«Kipchoge m'a tapé plusieurs fois le pied en courant»

AthlétismeJulien Wanders a mené le quatrième groupe de lièvres devant Eliud Kipchoge lors de son marathon historique à Vienne. Le Genevois a livré ses premières impressions à chaud.

Julien Wanders après le marathon à Vienne samedi.

Julien Wanders après le marathon à Vienne samedi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Qu'est-ce que cette course représente pour vous?

En tant qu'athlète, on sait tout le travail qu'il y a derrière. C'est fantastique d'atteindre son but, surtout quand cet objectif est quelque chose qu'on a longtemps pensé impossible pour l'homme. C'est énorme. Je me sens ému. A titre personnel, c'est comparable avec mes records d'Europe (ndlr: du 10 km et du semi-marathon). Je ressens la même joie.

Vous étiez le capitaine du quatrième groupe. C'est une grosse responsabilité.

Oui, j'ai vraiment ressenti la pression. Eliud était juste derrière moi et, bien sûr, je ne voulais pas le faire tomber. J'ai dû guider les autres lièvres. Le Japonais (ndlr: Kota Murayama) avait tendance à trop revenir au centre. C'était difficile de garder tout le monde si proche à une telle vitesse.

Vous pensiez à l'accident en courant?

Eliud m'a touché plusieurs fois le talon en courant. Je lui ai dit de ralentir un peu. J'avais vraiment peur de l'accident. J'étais un peu stressé parce que je voulais pas qu'il y ait de problème.

Vous vous parliez en course?

Le but, c'était de parler le moins possible. Eliud devait rester concentré. Il y avait déjà beaucoup à gérer pour lui avec tous ces changements de lièvres. Dans mon équipe, je devais garder le groupe calme, communiquer juste avec des gestes.

Pourquoi avez-vous été choisi comme capitaine?

J'ai appris la nouvelle la semaine dernière. Ils ont peut-être choisi les capitaines en fonction des personnalités. Il faut avoir des qualités de meneur, en course mais aussi dans la vie. Le fait que je dirige mon groupe d'entraînement au Kenya a sûrement joué un rôle.

Vous avez répété la position de course avec vos coéquipiers?

Cela fait trois jours qu'on s'entraîne ensemble tous les matins. On a beaucoup échangé ces derniers temps. On a aussi travaillé les passages dans les rond-points qui étaient plus difficiles et les changements d'équipiers.

Kipchoge a brisé la barrière des deux heures. En tant qu'athlète, qu'est-ce que cela vous évoque?

En voyant ça, je me dis que rien n'est impossible. S'il peut le faire, pourquoi pas moi? Je me dis que je ne dois me mettre aucune limite. C'est très inspirant comme exploit.

C'est la fin de la saison. Vous allez prendre des vacances?

Après une telle journée, ça va être difficile de faire une pause mais j'ai deux semaines de vacances. Je ne vais pas m'entraîner mais je n'arriverais pas à m'arrêter de courir. Je crois que j'irai quand même faire des footings, juste pour le plaisir.

Ce soir, vous allez fêter Eliud tous ensemble?

Oui. Je ferai la fête à ma manière, parce que je ne bois pas d'alcool. Mais on va surement se retrouver pour marquer le coup, fêter et apprécier ce moment avec toute l'équipe.

Ugo Curty, Vienne

Créé: 12.10.2019, 13h25

Articles en relation

Kipchoge a écrit l’histoire sur le marathon

Athlétisme Le Kényan est devenu le premier homme à courir la distance en moins de deux heures (1h59’40’’) samedi à Vienne. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus est à Genève
Plus...