La lutte suisse décortiquée

Lutte suisse Comment se déroule un combat de lutteurs? Pour vous aidez à comprendre, voici quelques explications.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La gestuelle est ancestrale. Mais toujours aussi efficace. Le menton appuyé sur l’épaule de son adversaire, chaque combattant se saisit de la culotte de son rival. La main droite sur le ceinturon et la gauche sur le pli. Puis les pas s’enchaînent et les ardeurs se déchaînent. Avec un seul objectif: plaquer l’autre dos au sol. Pour arriver à cela, il existe différentes prises. On en dénombre aujourd’hui une centaine. En voici quelques unes.

Cadre, participants et jury

Gymnaste
Vêtements: T-shirt blanc à manches courtes et pantalon blanc.

Origine: lutteurs «citadins», les gymnastes sont aujourd’hui souvent affiliés à une fédération de gymnastique.

Berger
Vêtements: pantalon foncé et chemise de couleur discrète (le plus souvent bleu clair avec motif edelweiss).

Origine: les bergers venaient autrefois des régions rurales et d’alpage.

Jury de table
Il évalue la passe, qui dure de cinq à huit minutes. Il se compose de trois juges: l’un se tient sur le rond de sciure et les deux autres sont à une table. Le jury attribue les notes pour chacun des deux lutteurs.

Rond de sciure
Surface circulaire de 7 à 14 m de diamètre recouverte de sciure sur 15 cm d’épaisseur au moins.


Kurz


Même s’il fait partie des prises basiques, le kurz compte parmi les plus utilisées. Pour faire tomber son adversaire sur la droite, l’attaquant (No 1 sur l’image) commence par le déséquilibrer en le redressant, puis il place sa jambe gauche entre les deux siennes. À partir de là, il déclenche la projection en tournant la tête à droite. Son corps fait ainsi un demi-tour sur lui-même et le second lutteur tombe.


Tour de hanche


Dans le cas du tour de hanche, le corps sert de levier. L’attaquant (No 1) vient d’abord plaquer son dos contre l’adversaire en fléchissant les genoux. Il tend ensuite les jambes et se penche en avant pour charger le second lutteur sur son dos. Il ne lui reste alors plus qu’à amorcer la chute de son partenaire de combat en tirant sur le bras supérieur de ce dernier et en tournant la tête dans le sens de la bascule.


Gammen


Pour s’en prendre à de plus petits gabarits, le gammen est une prise qui fonctionne bien. La première étape consiste à relever le buste de l’adversaire avec un mouvement d’épaule. Droit derrière, l’attaquant (No 1) vient crocher la jambe du second lutteur avec le talon du pied gauche tout en le ceinturant – en gardant une main sur la culotte – pour le faire plier jusqu’à la sciure.


Chassé


À l’inverse, le chassé passe généralement bien contre des corpulences plus massives (et donc souvent plus lentes). L’attaquant (No 1) emmagasine un maximum d’élan en faisant un arc de cercle avec son pied gauche pour le rapprocher du pied droit de l’adversaire. Puis il tire ce dernier à lui avant de positionner son pied droit au plus près du gauche du second lutteur. Qui va alors trébucher dessus et chuter.

Créé: 23.08.2019, 14h37

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Budget 2020: 590 mio de déficit prévus
Plus...