JO 2018: Poutine met en garde le CIO

DopageLe président russe a prévenu qu'une interdiction des athlètes russes à Pyeongchang «ferait du mal au mouvement olympique».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Interdire aux sportifs russes de participer aux JO d'hiver 2018 de Pyeongchang ou les forcer à évoluer sous bannière neutre «ferait du mal au mouvement olympique», a averti jeudi Vladimir Poutine. Une telle décision constituerait «une humiliation pour la Russie», a souligné le président russe.

«L'effet sera opposé»

«Il y a deux options: forcer la Russie à participer sous drapeau neutre ou ne pas l'autoriser du tout aux Jeux olympiques. Les deux constituent une humiliation pour le pays», a déclaré le président russe à l'occasion d'une conférence du club Valdaï organisée à Sotchi.

«Si quelqu'un pense que cela influencera la campagne présidentielle au printemps prochain, il se trompe lourdement. L'effet sera opposé. Et cela fera beaucoup de mal au mouvement olympique», a-t-il ajouté.

A quatre mois des JO 2018 (9-25 février), le CIO cherche à déterminer dans quelles conditions les sportifs russes pourront participer malgré le scandale de dopage les affectant. Selon le président russe, le CIO subit la pression «des sponsors et des chaînes de télévision» et ses sponsors «cèdent à leur tour aux signaux sans ambiguïté des instances américaines» pour suspendre la Russie.

Rapports attendus

La Russie est au coeur d'un scandale de dopage après les révélations du juriste canadien Richard McLaren, qui a en 2016 mis à jour un système de dopage institutionnalisé dans le sport russe, révélant notamment la participation des services secrets russes (FSB), y compris pendant les JO 2014 d'hiver organisés à Sotchi. Le CIO a créé deux commissions chargées d'enquêter plus précisément sur les allégations concernant les JO 2014. Les rapports de ces deux commissions doivent servir de base au CIO pour d'éventuelles sanctions contre la Russie.

Le président de l'instance olympique, l'Allemand Thomas Bach, a demandé à la commission Schmid de rendre son rapport «avant la fin de l'année». Mi-septembre 2017, en pleine session du CIO à Lima, dix-sept organisations nationales antidopage, emmenées par les Américains avec notamment les Britanniques et les Français, et rejoints par une dizaine d'autres depuis, ont réclamé l'exclusion du Comité olympique russe pour les JO 2018. (si/nxp)

Créé: 19.10.2017, 19h55

Articles en relation

Sa mission: doper les Russes pour le Mondial

Football Le gouvernement avait chargé Grigory Rodchenkov, au cœur du dopage des athlètes russes à Sotchi, de recommencer. Plus...

Dopage aux JO 2010: conclusions en août

CIO La réanalyse des échantillons datant des JO d'hiver de Vancouver sera terminée cet été. La nouvelle instance antidopage sera opérationnelle en février 2018. Plus...

Pour l'AMA, prudente, le dossier russe avance

Dopage L'Agence mondiale antidopage pourrait lever la suspension de l'agence russe antidopage dès cet automne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...