Passer au contenu principal

Hamilton gagne sur un ordre par radio

En exigeant de Valtteri Bottas qu’il laisse Lewis Hamilton s’imposer, l’écurie allemande sort victorieuse mais pas grandie.

Lewis Hamilton.
Lewis Hamilton.
Keystone

Valtteri Bottas avait dominé la séance qualificative et partait de la pole-position. En course, il s’était installé en tête dès le départ et comptait bien s’imposer pour la première fois de la saison. D’autant qu’avant la course, Toto Wolff, le patron de l’équipe Mercedes, avait été assez clair: «Les pilotes arrivent tous sur un circuit dans l’intention de remporter la victoire. Nous n’allons pas interdire à Valtteri de gagner.»

C’est pourtant très exactement la décision qui a été prise chez Mercedes: au 25e tour, alors que le Finlandais roulait devant Lewis Hamilton et Sebastian Vettel, les stratèges de Mercedes décident que l’Allemand constituait une menace potentielle pour le leader du championnat du monde. Chez Mercedes, James Allison, le directeur technique, James Wowles, le responsable de la stratégie et Toto Wolff ont donc demandé à Valtteri Bottas de laisser passer Lewis Hamilton et de jouer le tampon entre le Britannique et Sebastian Vettel.

Hamilton emprunté

D’une pure logique comptable, cette décision pouvait se comprendre: au lieu de voir son avance sur Sebastian Vettel se réduire à 37 points au cas où il finirait derrière l’Allemand, Lewis Hamilton, avec cette nouvelle victoire, rentre de Sotchi avec 50 points d’avance sur le pilote Ferrari. Une différence de 13 points qui pourrait faire la différence en fin de championnat.

Mais d’un point de vue sportif, en considérant la supériorité des Mercedes en cette fin de saison, le geste ne se justifie pas. Voir semble carrément superflu. «Tout le monde a vu ce qui s’est passé», regrettait Valtteri Bottas, visage fermé, après la course. «Valtteri a été excellent ce week-end, mais il faut comprendre que nous visons les deux titres mondiaux», justifiait Lewis Hamilton, visiblement très emprunté.

A une semaine du Grand Prix du Japon, la décision de ses patrons, dimanche, permet donc au Britannique de mener le classement avec l’équivalent de deux victoires d’avance. Mais en perdant un peu de sa gloire.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.