«Ce Mondial est vécu comme une revanche»

FootballMarco Trabucchi, l’agent le plus influent de Russie, observe une compétition qui pourrait changer le football dans ce pays.

Marco Trabucchi avec Messi lors d’un tournage publicitaire.

Marco Trabucchi avec Messi lors d’un tournage publicitaire. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour Marco Trabucchi, la Coupe du monde a commencé à l’été 2017. «Il y a eu un coup de fil. C’était le colosse bancaire russe Alfa Bank. Sponsor officiel du Mondial, il voulait monter sa campagne de publicité avec Lionel Messi.» Pour l’agent de joueurs, 44 ans et établi à Moscou, c’est le départ d’une véritable aventure. «Je croyais avoir déjà tout vu et tout vécu dans le football. Mais c’est vrai, cela a été particulier. Des mois de discussions, une dizaine de voyages à Barcelone, des centaines de pages de contrats pour trois heures et demie de tournage à Barcelone.» Et qu’en juin, Messi, maillot rouge, couleur de l’établissement, soit en permanence à la télévision, dans tous les stades et à tous les coins de rue. «Cela s’est terminé il y a deux semaines par une invitation à un déjeuner avec la famille Messi à leur hôtel moscovite et une belle amitié avec son frère-agent Rodrigo. Une magnifique expérience.» Durant le Mondial, l’opération s’est prolongée avec la mise sur pied d’une opération commune entre la banque et la FIFA, regroupant des anciennes stars de tous les continents, telles que Gennaro Gattuso, Javier Zanetti, David Trezeguet ou Lothar Matthäus.

Au final? Une mission de plus réussie pour l’agent, qui ne fera qu’accentuer sa notoriété en Russie, où certains présidents de club ont pris l’habitude d’affirmer: «Si tu as besoin d’un contact dans le football, appelle Marco, dans dix minutes tu l’auras.» Une phrase qui vaut toutes les recommandations et que l’agent prend comme un compliment: «Cela fait seize ans que je travaille dans le milieu. C’est la preuve que je fais correctement mon travail. Sinon, en Russie tu ne dures pas.»

Avec Bykov et Khomutov

Marco Trabucchi. Le nom est peut-être familier à certains fans de hockey romand des années 1990. Alors étudiant à Fribourg, où il a passé son enfance, l’Italo-Russe était devenu le traducteur attitré de Slava Bykov et d’Andreï Khomutov, le duo magique de FR Gottéron. Depuis, l’universitaire a fait du chemin. D’abord agent de hockeyeurs, il a bifurqué vers le football, le sport de ses rêves, lorsqu’il s’était établi à Milan. Six langues dans la bouche et des contacts partout lui ont permis de se lier d’amitié avec Andreï Chevchenko, alors à l’AC Milan. «Un coup de pouce du destin. Il était l’idole de toute l’ancienne URSS. Nous étions inséparables, tous deux dans la vingtaine, sans trop de soucis, célibataires ayant grandi en périphérie et catapultés à Milan. Que de beaux souvenirs!» Avec cette amitié, ce sont les portes de l’est de l’Europe qui se sont ouvertes pour le jeune agent. Il les fera fructifier jusqu’à devenir incontournable: «Quand j’ai commencé à venir à Moscou, trois fois par mois, je me suis dit qu’il fallait que je déménage de Milan à Moscou.»

Sa spécialité? «Les transferts. Je n’ai pas compté, mais je pense que je suis impliqué dans une bonne centaine de mouvements. Mais je ne cherche pas à avoir beaucoup de joueurs comme clients, plutôt les clubs et les agents. Et depuis deux ans, j’ai la chance de collaborer étroitement avec le Spartak Moscou, le club le plus populaire du pays, lequel a décroché le titre en 2017, pour la première fois depuis seize ans.» Par discrétion, il n’en dira pas plus. En juin, le mensuel russe «Tatler» l’a placé à la première place des agents les plus influents dans le pays. Il admet volontiers que ce mois de juin est «intense et stressant. Il y a la Coupe du monde, mais aussi le mercato qui ne laisse aucun répit. Je ne suis malheureusement pas maître de mon agenda.» D’autant moins que l’ancien Fribourgeois est également propriétaire du Spartaks Jurmala, club champion de Lettonie.

Le Russe adore le football

Entre deux voyages, l’agent essaie de vivre une «compétition extraordinaire». Marco Trabucchi pense à ce que ce Mondial va apporter au football russe. «J’espère que l’engouement populaire se prolongera dans les clubs. Surtout avec les résultats de l’équipe nationale. On a à nouveau la preuve que le Russe adore le football. Il faut capitaliser sur ce phénomène. Mais je suis déjà persuadé que la génération 2010 va produire quelques joueurs de niveau mondial.» Autrement dit, que les gamins marqués au fer rouge par les exploits d’Aleksandr Golovin ou d’Igor Akinfeev vont se dépasser pour réussir dans les championnats les plus prestigieux.

Car même si la Russie a réussi son Mondial, que la transition vers le professionnalisme s’est réalisée à grande vitesse, le football russe souffre d’un manque de locomotives internationales. «J’espère que deux ou trois joueurs de la Sbornaya vont s’expatrier. Mais ce n’est pas évident. Car le joueur russe, protégé par un règlement qui impose cinq indigènes sur le terrain, vit bien, même très bien, avec 3 à 4 millions d’euros net par an. Pourquoi aller voir ailleurs?»

Malgré son élimination face à la Croatie et les regrets qui ont suivi, la Russie ne regarde plus son football de la même manière, ce qui réjouit Marco Trabucchi. La liesse qui a suivi la victoire contre l’Espagne a été juste extraordinaire, au sens propre du terme: «La dernière fois que les gens étaient descendus dans la rue, c’était après la victoire contre les Pays-Bas à l’Euro 2008. Mais la fierté n’était pas si forte. Ici, c’est le Mondial, en plus chez eux. Ce n’est pas comparable. Le pessimisme qui prévalait avant la compétition cachait en fait un grand amour. Pour les gens, ce Mondial est une revanche sur une frustration qui dure depuis la fin de la période soviétique.» Bien trop longtemps.

(TDG)

Créé: 12.07.2018, 21h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...