Lemaitre n’est pas un donneur de leçons mais un vrai champion

AthlétismeAu Bout-du-Monde, le Français remet le turbo sur 200 m et les relayeuses helvétiques épatent. Seule Lea Sprunger grimace.

Christophe Lemaitre s’est rassuré à Genève. «C’était une bonne idée de venir ici.»

Christophe Lemaitre s’est rassuré à Genève. «C’était une bonne idée de venir ici.» Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il est parti comme il était venu, en toute discrétion, de sa démarche un peu traînante. Un paradoxe pour un sprinter de sa lignée. Christophe Lemaitre, devenu l’Éclair blanc depuis ses 9’’98 sur 100 m en 2010, est ainsi. Les trompettes de la renommée ne lui ont jamais fait tourner la tête. C’est l’appel du protocole qui l’a fait revenir sur ses pas en trottinant sur la pelouse du stade de Champel. Retour sur le podium. Meilleure performance d’AtletiCAGenève, ses 20’’35 sur 200 m valaient bien un chèque et une nouvelle poignée de main. Le médaillé olympique de Rio a dit merci et il s’en est retourné, en trottinant. «C’est un champion qui fait de l’athlétisme sans jamais penser à l’argent et qui, pourtant, en vit», confie René Auguin, son manager.

À Genève, Christophe Lemaitre était surtout venu chercher un chrono et des certitudes. Durant quatorze semaines, il avait traîné comme un fardeau une inflammation aux adducteurs. À force de patience, il a fini par s’en libérer. Mais ses essoufflements disent combien cette pause l’a malmené. «Je finis à bout de forces, je manque de fond mais c’est si bon de claquer un tel chrono. Qu’est-ce que j’aurais fait si j’avais pu bosser plus…», s’interroge-t-il. Comme déjà sur 4x 100 m, bouclé en 38’’62, le Français d’Aix-les-Bains a ramé dans le bonheur. «Mes fins de course sont perfectibles, sourit-il. Mais je suis rassuré, je n’ai ressenti aucune gêne. Désormais, je vais pouvoir enchaîner les courses en toute liberté. Mentalement, je suis beaucoup mieux, c’était une bonne idée de venir ici.»

Qui du chrono ou des sensations permettent le mieux à l’athlète de se jauger? À entendre Mujinga Kambundji, c’est un mix. Si la Bernoise n’a pas fracassé le mur des 11 secondes comme l’espéraient secrètement les organisateurs, elle s’est pleinement satisfaite de ses 11’’16, meilleure performance de la saison, à 9 centièmes de son record national. «Techniquement, il y a encore mieux à faire et je ne suis pas encore au top. Mais ça vient, ma régularité renforce ma confiance», affirme-t-elle. Sûr qu’elle jouera un jour les passe muraille!

Une autre promesse l’attend, celle du podium des Européens de Berlin, là où les relayeuses helvétiques filent à grande vitesse. Pour leur première sortie 2018, et pour inaugurer au mieux leur nouvelle collaboration avec Raphaël Monachon, «Munji» et ses copines ont fusé en 42’’71 (devant la Grande-Bretagne), pas très loin de leur record de Suisse (42’’50). Les charnières n’ont pas coincé et Sarah Atcho, pas trop à l’aise à l’entraînement, s’est débloquée en traçant une ligne droite parfaite. «En entrant sur la piste, j’ai ressenti une formidable énergie. J’étais persuadée qu’on allait réussir un coup.» Il faut croire que cette énergie n’a pas faibli puisque la Vaudoise a aussi déménagé sur 200 m en battant son record personnel en 22’’85. «C’est génial, je voulais juste courir pour le fun. Parfois, on gagne beaucoup à ne rien attendre d’une course. Tout est dans la tête! Finalement, les examens ont du bon…»

«Un piétinage à la Lea»

Si le meeting genevois a fait beaucoup d’heureux, comme le sauteur yverdonnois Loïc Gasch, en pleine ascension (2,24 m), il a laissé Lea Sprunger mi-figue, mi-raisin. Partie pour réussir un joli tour, la finaliste mondiale s’est cabrée au passage du dernier obstacle. «Un coup d’acide lactique dans les jambes et tout fout le camp», grimaçait-elle sans écarter un problème mental. Ce «piétinage à la Lea», comme elle dit, a plombé son chrono (55’’60) mais ne doit pas miner son moral. «Je suis en forme mais les courses ne le disent pas encore. C’est vraiment un début de saison bizarre.» (TDG)

Créé: 10.06.2018, 18h05

Articles en relation

À Genève, la piste ne mène pas au jackpot, mais elle est très prisée

Athlétisme Il y aura du beau monde samedi au Bout-du-Monde. AtletiCAGenève fait des prodiges avec des clopinettes et beaucoup de passion. Plus...

Lea Sprunger aura fort à faire à Athletissima

Athlétisme Le meeting lausannois proposera un 400 m haies féminin de rêve le 5 juillet. Plus...

«Je lutte pour transformer mes faiblesses en forces»

Athlétisme Huitième des derniers Mondiaux de semi-marathon, Julien Wanders a pris, cet hiver, une dimension internationale. Plus...

Au sprint

Hit-parade Si elle n’avait pas raté sa fin de course, Lea Sprunger aurait largement signé la meilleure performance féminine du meeting, établie par l’Italienne Pedroso sur 400 m haies (54’’98).
Record Revenue des États-Unis, où elle étudie, Fatim Affessi a battu son record genevois du triple avec 13,27 m. Elle n’est plus qu’à 15 cm du record suisse déztenu par Irene Pusterla. P. B.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: la sécheresse sévit
Plus...