Mattek-Sands: «S'il vous plaît, aidez-moi!»

WimbledonLes cris de douleur glaçants de l'Américaine, blessée au genou, ont retenti jeudi sur le gazon du court N.17.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«S'il vous plaît aidez-moi! S'il vous plaît, s'il vous plaît...»: l'Américaine Bethanie Mattek-Sands a hurlé de douleur, allongée au milieu du court, lorsque son genou droit s'est dérobé et l'a contrainte à l'abandon au deuxième tour de Wimbledon jeudi.

La dramatique scène, qui s'est produite au début de la troisième manche contre la Roumaine Sorana Cirstea, a fait le tour des réseaux sociaux. Alors qu'elle reprend ses appuis, à la suite d'une montée au filet, l'Américaine glisse et s'écroule sur le gazon du court N.17, tordue de douleur.

Elle appelle à l'aide à de multiples reprises si bien que son adversaire se dirige vers elle et appelle à son tour de l'aide avec un visage horrifié. Le mari de Mattek-Sands a essayé de la consoler pendant que les secours arrivaient, alors que Cirstea, qui avait égalisé à une manche partout (4-6, 7-6 (7/4), 0-0) a fondu en larmes.

«J'ai paniqué. Je n'avais jamais vu une telle blessure avant, son genou était vraiment dans un sale état. C'est quelque chose que vous ne voyez que dans les films», a expliqué Cirstea. «J'ai essayé de la réconforter mais j'ai paniqué. Je me sentais impuissante (...) Si seulement j'avais pu faire plus. Je ne souhaiterais pas cela même à mon pire ennemi», a-t-elle ajouté.

La partenaire de double de Mattek-Sands, la Tchèque Lucie Safarova, avec laquelle elle a remporté cinq trophées majeurs, mais jamais Wimbledon, l'a rejointe en larmes, elle aussi. «Il s'agit d'une blessure aiguë au genou et elle a été conduite directement à l'hôpital», a commenté la WTA sur Twitter.

«Le temps que les secours arrivent, cela m'a semblé une éternité», a affirmé Cirstea qui dit avoir attendu au moins 10 ou 15 minutes, «sans voir arriver les secours», en compagnie du mari de Mattek-Sands et de son kinésithérapeute.

La Roumaine ne pensait pas pour autant que la blessure était liée à l'état du terrain, dont plusieurs compétiteurs se sont plaints. «Nous savons tous que l'herbe est plus dangereuse que les courts en dur ou la terre battue. Mais ce qui est arrivé aujourd'hui, c'est de la malchance. Cela aurait pu arriver à n'importe qui», a-t-elle estimé.

Les courts de Wimbledon ont par le passé fait l'objet de polémique. En 2013, la Bélarusse Victoria Azarenka s'était blessée à une cheville après une chute et avait remis en question la qualité des courts. Tombée à plusieurs reprises lors de sa défaite contre la Portugaise Michelle Larcher de Brito la même année, la Russe Maria Sharapova avait eu mal à une hanche et avait jugé le court N.2 «dangereux».

(afp/nxp)

Créé: 06.07.2017, 19h46

Articles en relation

Revivez le 2e tour de Bacsinszky et Federer

Wimbledon La Vaudoise et le Bâlois n'ont pas traîné sur les courts pour rejoindre le 3e tour de Wimbledon jeudi soir. Plus...

Blasé de jouer, Tomic a été doublement sanctionné

Wimbledon L'Australien, qui avait concédé s'ennuyer sur un court, a reçu la deuxième plus grosse amende de l'histoire du tournoi. Et perdu un sponsor. Plus...

Le choc entre Del Potro et Djokovic n'aura pas lieu

Wimbledon C'est l'inattendu Ernests Gulbis, convaincant vainqueur de l'Argentin, qui défiera le Serbe au 3e tour. Plus...

Fin de partie pour Viktorija Golubic

Wimbledon La Zurichoise s'est inclinée en trois sets devant l'Ukrainienne Lesia Tsurenko (WTA 35) au 2e tour. Plus...

Roger Federer à nouveau sur le Center Court

Wimbledon Comme mardi, le Bâlois jouera en fin d'après-midi son 2e tour à Londres. Timea Bacsinszky devrait débuter un peu avant. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...