Passer au contenu principal

Novak Djokovic a eu très chaud

Le Serbe a mis deux jours et cinq sets pour venir à bout du Sud-Africain Kevin Anderson.

Le contraste entre Novak Djokovic et Roger Federer après la cérémonie des trophées à Wimbledon (Dimanche 12 juillet 2015).
Le contraste entre Novak Djokovic et Roger Federer après la cérémonie des trophées à Wimbledon (Dimanche 12 juillet 2015).
Keystone
Novak Djokovic dévore son trophée des yeux après sa démonstration en finale face à Roger Federer (Dimanche 12 juillet 2015).
Novak Djokovic dévore son trophée des yeux après sa démonstration en finale face à Roger Federer (Dimanche 12 juillet 2015).
Keystone
Arrivé tôt à Londres, Roger Federer montre qu'il est aussi à l'aise balle au pied (Jeudi 25 juin 2015).
Arrivé tôt à Londres, Roger Federer montre qu'il est aussi à l'aise balle au pied (Jeudi 25 juin 2015).
Keystone
1 / 69

Novak Djokovic s'en est finalement sorti contre Kevin Anderson en 8e de finale à Wimbledon. Le Serbe s'est imposé face au Sud-Africain à l'issue d'un match qui avait été interrompu lundi soir.

Le no 1 mondial était déjà revenu de loin lundi, recollant à deux manches partout - 6-7 (6/8) 6-7 (6/8) 6-1 6-4 - avant que l'obscurité n'oblige les deux joueurs à stopper leur rencontre. De retour mardi sur le court pour un cinquième set de tous les dangers, Novak Djokovic a encore connu une sacrée frayeur. Kevin Anderson (no 14) s'est en effet procuré deux balles de break consécutives à 2-1, galvaudées par une faute directe et, surtout, un retour trop long pour quelques millimètres.

Novak Djokovic, lui, n'a pas laissé filer sa chance à 5-5. Sur le seul jeu de service raté du Sud-Africain, entaché par deux grossières doubles fautes, le Serbe a réussi un break crucial grâce à un retour dans les pieds. Le plus dur était fait pour le tenant du titre, qui pouvait conclure à 7-5 sur le jeu suivant.

«C'est l'un des matches les plus difficiles que j'ai dû jouer à Wimbledon, et peut-être même dans ma carrière», a estimé Novak Djokovic à la sortie du court, extrêmement soulagé d'avoir survécu au service de plomb de Kevin Anderson (40 aces, sans compter de multiples services gagnants).

Mercredi en quart de finale, Novak Djokovic devra également se méfier du Croate Marin Cilic (no 9), qui est lui aussi l'un des bombardiers les plus redoutables du circuit.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.