Passer au contenu principal

Kevin Staut maître parmi les maîtres à Genève

Le cavalier français a remporté samedi la finale du Top 10 mondial disputée lors du CHI de Genève. Guerdat 10e.

Le Français Kevin Staut et son hongre Rêveur de Hurtebise.
Le Français Kevin Staut et son hongre Rêveur de Hurtebise.
Archives, Keystone

Kevin Staut a remporté pour la première fois la finale du Top 10 mondial, disputée dans le cadre du CHI de Genève. Le Français et son hongre Rêveur de Hurtebise ont réalisé une deuxième manche de feu, au contraire de Steve Guerdat et Hannah, dixièmes et derniers de cet affrontement des maîtres.

Outre l'évidente importance d'un tel succès, cette finale était aussi la dernière chance pour Staut, en concurrence avec Scott Brash et Lorenzo De Luca, de se qualifier pour le Grand Prix de dimanche. Or le Français a gagné devant... Brash, battu sur Ursula pour 1''97. L'homme qui avait réalisé le Grand Chelem en 2014-2015 ne sera donc même pas en lice dans le GP de Genève!

«Beaucoup d'émotions»

Staut s'est offert un double sans faute comme cadeau pour son élection, vendredi, à la présidence du Club des cavaliers de saut internationaux, un IJRC qui a créé et possède la finale du Top 10. «Je ne sais pas si c'est une bonne chose, on va dire que c'était truqué!», a plaisanté le Français.

«C'est beaucoup d'émotion, a-t-il poursuivi. C'était ma huitième participation et j'arrive enfin à gagner. Je suis très fier et très heureux pour mes propriétaires, qui sont présents à Genève. Ils m'ont toujours dit tu fais ce que tu veux, mais nous aimerions un jour que tu remportes le Top 10...»

Le couple Staut - Rêveur de Hurtebise avait souvent échoué de peu à Palexpo, terminant trois fois quatrième, lors du Grand Prix et du Top 10 en 2016 et du GP en 2014. «En plus, je gagne avec Rêveur... Or tout le monde sait que c'est mon cheval de coeur, qui a 16 ans et a déjà tant donné. Il a sauté magnifiquement bien, surtout en deuxième manche. Il s'est sublimé, comme souvent lors des grandes occasions.»

Guerdat peu inspiré

L'affaire a en revanche rapidement tourné au vinaigre pour Steve Guerdat, vainqueur de l'épreuve en 2010 sur Jalisca Solier. Le Jurassien, que l'on a connu plus inspiré, a fait une barre lors de la première manche puis deux dans la seconde.

«Nous avons fait une belle faute sur le premier parcours puis je n'ai pas bien monté lors du deuxième», a-t-il analysé avant d'évoquer le Grand Prix de dimanche. «Je ne peux pas parler de revanche puisque ce ne sera même pas le même cheval (NDLR: il montera Bianca), mais j'espère pouvoir faire mieux.»

(ATS)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.