Passer au contenu principal

Roland-GarrosUn échec cuisant pour Roger Federer

Le Bâlois a subi un échec cuisant (6-4 7-5 6-3 en 2h05') et logique en demi-finale de Roland-Garros face à Novak Djokovic, qui défiera le sextuple vainqueur de l'épreuve Rafael Nadal (no 2) en finale.

Federer s'incline 6-4 7-5 6-3 face à Novak Djokovic.
Federer s'incline 6-4 7-5 6-3 face à Novak Djokovic.
ap

Roger Federer devra donc patienter pendant au moins un mois avant de songer à un 17e titre majeur. A la peine depuis le début de la quinzaine, il n'a pas été capable de rééditer son exploit de l'an dernier, lorsqu'il avait sorti Novak Djokovic en demi-finale après avoir livré l'un des meilleurs matches de sa carrière.

Il a certes su élever son niveau de jeu au moment d'affronter le Serbe, mais la constance lui a grandement fait défaut.

Pas suffisamment percutant sur son service pendant la quinzaine, Roger Federer va ainsi manquer une quatrième finale de Grand Chelem consécutive.

En quête d'un sacre majeur depuis janvier 2010, le Bâlois ne trouve plus la solution face à Novak Djokovic et à Rafael Nadal dans des rencontres disputées au meilleur des cinq sets. Il n'a remporté qu'un seul de ses dix derniers affrontements avec ses deux grands rivaux, l'an dernier à Paris face au Serbe.

Le meilleur et le pire

Le vainqueur de l'édition 2009, qui se réjouit de retrouver le gazon dès la semaine prochaine à Halle, a alterné le meilleur et le pire en demi-finale.

Le meilleur, c'est lorsqu'il prenait à la gorge son adversaire pour s'offrir un break d'avance tant dans le premier set (où il mena 3-2 service à suivre) que dans le deuxième (où il mena 3-0 service à suivre puis 4-3 et même 5-4 service à suivre).

Le pire, c'est lorsqu'il accumulait les fautes directes (46 au total, contre 17 pour Nole) pour laisser le Serbe se relancer dans les deux premières manches puis prendre nettement le dessus dans la troisième.

Très efficace à la relance avec 7 balles de break converties sur 10, Novak Djokovic a pu se contenter d'attendre son heure dans cette demi-finale. Le résident monégasque, qui avait cherché la confrontation l'an dernier en tentant de pratiquer le même tennis offensif que le Bâlois, avait parfaitement retenu la leçon.

Il a évolué cette fois-ci dans le registre qu'il maîtrise le mieux, durcissant les échanges pour faire parler ses qualités de défense et de contre.

si

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.