Passer au contenu principal

JaponLe monde du sumo encore accusé de sexisme

Des filles ont été bannies de manifestations ludiques relatives au sumo par une association dans la préfecture de Shizuoka. Tollé au Japon.

Au Japon, des événements ludiques autour de ce sport sont souvent organisés avec les enfants.
Au Japon, des événements ludiques autour de ce sport sont souvent organisés avec les enfants.
AFP

L'Association japonaise de sumo était de nouveau sous le feu des critiques jeudi. En cause, le fait qu'elle ait demandé aux organisateurs d'événements ludiques autour de ce sport d'en exclure les filles.

Par le passé, filles comme garçons ont pu participer à ces combats destinés à promouvoir le sumo, et se mesurer ainsi aux imposants lutteurs. Mais dimanche, lors d'une démonstration qui s'est déroulée dans la préfecture de Shizuoka, les premières en ont été bannies à la demande de l'Association, une décision justifiée par «des questions de sécurité», a déclaré une porte-parole.

Les filles peuvent réagir «différemment» en cas de blessures, a-t-elle justifié, appelant à «comprendre les nuances». «Ce n'était pas une décision abrupte. Cela fait longtemps qu'on nous rapporte des cas de blessures d'enfants, a-t-elle souligné, ajoutant que la même requête serait faite pour d'autres événements régionaux.

Femmes «impures»

Cette nouvelle faisait les titres des médias jeudi au Japon, en plein débat sur l'égalité des sexes dans ce sport traditionnel, dont les origines remontent à plus de 2000 ans et qui conserve de nombreux rituels religieux shinto. Le ring est ainsi considéré comme un lieu sacré et l'accès aux femmes, jugées «impures», y est interdit.

Début avril, le président de l'Association avait présenté ses excuses après que des femmes, accourues sur le ring (dohyo) pour prodiguer des soins d'urgence ont été appelées par un arbitre, via un message proféré à plusieurs reprises par haut-parleur, à quitter immédiatement les lieux.

????????Le sumo critiqué pour son attitude envers les femmes, jugées «impures» https://t.co/vzUHxaVl57 via @20minutes#Japan????? pic.twitter.com/W2T8MSWymG— asuka ???????? (@asuka_SGP) 5 avril 2018

Peu de temps après, la maire d'une ville avait été obligée de prononcer un discours en dehors d'une arène. «Même si je suis maire, parce que je suis une femme, je ne peux faire de discours dans l'arène. C'est regrettable et humiliant», avait-elle lancé, sous les applaudissements de la foule.

si

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.