En plein chantier, la 41e Course de l’Escalade mise sur l’innovation

Course à piedCette année, l’épreuve se donne de l’air en s’étalant sur deux jours (1er et 2 décembre). Comment réagiront les coureurs?

Dès cette année, les enfants courront le dimanche, ce qui devrait permettre une meilleure gestion du programme familial.

Dès cette année, les enfants courront le dimanche, ce qui devrait permettre une meilleure gestion du programme familial. Image: Maurane Di Matteo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Epreuve phare du calendrier helvétique, la Course de l’Escalade se remet en route en ouvrant une nouvelle ère. «On cherche surtout à se donner de l’air», précise Jerry Maspoli, qui a repris les rênes de la manifestation après le long règne de Jean-Louis Bottani. Il fait là allusion à la grande innovation qui caractérise la 41e édition, étendue sur deux jours, le samedi 1er et le dimanche 2 décembre.

Dans les tiroirs depuis longtemps, le changement est à la mesure de ce mégaévénement auquel plus de 51 000 personnes ont pris part en 2017. Son but stratégique: juguler la menace de surpopulation sans recourir à un impopulaire numerus clausus, une autre mesure souvent évoquée mais toujours balayée. «Plus philosophiquement, on veut rendre la course aux coureurs, donner plus de plaisir à tous ceux qui la font vivre, ajoute le nouveau président du comité d’organisation. L’an passé, la journée de samedi a été interminable, sans aucune marge de manœuvre en cas de problème. Non, raisonnablement, on ne pouvait plus continuer ainsi.»

Une économie de papier

Pour l’ancien sprinter et président du Stade Genève, l’héritage est aussi exaltant à recevoir que lourd à porter. «L’avantage, c’est que le stress m’a déjà fait perdre quelques kilos», plaisante-t-il. Cela dit, il ne débarque pas en terre inconnue. Au contraire. Responsable de la logistique durant quinze ans, il connaît la maison comme sa poche, jusqu’au dernier boulon. Il n’y a peut-être que sur le plan financier que l’Escalade repart avec lui de zéro. «Le déficit de la dernière édition a épuisé nos réserves. Il va falloir jouer serré et faire des économies», dit-il. De la parole aux actes, le chemin a déjà été accompli avec la suppression de la brochure informative. «Dans un sondage, 76% des personnes consultées ont déclaré qu’elles pouvaient très bien se passer de papier.» Reflex écologique ou électronique? «Une chose est sûre, cela nous permet d’épargner 110 000 francs», répond Jerry Maspoli.

Bien évidemment, c’est l’extension de la manifestation sur deux jours qui marque le plus son baptême de fonction. C’est un tournant important. Sous sa conduite, l’Escalade ne court-elle pas un risque en bouleversant les habitudes de son public? Les coureurs s’y retrouveront-ils? «Franchement, je n’ai pas trop peur que l’on fasse un flop. Sans Course du Duc, on peut s’attendre à une baisse de fréquentation mais en fait, on n’en sait rien. D’ailleurs, on n’a pas réduit notre commande de prix souvenirs. Et si la nouveauté faisait un carton?»

Après les pouvoirs publics et les partenaires de l’épreuve, qui ont été convaincus, ce sera au tour des sportifs de réagir au changement. La période d’inscription, ouverte lundi, aura valeur de vote. Les parents apprécieront-ils le report des courses enfants au dimanche, favorable à une meilleure gestion du programme familial? Les adeptes du walking ne regretteront-ils pas de se mettre en marche le samedi soir, peu de temps après le départ de la Marmite? «On a cherché la meilleure formule possible en assouplissant les règlements. On a créé des courses élite régionales et doublé les épreuves mixtes, au programme les deux jours. De toute manière, on ne pourra jamais satisfaire tout le monde», confie Jerry Maspoli.

Du pain sur la planche

Pour les organisateurs, ce réaménagement temporel n’est pas une mince affaire, surtout sur le plan logistique. Il les poussera à étoffer encore leur équipe de bénévoles (1300 en action l’an passé). Il les obligera à démonter ou à sécuriser certaines infrastructures. Il occasionnera un second plan de circulation. Un sacré chantier, sans compter ceux du Conservatoire, de l’Université ou du nouveau marché de Noël, qui compliqueront aussi leur tâche sur la place Neuve ou dans les Bastions. Mais l’Escalade en a vu d’autres.

Créé: 10.09.2018, 19h57

Inscriptions, mode d'emploi

41e édition Elle aura lieu le samedi 1er et le dimanche 2 décembre.
Inscriptions Ouverte lundi, la période d’inscription court jusqu’au mercredi 7 novembre. Aucun délai supplémentaire ne sera accordé. Les dossards s’acquièrent soit sur Datasport, par le biais du site Internet de la course, soit dans les magasins Aeschbach.
Programme Désormais déployé sur deux jours, le nouveau programme se présente ainsi:
Samedi Dès 12 h, courses femmes par blocs d’allure. 13 h 10: élite régionale féminine. Dès 13 h 25: courses hommes par blocs d’allure. 15 h 45: élite régionale masculine. Dès 16 h 15: courses mixtes sur 2 ou 3 tours. 18 h 30: course de la Marmite. Dès 19 h 15: walking de nuit (départ de Veyrier).
Dimanche Dès 10 h: courses enfants. 13 h 45: Escaladélite femmes. 14 h 30: Escaladélite hommes. Dès 15 h: courses mixtes sur 2 ou 3 tours.
Préparation Tout un éventail d’entraînements destinés aux écoliers (programme Sant«e»scalade), aux débutants ou aux seniors est organisé
Entraînements en commun Ils ont lieu les dimanches dès 10 h selon le calendrier suivant:
14 oct.: Vandœuvres. 21 oct.: ONU. 28 oct.: Vernier. 4 nov.: Meinier. 11 nov.: Nyon. 18 nov.: Neydens. 25 nov.: parc des Bastions (à 9 h).
Infos 022 318 53 20 ou sur www.escalade.ch.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.