Mondiaux: puncheurs, entrez, c’est (très) ouvert!

CyclismeDimanche, la course en ligne proposera un parcours taillé pour du grand spectacle. Et pour un gros bras?

En l'absence de Fabian Cancellara, Michael Albasini aura une belle carte à jouer sur un parcours qui n’est pas pour lui déplaire.

En l'absence de Fabian Cancellara, Michael Albasini aura une belle carte à jouer sur un parcours qui n’est pas pour lui déplaire. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ça devrait puncher, aller dans tous les sens et beaucoup se bousculer. Rarement, ces dernières années, le parcours d’une course en ligne des Mondiaux n’aura laissé augurer un tel spectacle. Ce dimanche à Richmond, les pavés et les bosses – dont l’une à 20% – qui jalonnent cette édition 2015 promettent… monts et merveilles. «La course sera technique et exigeante», annoncent les organisateurs, qui n’ont cure des forfaits de Cancellara et autres Cavendish.

Aux Etats-Unis, là où l’arc-en-ciel n’a plus été pourchassé depuis le sacre de l’Italien Moreno Argentin en 1986, le peloton est prêt, même sans le Bernois et le Britannique, à s’écharper pour décrocher la timbale. «On va avoir droit à une course de mouvements, avec des coureurs qui pourraient même déjà partir de loin», annonce l’ancien coureur et directeur sportif Cyrille Guimard, désormais consultant pour le site Internet Cyclism’Actu.

Oui, la course à la succession de Michal Kwiatkowski, titré l’an passé à Ponferrada (Espagne), s’annonce un peu «fofolle». Excitante et très ouverte. Dans un tel contexte, il apparaît bien difficile de désigner un seul véritable favori, mais au vu du profil, qui se rapproche de celui des classiques belges, des noms se dégagent.

Ils ne courent que pour l’or

Philippe Gilbert est évidemment de ceux-là. Triple vainqueur de l’Amstel, également heureux lauréat par le passé de Liège-Bastogne-Liège, de la Flèche Wallonne, du Tour de Lombardie et détenteur du maillot arc-en-ciel durant la saison 2013, le Belge dispose de tous les atouts pour retrouver la couronne à Richmond. Sa «giclette» pourrait faire très mal dans l’ultime faux plat. Et un duel final avec Peter Sagan n’est pas à exclure. Lui aussi adepte de ce genre de profil, le Slovaque reste très frustré par ses performances aux Mondiaux (12e, 14e, 6e et 43e). Privé de dessert ce printemps dans les classiques, il aimerait boucler son année sur un succès majeur pour faire taire ses détracteurs. Deux fois «argenté» et quatre fois «bronzé» sur la course en ligne, Alejandro Valverde ne court lui aussi que pour l’or, qui lui manque tant. Mais, dans une équipe d’Espagne marquée par la rivalité qui l’oppose à Joaquim Rodriguez (lequel veut aussi sa part du gâteau), le Murcian n’a peut-être pas toutes les cartes en main. De quoi faire le jeu d’un autre Ibère comme Dani Moreno?

Une médaille en tête

Pour John Degenkolb, Alexander Kristoff et Greg van Avermaet, les choses sont claires: si l’or s’invite à leur table, ils ne le refuseront pas, mais ces trois-là disent avant tout penser au podium. Le Norvégien ne cache toutefois pas avoir une idée derrière la tête: «J’ai vu le parcours, ses ascensions courtes et techniques, ainsi que les secteurs pavés, et je sais qu’il a tout pour me plaire.» Voilà ses adversaires avertis!

Leur vrai jour de gloire?

Ils ne sont pas les premiers prétendants, mais ils pourraient bien finir par troquer leur costume de potentiels trouble-fête contre un maillot arc-en-ciel qui constituerait leur premier vrai jour de gloire malgré un palmarès déjà intéressant. On veut ici notamment parler de Nacer Bouhanni. Après avoir connu un été pourri par les chutes, le sprinter français a débarqué en Virginie avec les crocs très acérés. Il a les moyens d’orner son cou d’une belle breloque. A condition de composer avec ses partenaires (Démare, Gautier…) et de participer au jeu d’équipe.

En termes de collectif, l’Australie n’a rien à craindre. Habitués à tirer tous ensemble à la même corde, les coureurs des antipodes affichent un remarquable état d’esprit, qui pourrait pousser Michael Matthews, voire Simon Gerrans ou Adam Hansen à frapper six ans après leur compatriote Cadel Evans.

S’il n’a pas une grande équipe autour de lui, Edvald Boasson Hagen est également à surveiller. Le Norvégien, qui partagera les tâches avec Alexander Kristoff, a épaté ses rivaux ces derniers jours au Canada. «Il est revenu aussi fort qu’à l’époque où il courait chez Columbia, observe l’Espagnol Juan José Lobato. Edvald est vraiment impressionnant en ce moment.» Entre 2008 et 2009, «EBH», qui a de belles cartes à abattre aux Etats-Unis, avait enlevé 20 bouquets. C’est dire qu’il ne fera aucune fleur au peloton!


Albasini: très seul, mais…

Les résultats du cyclisme suisse n’ayant pas été des plus transcendants cette saison, notre pays ne pourra aligner que trois hommes, dimanche, sur le parcours américain: le Thurgovien Michael Albasini, l’Argovien Silvan Dillier et le Zougois Gregory Rast. Sans surprise après le forfait de Fabian Cancellara, c’est le premier cité qui aura la plus belle carte à jouer sur un parcours qui n’est pas pour lui déplaire. Même s’il apparaît très seul, ses arguments ne manquent pas!

A presque 35 ans, Albasini – qui vient de prolonger son contrat jusqu’en 2017 chez Orica-GreenEDGE – est en effet dans la forme de sa vie, comme en témoignent notamment les cinq succès d’étape qu’il a signés lors des deux dernières éditions du Tour de Romandie. Surtout, son coup de patte peut s’exprimer à merveille sur un profil qui rappelle les épreuves belges qu’il affectionne. N’est-il pas monté à deux reprises sur le podium de la Flèche Wallonne ces trois dernières années?

Dix-sept ans après le formidable numéro d’Oscar Camenzind à Valkenburg, Albasini rêve secrètement d’échanger à son tour son tricot rouge à croix blanche contre une saison en arc-en-ciel. Ou, au moins, de mettre un terme aux seize saisons de disette du cyclisme helvétique, qui n’a plus goûté au podium de la course en ligne depuis l’argent de Markus Zberg (Vérone 1999). A.CE. (TDG)

Créé: 24.09.2015, 19h46

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.