Lance Armstrong: «Se doper faisait partie du boulot»

ConfessionC'est désormais confirmé après la diffusion de la première partie de l'interview à Oprah Winfrey. Le cycliste américain a reconnu ce jeudi avoir gagné ses sept Tours de France en se dopant et s'est dit «désolé».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dès le début de l'entretien qu'il a accordé à l'animatrice vedette Oprah Winfrey, l'Américain a évacué une décennie de farouches dénégations d'un revers de la main en répondant par l'affirmative à la question de savoir s'il s'était dopé.

Le visage grave, il a jugé impossible, «à (s)on avis», de gagner sept fois le Tour de France d'affilée (1999-2005) sans se doper, lors de cette première interview depuis qu'il a été déchu en octobre de ses titres et radié à vie sur la base d'un rapport accablant de l'Agence américaine antidopage (Usada).

«Mon cocktail c'était l'EPO, les transfusions et la testostérone», a précisé le Texan de 41 ans, qui a ajouté qu'il avait aussi pris de la cortisone et des hormones de croissances, comme l'avait détaillé le rapport de l'Usada.

«Au début de ma carrière il y avait de la cortisone et ensuite la génération de l'EPO a commencé (...) dans les années 90», a-t-il poursuivi, niant toutefois s'être dopé lors des Tours de France 2009 et 2010, lorsqu'il avait repris la compétition après une première retraite à l'issue du Tour 2005.

L'ancien cycliste a par ailleurs assuré qu'il n'avait jamais forcé ses équipiers à tricher. Mais «se doper faisait partie du boulot», a-t-il affirmé.

Après l'enregistrement de l'émission lundi, des fuites dans la presse avaient déterminé que l'Américain était passé aux aveux, sans en révéler la teneur.

Pas d'appel contre l'Usada

Dans les mille pages du document de l'Usada, agrémentées des témoignages d'une dizaine d'anciens coéquipiers, Armstrong a été accusé d'avoir joué un rôle moteur dans le «programme de dopage le plus sophistiqué, professionnalisé et fructueux de l'histoire du sport» comme leader de l'équipe US Postal.

La Fédération internationale, indirectement mise en cause par l'Usada dans son rapport, a officialisé les sanctions et Armstrong n'y a pas fait appel.

Lorsque l'Usada l'avait mis en accusation en juin, à la suite d'une enquête entamée en 2010, l'Américain avait rejeté la possibilité de se défendre devant elle et avait voulu faire annuler la procédure par un tribunal fédéral.

Fin août, l'ancien cycliste avait indiqué qu'il jetait l'éponge et ne se défendrait plus contre les accusations de dopage. L'Usada l'avait alors sanctionné, invalidant ses résultats depuis le 1er août 1998 et le radiant.

Ses sponsors, dont Nike, l'avaient abruptement quitté et Armstrong avait dû couper les ponts avec Livestrong, la fondation de lutte contre le cancer qu'il avait fondée en 1997 après avoir vaincu la maladie.

Le CIO aussi

Ces aveux exposent Lance Armstrong à des risques de poursuites par le gouvernement américain.

Le Texan, qui doit rembourser les primes de course touchées pendant son règne, est déjà menacé par deux procès au civil (par l'hebdomadaire britannique Sunday Times et l'assureur américain SCA Promotions) pour des sommes qui au total dépasseraient 10 millions de dollars. Il pourrait maintenant en outre être assailli par d'anciens parraineurs ou partenaires estimant avoir été dupés.

Coïncidence, c'est le jour même de ces aveux télévisés que le Texan a perdu une autre ligne à son CV sportif: jeudi matin, le Comité international olympique (CIO) lui a demandé de rendre sa médaille de bronze du contre-la-montre des Jeux de Sydney en 2000.

Autre coïncidence, c'est également ce jeudi que le Tour de France, l'épreuve qui l'a rendu célèbre, présentait le départ de son parcours 2014, à Leeds, en Angleterre. «Nul n'aurait imaginé des aveux publics», a reconnu au passage le directeur du Tour, Christian Prudhomme. Mais «pour nous, Lance Armstrong, c'est déjà du passé». (afp/nxp)

Créé: 18.01.2013, 11h23

Galerie Photos

Les compères de Lance Armstrong

Les compères de Lance Armstrong Ces personnalités peuvent craindre les conséquences des aveux de Lance Armstrong. Explications en images.

L'interview confession de Lance Armstrong

«Pas de rencontre secrète avec le Dr Saugy»

A propos des accusations émises par Travis Tygart, président de l'Agence américaine antidopage (Usada), à l'encontre de Martial Saugy, directeur du Laboratoire antidopage de Lausanne, accusé d'avoir donner «les clés du test» de détection de l'EPO au coureur américain, Lance Armstrong a affirmé n'avoir jamais eu de rencontre secrète avec le docteur Saugy. «Cette histoire est fausse. Il n'y a pas eu de contrôle positif. Il n'y a pas eu tentative d'cheter le labo, il n'y a pas eu de rencontre secrète avec le directeur du labo».

Galerie Photos

Lance Armstrong: de la gloire à la déchéance

Lance Armstrong: de la gloire à la déchéance Du jeune champion du monde au proscrit: le cycliste américain a désormais derrière lui une carrière en miettes.

Articles en relation

Oprah Winfrey, la confidente des stars

Interview d'Armstrong Après Barack Obama, Michael Jackson ou Tom Cruise, l'animatrice vedette de la télévision américaine a reçu Lance Armstrong pour sa première interview. Objectif du cycliste déchu: émouvoir le peuple américain. Plus...

Le CIO a demandé à Armstrong de rendre sa médaille de bronze

Jeux Olympiques Le Comité international olympique (CIO) a demandé à Lance Armstrong de rendre la médaille de bronze qu'il avait gagnée dans l'épreuve du contre-la-montre aux Jeux de Sydney en 2000. Plus...

Une exclusion du cyclisme des JO est «peu probable»

Affaire Armstrong Le Comité international olympique (CIO) a jugé mercredi «peu probable» de rayer le cyclisme du programme olympique dans le sillage de l'affaire Lance Armstrong. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.