Percluse de bleus, elle prend une «raclée»

VoileUne navigatrice de la Golden Race attend du secours dans le sud du Pacifique. Son petit voilier est détruit.

Susie Goodall lors du départ des Sables-d'Olonne le 1er juillet.

Susie Goodall lors du départ des Sables-d'Olonne le 1er juillet. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une navigatrice britannique de la Golden Globe Race attend d'être secourue dans l'océan Austral après de graves dégâts infligés à son voilier par de féroces intempéries, ont annoncé vendredi les organisateurs de la course en solitaire autour du monde.

Susie Goodall, 29 ans, a perdu brièvement connaissance jeudi lorsque des vagues monstrueuses ont renversé le «DHL Starlight», arrachant son mât et endommageant une bonne partie de ses équipements. Au moment de l'accident, la skippeuse tentait de traverser les notoires Quarantièmes rugissants dans le sud du Pacifique.

«Le bateau est détruit»

Goodall, la plus jeune participante et la seule femme de la Golden Globe Race, a envoyé des textos décrivant son épreuve aux organisateurs. «Je me prends une raclée! Je me demande bien ce que je fais ici», a-t-elle écrit alors que débutait la tempête.

Quand les organisateurs ont réussi à la joindre par téléphone satellite plusieurs heures après, elle a confirmé que son bateau avait démâté, ajoutant cependant que la coque n'avait pas été touchée. «Le bateau est détruit. Je ne peux pas faire de gréement de fortune», a-t-elle dit. «La seule chose qui reste c'est la coque et le pont, toujours intacts». «On a été retournés, j'ai été projetée à travers la cabine et j'ai perdu connaissance pendant un moment».

«La nuit a été looongue»

Selon les organisateurs, les autorités chiliennes ont dérouté un vraquier chinois, le «Tian Fu», pour se porter à son secours. Goodall a «pris des coups et a beaucoup de bleus» mais elle a réussi à contrôler les fuites et à refaire marcher le moteur, ce qui lui permettra de manœuvrer plus facilement à l'arrivée du vraquier. La «nuit a été looongue», a expliqué la jeune femme. «Besoin d'une bonne tasse de thé! Malheureusement, la gazinière ne marche pas».

La Golden Race est une course éprouvante. Les concurrents sont partis le 1er juillet des Sables-d'Olonne pour une épreuve qui doit durer entre huit à dix mois à bord de petits voiliers dépourvus de moyens modernes, dans l'esprit des pionniers de la course autour du monde en solitaire.

(afp/nxp)

Créé: 07.12.2018, 08h57

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un ministre de l'Economie doit-il savoir parler anglais?
Plus...