«J’ai été battu par Peter Sagan, qui est à la fois ange et démon»

CyclismeBrillant du début à la fin de Paris-Roubaix, Silvan Dillier a dû s’avouer vaincu au sprint face au champion du monde.

Il n’a manqué qu’une bagatelle à Silvan Dillier, sur le vélodrome de Roubaix, pour remporter un succès retentissant. Mais le champion du monde Peter Sagan était trop fort au sprint.

Il n’a manqué qu’une bagatelle à Silvan Dillier, sur le vélodrome de Roubaix, pour remporter un succès retentissant. Mais le champion du monde Peter Sagan était trop fort au sprint. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Existe-t-il une course plus exaltante qu’un Paris-Roubaix un dimanche d’avril? Un beau dimanche, une belle épreuve pleine de contrastes. France Télévisions a proposé des super ralentis (300 images par seconde) et le peloton une course débridée, rondement menée. Au bout du suspense, la reine des classiques s’est choisi le roi de notre époque épique: le triple champion du monde Peter Sagan. Échappé de la première heure, Silvan Dillier a été le seul à contester le succès du Slovaque au sprint.

La course a pris une tournure définitive à 55 km de l’arrivée. Quand Sagan a contré une attaque de Van Avermaet pour revenir sur les rescapés d’une échappée matinale à laquelle l’Argovien a pris une part prépondérante. Pour le coup, le Slovaque n’est plus un «suiveur», selon l’expression de Tom Boonen, un coureur marqué de trop près qui fuit ses responsabilités.

«Quand je me suis brisé le petit doigt de la main gauche aux Strade Bianche, je n’imaginais pas que je jouerai pour la gagne cinq semaines plus tard»

«C’est fou, c’est un truc de fou ce qui m’arrive», lâchait l’Argovien, à sa descente de vélo. «Quand je me suis brisé le petit doigt de la main gauche aux Strade Bianche, je n’imaginais pas que je jouerai pour la gagne cinq semaines plus tard. J’ai eu la chance de prendre l’échappée matinale.» Mais au-delà de la chance, c’est sa formidable détermination qui l’a projeté vers l’avant.

Il n’a reçu le feu vert du médecin d’AG2R La Mondiale pour s’aligner dans l’Enfer du Nord que jeudi passé. «Silvan est un coureur solide et un bon rouleur», se félicitait Vincent Lavenu, le manager de la formation française qui a enregistré le meilleur résultat de son histoire sur une des cinq classiques majeures. «On savait que Silvan pouvait être un «client» pour Paris-Roubaix. C’est un coureur endurant. Il roule énormément», précisait Julien Jurdie, le directeur sportif.

Dillier a savouré le final: «C’était un moment incroyable. Après avoir pédalé quelque six heures sur les pavés, j’étais émoussé. Mon corps était fatigué. Mais j’ai eu la force mentale pour accompagner jusqu’au bout Sagan, véritable machine de guerre.» Attaquant de la première heure, Dillier a collaboré avec Sagan alors qu’il aurait pu adopter une retenue que personne ne lui aurait reprochée. «On a travaillé ensemble. J’ai donné le maximum. Je ne voulais pas qu’il m’attaque et me lâche sur un des trois derniers secteurs pavés où j’ai beaucoup souffert. Ce mec rentre dans les virages avec une vitesse incroyable. J’ai été battu par un Sagan qui est à la fois un ange et un démon.» Mais qu’on ne se méprenne pas sur ses dires: «Nous étions animés d’un respect mutuel.»

Victime de deux crevaisons l’an passé, Sagan a été épargné par la malchance. Avant de s’ancrer dans l’histoire, il a été occupé, à 30 km de l’arrivée, à visser la potence de son guidon, malmenée par les soubresauts dus aux pavés. «Je ne sous-estime jamais un adversaire, précisait Sagan. Je n’étais pas assez frais pour espérer lâcher Dillier sur les pavés. Mais je savais que ça le ferait au sprint.»

«Pas pensé à écrire l’histoire»

Anticipant avec à propos, le Slovaque a lancé celui-ci dans le dernier virage. Pour le meilleur. «J’avais décidé de rentrer en tête dans le vélodrome. J’ai pris la balustrade, commentait l’Argovien. Au moment où j’allais porter mon effort, Sagan est parti. Je n’avais plus aucune chance de le doubler.»

Au palmarès, Dillier ne succède donc pas à Cancellara, triple lauréat de l’épreuve (en 2006, 2010 et 2013). «J’ai parlé avec Fabian il y a quelques jours. Mais, au plus fort de l’action, je n’ai pas pensé à écrire l’histoire. Je n’avais pas le temps.» Dillier n’a pas seulement payé de sa personne. Le jury des commissaires lui a infligé - tout comme à Sagan - une amende de 1000 francs pour ravitaillement non autorisé dans les vingt derniers kilomètres. Une sanction plus dure à avaler que des pavés. (TDG)

Créé: 09.04.2018, 08h02

Michael Goolaerts meurt à l'hôpital

Ce millésime 2018 de la classique Paris-Roubaix a été marqué par un événement aussi dramatique que rarissime. Michael Goolaerts a chuté. Le Belge de 23 ans s’est retrouvé au sol, inconscient, les bras en croix. Le coureur de l’équipe Veranda’s Willems Crelan a été victime d’un arrêt cardio-respiratoire. Il a été héliporté au Centre hospitalier universitaire de Lille où il est décédé, dimanche dans la soirée.

Pris dans une chute avant le premier des 29 secteurs pavés, Stefan Küng souffre, pour sa part, d’une plaie au menton qui a été suturée sur place. Il a été évacué sur l’Hôpital de Roubaix. Percuté par une voiture, le Thurgovien de la BMC avait déjà été contraint à l’abandon l’année passée. Maudit Enfer du Nord pour lui!

Lukas Spengler, autre coureur alémanique, figure également au nombre des abandons. Michael Schär (51e) et Gregory Rast (60e) ont rallié l’arrivée dans le même temps que le 44e (Dylan Groenewegen) à 12’ 53” du vainqueur Peter Sagan.

Articles en relation

Paris-Roubaix endeuillé: Michael Goolaerts est mort

Cyclisme Le coureur belge retrouvé inanimé durant la course est décédé dimanche dans la soirée à l'hôpital de Lille. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...