«L’effet Clint Capela» rejaillit sur tout le monde

BasketballLe joueur de NBA attire la lumière mais n’est pas exclusif. Ce mercredi, il devra faire briller ses coéquipiers suisses au Portugal.

Clint Capela (à g.), Patrick Baldassarre et les Suisses fêteront-ils une nouvelle victoire face au Portugal?

Clint Capela (à g.), Patrick Baldassarre et les Suisses fêteront-ils une nouvelle victoire face au Portugal? Image: KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lorsque le pivot genevois des Houston Rockets a annoncé sa venue sous les drapeaux, cela a immédiatement créé un engouement. Matches diffusés en direct à la télévision, présence médiatique inédite depuis de nombreuses années et matches à guichets fermés. On peut sans autre appeler ça un «effet Capela». Et comme le principal intéressé semble attirer la sympathie de manière innée, la sauce a pris naturellement. Voici pour l’aspect quantifiable. Et puis il y a tout le reste; ces gains marginaux qui permettent à quasi tous les internationaux de briller à travers le prisme de son plus renommé ambassadeur. Voici trois exemples, mais il pourrait y en avoir une douzaine.

Roberto Kovac

L’ancien shooter fou des Lions de Genève a besoin d’une présence forte au poste bas pour avoir de la place pour manœuvrer derrière la ligne à trois points. Grâce à la présence de Clint Capela, Roberto Kovac est servi. Les positions favorables s’enchaînent et, même s’il n’est pas en réussite pour l’heure, il sait que la chance va tourner. Un artilleur comme lui n’a pas le canon tordu trois fois de suite. Et comme il cherche actuellement un contrat, c’est tout à son avantage. Pour l’heure, celui qui voulait tenter sa chance à l’étranger est en train de déchanter. «Ailleurs en Europe, le championnat de Suisse n’est pas considéré, regrette-t-il. Si je marque 15 points en équipe de Suisse, cela a plus de valeur que 25 dans notre championnat. C’est terrible, mais c’est notre réalité.» Même s’il n’abandonne pas l’idée de partir, il se rend doucement à l’évidence. À moins que? «J’ai actuellement une touche. Cela peut se faire ou pas. Mais je suis surtout frustré de ne pas avoir eu la chance que j’espérais. Même un rôle mineur. Qu’on me donne ma chance.» Et si «l’effet Capela»faisait tourner la roue?

Jonathan Kazadi

En Islande, le meneur de jeu a livré un match fantastique. Brillant à la mène, il a même été le meilleur marqueur de l’équipe de Suisse. Son œuvre a finalement été entachée d’une dernière rature. Malgré une défense parfaite, il a été contraint de voir Martin Hermannsson lui mettre le panier de la victoire sur la tronche. «J’ai mal dormi, remarque-t-il. C’est dommage car globalement nous avons fait un bon match.»

La relation entre le poste 1 et le poste 5, si importante dans le jeu de Clint Capela, se bonifie sortie après sortie. «Lorsqu’il avait joué en équipe de Suisse la dernière fois, c’était encore bien meilleur, nous a-t-il confié. Mais j’ai bon espoir de progresser encore pour ce troisième match.» Au Portugal, l’entraînement du soir, mardi, s’est résumé à une longue mise en place tactique afin de peaufiner les automatismes déjà bien en place. «Je ne suis pas encore totalement satisfait, a poursuivi Jonathan Kazadi. Mais je sens qu’il y a du mieux.»

Jonathan Dubas

Le joueur intérieur, qui va rejoindre les Lions de Genève la saison prochaine, profite au jour le jour de la présence d’un coéquipier au CV prestigieux comme Clint Capela. «C’est spécial. On ne s’entraîne pas tous les jours avec un joueur de NBA, rigole-t-il. Cela peut paraître étonnant, mais c’est un challenge pour tout le monde. Pour lui aussi. Nous devons apprendre à utiliser ses qualités. On ne peut pas lui donner 25 fois le ballon par match et attendre qu’il fasse le reste. Il a besoin de nous, aussi.» Ce qui rend l’exercice d’autant plus intéressant pour Jonathan Dubas. «J’apprends beaucoup à son contact et même si c’est encore perfectible, je vois que nous progressons sortie après sortie. C’est positif pour tout le monde.»


«Mon intégration est meilleure»

Ce tir victorieux de Martin Hermannsson, Clint Capela l’a encore en travers de la gorge. Samedi à Reykjavik, la Suisse est passée très près d’une victoire très importante face à un adversaire réputé. Dès ce mercredi soir, les hommes de Gianluca Barilari seront dos au mur face au Portugal, dans la funeste bourgade de Sines (l'Islande y a perdu récemment). Pour «CC15» et ses coéquipiers, pas question de passer à côté de la victoire.

Clint Capela, quel est l’état d’esprit dans l’équipe après cette défaite cruelle en Islande?

Même si nous avons perdu, nous avons le sentiment d’avoir fait un bon match et avons joué avec la bonne intensité. Nos adversaires ont marqué de gros shoots sur la fin du match. Cela fait partie du jeu. Vous dites que c’est cruel, mais je ne le vois pas ainsi. L’Islande a mérité sa victoire et nous devons l’accepter. Notre état d’esprit était bon là-bas et nous devrons faire de même pour ce match au Portugal.

Votre intégration semble quasi parfaite, non?

Je ne dirais pas parfaite, non. Mais c’est effectivement de mieux en mieux. Je n’ai pas la connexion avec mes coéquipiers comme c’est le cas en NBA. Mais je sens une progression, ce qui est positif pour la suite de cette phase qualificative.

Sur quel aspect vous focalisez-vous désormais?

L’agressivité des deux côtés du terrain. C’est la base de tout. Prendre les rebonds, courir pour attaquer, être communicatif en défense et aider mes coéquipiers. Il y a plein de domaines tous très importants.

En Islande, vous avez pris quelques tirs hors de votre zone de confort. Était-ce votre choix ou celui du coach?

J’ai des opportunités qui se sont créées. J’ai envie de grandir en tant que joueur et cela passe aussi par une évolution dans mon jeu. G.B.

Créé: 14.08.2019, 07h14

Articles en relation

Ils n’avaient d’yeux que pour Capela

Basketball Samedi, la Suisse a battu le Portugal à l’occasion du retour de Capela devant 3220 fans heureux. Plus...

Match de gala à Genève avec le basketteur de NBA Clint Capela

Sport et spectacle Le joueur des Houston Rockets, équipe de NBA, sera sur le parquet du Pavillon des sports du Bout-du-monde, le 20 juillet. Plus...

«Si je viens en équipe de Suisse, c’est pour gagner»

Basketball Clint Capela va renforcer l’équipe nationale cet été. Interview. Plus...

Clint Capela va lancer son camp d’été pour les jeunes

Basketball Le Genevois des Houston Rockets organisera le Capela Geneva Camp qui vivra sa première édition en juillet prochain, à Meyrin. Plus...

Euro 2021 - Pré-qualifications

Groupe H (derniers matches)
Mercredi
19.30 Portugal - Suisse
Samedi
Islande - Portugal
Mercredi 21 août
19.00 Suisse - Islande
Classement:
1. Suisse 2/2 (159-155).
2. Islande 2/2 (162-162).
3. Portugal 2/2 (152-156).
Le premier du groupe participera aux qualifications de l’Euro 2021.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.