Johan Nikles a fait le ménage pour éclaircir son avenir

TennisAu sortir d’une saison 2017 difficile, le Genevois a pris ses responsabilités, avec pour objectif de (re)lancer sa carrière.

Pour la première fois depuis deux ans, Johan Nikles, qui a notamment changé de raquette, se retrouve avec le vent dans le dos.

Pour la première fois depuis deux ans, Johan Nikles, qui a notamment changé de raquette, se retrouve avec le vent dans le dos. Image: STEEVE IUNCKER-GOMEZ

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il ne rêve pas de remporter vingt titres du Grand Chelem. Pas même trois, pour tout dire. Tout juste espère-t-il réussir dans le tennis. Alors, après une année noire, Johan Nikles, 21 ans, s’est donné les moyens de rebondir pour réaliser enfin ses songes, à terme. C’est en remettant les mains dans le cambouis, en renouant avec son côté bosseur qui l’avait abandonné en 2017, que le Genevois entend se relancer. «La saison passée, j’ai fait face au contrecoup de mon bon exercice 2016, glisse-t-il attablé devant une eau pétillante comme lui sur la terrasse du parc des Eaux-Vives. Je m’étais mis la pression et, de fait, je ne prenais plus aucun plaisir, dans rien. J’étais tendu, négatif, improductif…»

Des choix forts

Difficile, lorsque l’on a voué sa vie à la petite balle jaune, de ne subitement plus pouvoir la voir en peinture. «Yo» aurait donc pu «couper» un moment, prendre ses distances, remettre tout un monde en question, voire carrément jeter l’éponge, comme tant de gamins de son âge l’ont fait. Mais, parce que le garçon est du genre «crocheur», cette sombre période a finalement contribué à lui ouvrir de nouveaux horizons. Il a mûri à travers celle-ci et s’est mis du plomb dans la tête, pour mieux prendre sa carrière à bras-le-corps, en effectuant des choix forts. Les siens.

Ces dernières semaines, l’actuel 693e ATP (No 6 helvétique) a ainsi fait un grand ménage, en se séparant de son coach Antony Dupuis, en changeant de raquette – «J’ai trouvé l’outil de mes rêves avec Head», confie-t-il – et en décidant de s’installer dès septembre à Javea, au sein de l’Académie David Ferrer. Des orientations fortes, qui en disent long sur sa nouvelle détermination. «Je ne suis plus le même Johan qu’il y a douze mois, reprend-il. Je suis moins émotif, je ne balance plus entre les deux extrêmes, l’euphorie et le doute. Je suis plus posé, plus stable et plus solide mentalement. J’ai gagné en maturité. Je ne cogite plus comme avant et je ne me focalise désormais que sur ce qui est important. J’ai appris à jouer pour moi, et non plus pour les autres.»

Croire dans le discours de l’intéressé, ce n’est pas avaler des couleuvres. Dans le regard et dans la voix, quelque chose a effectivement changé chez Nikles. Le garçon aura sans doute toujours des fêlures, comme nous tous, mais il a appris à bomber le torse. Il encaisse mieux les coups et sait répondre désormais. Ce qu’il a fait autour du court a d’ailleurs déjà rejailli sur sa saison, sur le terrain de jeu. Finaliste des Future de Padova et Hammamet au début de l’été, il a, sur le plan individuel, signé une très belle cuvée d’Interclubs avec le TC Genève, comme l’ont prouvé ses succès sur Robin Roshardt, Adrien Bossel et Marco Chiudinelli. Voilà le plaisir revenu!

Le vent dans le dos

Pour la première fois depuis deux ans et son triomphe au Future de Sion, le droitier de Lancy se retrouve avec le vent dans le dos, en confiance. «Tout peut aller très vite dans le tennis, alors je ne veux pas me laisser griser par cette actualité, tempère-t-il toutefois. Mais il est vrai que je me sens plus fort qu’en 2016. J’ai récemment gagné des matches que j’aurais très certainement perdus il y a encore quelques mois. J’entends rester sur cette lancée, en faisant bien les choses, dans le bon ordre, et en travaillant dur, car ce sont ces paramètres-là qui me permettront de dépasser mon meilleur classement d’ici à la fin de la saison (ndlr: il fut 630e ATP). Certains progressent vite, mais ce sont des exceptions, comme Alexander Zverev ou Stefanos Tsitsipas (ndlr: avec lequel il a parfois joué en double par le passé). D’autres ont besoin de plus de temps. C’est mon cas.»

On l’a compris: même s’il ne se compare pas aux deux joueurs susmentionnés, Johan Nikles renaît à… l’envie, avec la conviction de pouvoir surfer sur la bonne vague. «Sur le plan du matériel, du physique, de la technique, du mental, tout est au vert», apprécie-t-il. Raison de plus pour croire en son étoile. Qui ne se voit même pas voilée par Alessandro Greco. Deux jours après la finale du Genevois à Padova, le directeur du sport à Swiss Tennis lui a en effet fait savoir par… message vocal qu’il ne faisait plus partie des cadres nationaux. Un chef a la classe, ou pas.

Le joueur, lui, a au moins l’humilité et l’intelligence de préférer parler avec sa raquette, comme il le (re)fait très bien en ce moment.

(TDG)

Créé: 09.08.2018, 07h46

Bio express

Johan Nikles
Né le 23 mars 1997 à Genève.
Classement:
693e ATP (il fut classé 630e au printemps 2017).
Surface préférée:
terre battue.
Palmarès:
1 succès au Future de Sion en 2016. Finaliste à Padova et Hammamet en 2018. Vainqueur des Interclubs 2016 avec le TC Genève Eaux-Vives.
Coupe Davis:
sélectionné à deux reprises, en Belgique en 2015 puis en Ouzbékistan en 2016, mais sans être aligné.
Programme 2018:
trois tournois Future en Suisse à venir, puis installation à Javea (Espagne), à l’Académie David Ferrer. A.CE.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.