Les États-Unis s’offrent un quatrième titre

FootballLes Américaines ont battu les Pays-Bas (2-0) en finale du Mondial féminin, dimanche après-midi à Lyon.

Les Américaines sont sacrées une quatrième fois après 1991, 1999 et 2015.

Les Américaines sont sacrées une quatrième fois après 1991, 1999 et 2015. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce match longtemps indécis a basculé grâce à l’assistance vidéo, madame Frappart sifflant un penalty logique en faveur des États-Unis après avoir visionné la faute de Van der Gragt sur Morgan à la 59e minute de jeu.

Rapinoe a transformé la sanction, avant que Lavelle ne double la mise (69e) et n’offre un succès mérité aux favorites, compte tenu de leur domination tout au long du tournoi. Mais rien n’aura été simple pour elles dans ce dernier match.

Possession américaine

La première mi-temps a vu le même scénario sans cesse se répéter : des Américaines en possession du ballon se heurtant au mur bas des Hollandaises lesquelles, en contre-attaque, manquaient systématiquement de précision dans le dernier geste. Depuis le début du tournoi, les filles d’Ellis avaient toujours trouvé le chemin des filets dans le premier quart d’heure.

Mais après quinze minutes lors de cette finale, elles n’avaient toujours pas inquiété la gardienne adverse. Elles ont beaucoup poussé ensuite, notamment par Ertz (28e), Mewis (38e) et Morgan (38e et 40e), mais le manque de chance, parfois, de tranchant souvent, les ont empêchées de surprendre les championnes d’Europe.

Quelques signes de mécontentement

Les Pays-Bas n’ont pas tiré une seule fois au but en première période, mais elles n’étaient de toute façon pas venues pour ça. Leur plan de jeu consistait clairement à empêcher le jeu adverse de se développer dans un premier temps, avant de frapper par surprise lorsque l’occasion se présenterait. Cette politique attentiste a très vite agacé Rapinoe et ses coéquipières.

Bousculées physiquement autant que tactiquement, les Américaines ont montré des signes de mécontentement qu’on ne leur avait pas vus durant le tournoi. Pour preuve cette action de la 45e lorsque Heath, au lieu de rendre le ballon sportivement aux Hollandaises après un arrêt de jeu, a décidé de le confisquer.

Van Veenendal en évidence

Ceux qui redoutaient qu’il n’y ait pas de match, compte tenu du potentiel des États-Unis et de leur domination historique sur les autres nations, ont été ravis d’assister à une rencontre disputée. Après la mi-temps, les «Oranje» ont maintenu le suspense en utilisant les mêmes moyens qu’en première mi-temps, et sans doute auraient-elles résisté longtemps encore dans le jeu si elles n’avaient pas dû subir le penalty de Rapinoe.

La coach Wiegman, voyant ses joueuses encaisser un second but, tentera bien de faire entrer Van de Sanden pour animer son front offensif, c’est surtout la gardienne Van Veenendaal qui se mettra en valeur, repoussant les assauts répétés des stars US.

Des millions de téléspectateurs

La Coupe du monde en France a finalement sacré la meilleure équipe du tournoi. Elle restera surtout comme un événement exceptionnel pour le football féminin. Les matches ont rassemblé des millions de téléspectateurs à travers le monde et suscité un engouement inédit.

La prochaine édition se tiendra en 2023 dans un pays et selon un format encore à définir. Neuf nations souhaitent soumettre leur candidature et 32 équipes (au lieu de 24 actuellement) pourraient se disputer la victoire finale.

Créé: 07.07.2019, 19h07

Palmarès du Mondial féminin

1991: États-Unis
1995: Norvège
1999: États-Unis
2003: Allemagne
2007: Allemagne
2011: Japon
2015: États-Unis
2019: États-Unis

Etats-Unis – Pays-Bas 2-0 (0-0)

Lyon. Groupama Stadium, 58 000 spectateurs.
Arbitre: Mme Frappart


Buts: 61e Rapinoe (1-0 pen.), 69e Lavelle (2-0).

Etats-Unis: Naeher; O’Hara (46e Krieger), Dahlkemper, Sauerbrunn, Dunn; Mewis, Ertz, Lavelle; Heath (87e Lloyd), Morgan, Rapinoe (79e Press). Sélectionneur: Ellis

Pays-Bas: Van Veenendaal; Van Lunteren, Dekker (73e Van de Sanden), Van der Gragt, Bloodworth; Groenen, Spitse, Van de Donk; Beerensteyn, Miedema, Martens (71e Roord). Sélectionneur: Wiegman

Avertissements: 10e Spitse, 41e Dahlkemper, 60e Van der Gragt.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...