l’ambition et on est très ambitieux. L’objectif n’est pas d’être champion de Challenge mais… les fans ne vont pas être déçus!»

Le budget de la saison prochaine de 5,2 millions devrait permettre aux Genevois de demeurer compétitifs. «On va chercher des gars d’expérience mais on ne veut pas acheter non plus des joueurs à des salaires importants qui vont boucher la place à nos jeunes», promet un Fischer convaincu qu’Ousmane Doumbia, qui a inscrit le 3-0 le jour de son 26e anniversaire, devrait lui aussi porter ce nouveau maillot grenat à la reprise. «Il a un contrat jusqu’en juin 2017 et un large sourire, bien motivé de rester avec nous», dit-il. Sur Twitter, l’Ivoirien, qui écrit être «béni par Dieu», a vécu samedi, «le plus beau jour de sa vie»… (TDG)

Créé: 22.05.2016, 18h52

Servette - Brühl SG 3-0 (2-0)

Stade de Genève, 2127 spectateurs.
Arbitre: M. Horisberger.
Buts: 4e Pont (pénalty) 1-0, 18e Vitkieviez 2-0, 72e Doumbia 3-0,
Servette FC: Gonzalez; Yagan, Sauthier, Mfuyi, Faug-Porret (27e Caslei); Pont, Hasanovic (57e Doumbia); Vitkieviez (63e Besnard), Gazzetta, Adler Da Silva; Guillemenot.
Brühl SG: Celebi; Senn, Jakupovic, Araujo Prado, Nguyen; Bushati, Pontes Arantes (76e Marvin); Huber, Riedle (82e Giger), Shabani; Sabanovic.
Notes: Servette sans Cadamuro, Baumann, Kursner, Rodrigues, Infante, Fargues (blessés), Braizat, Berisha ni Maouche (suspendus).
Avertissements: 13e Jakupovic (faute sur Vitkieviez), 37e Vitkievivez (anti-jeu).
Expulsion: 41e Jakupovic (faute sur Guillemenot/2e avertissement).

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: les polices municipales pourraient disparaître
Plus...