Ge/Servette se heurte à un mur et c’est Lausanne qui en profite

Hockey sur glaceLes Lions n’ont cadré que 11 tirs mais ils ont raflé la mise grâce un Tobias Stephan phénoménal et un maximum de réussite

Tanner Richard bute sur le gardien Tobias Stephan et la défense du LHC

Tanner Richard bute sur le gardien Tobias Stephan et la défense du LHC Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce match pourrait bien servir de leçon. Ou mieux, d’avertissement puisque les rivaux lémaniques ont peut-être bien rendez-vous en play-off. Le scénario d’un duel entre frères ennemis en séries éliminatoires est tout sauf farfelu. Et Ge/Servette doit déjà se dire que jouer contre ce Lausanne-là n’a rien d’une partie de plaisir. Les Vaudois, il est vrai diminués par plusieurs absences, ont appliqué la seule méthode qui colle à leurs possibilités actuelles. Elle consiste à jouer groupé dans sa zone de défense et à profiter, si possible, de chaque embryon d’occasion. Contre un tel adversaire, passé maître dans l’art de défendre son bifteck, Ge/Servette a pourtant tout tenté. Mais il faut croire que cette soirée, ce 5e derby du lac de la saison, serait celle de Tobias Stephan.

L’ancien gardien des Vernets a dégoûté les attaquants grenat. Il a réalisé plusieurs très gros arrêts et n’a pratiquement accordé aucun rebonds. Mieux, à chaque fois qu’il avait été mis dans le vent, c’est le poteau ou la latte qui sont venus lui prêter main-forte sur des envois de Noah Rod, Eric Fehr et Daniel Winnik. Louer les mérites de «Tobi», c’est aussi mieux relever la soirée compliquée de Robert Mayer qui s’est troué d’entrée sur un tir presque anodin de Dustin Jeffrey. Il n’a pas non plus été décisif lorsque Robin Leone a repris instantanément une subtile passe de Josh Jooris.

Menés de deux longueurs, les Aigles n’ont pourtant pas ménagés leurs efforts. Un peu dans la lignée du match de Berne, ils ont mis une emprise totale sur le match sans pour autant parvenir à inscrire le moindre but pendant quarante minutes. Rarement, un adversaire n’aura autant subi le jeu que les Lions lors de ces deux premières périodes. Une statistique? Juste une une. Trent et un tirs à neuf en faveur des Genevois. De quoi rendre fou le plus zen des hockeyeurs.

C’est donc tout sauf un hasard si les Aigles ont un peu perdu leurs nerfs dans le rush final. «C’est souvent comme ça quand tu domines et que tu ne marques pas, relève justement Floran Douay qui aura énormément tenté, en vain, comme ses coéquipiers. On concède alors des pénalités stupides qui cassent le rythme.» Frustrés, Eric Fehr et Daniel Winnik ont sans doute gaspillé un peu trop d’énergie dans des échauffourées bien inutiles. En gardant son sang-froid, il semblait clairement y avoir la place pour recoller au score.

«C’est clair que nous étions la meilleure équipe ce soir, en terme de jeu, reprend Floran Douay. Mais quand ça ne veut pas...» Sur l’aile du 4e bloc, le jeune Français a été bien remuant et il s’est créé plusieurs belles chances de but. «Je ne sais pas quand la réussite va enfin me sourire», peste-t-il.

Comme tous les leaders offensifs, il est resté en Berne. Et il peut maudire ce Tobias Stephan, royal, comme lorsqu’il était un Aigle. «Il nous sort un grand match, savourait de son côté Etienne Froideveaux, le capitaine des Lions. Ce soir, ce n’était pas un grand spectacle mais le’essentiel est dans ces trois points très importants que nous gagnons. Et puis, nous avions aussi à coeur de battre enfin Genève après quatre défaites. On sait que pour nos supporters, ces matches sont très importants. Et on voulait aussi prouver que ça l’est aussi pour nous. Donc cette victoire est un signe fort que l’on envoie.»

Un signe fort et une bonne leçon que les Aigles ne devront pas oublier en cas de retrouvailles printanières...

Créé: 30.01.2020, 23h04

Ge/Servette-Lausanne 0-3 (0-2 0-0 0-1)

Patinoire des Vernets,
7135 spectateurs (à guichets fermés).

Arbitres: MM. Stricker, Fluri; Progin, Gnemmi.

Buts: 9e Jeffrey (Vermin, Grossmann) 0-1, 16e Leone (Jooris, Moy) 0-1, 58e Almond (cage vide) 0-3.

Genève-Servette: Mayer; Karrer, Maurer; Jacquemet, Tömmernes; Le Coultre, Kast; Smons; Miranda, Fehr, Winnik; Bozon, Richard, Rod; Wingels, Smirnovs, Patry; Wick, Berthon, Douay; Maillard.

Lausanne: Stephan; Grossmann, Genazzi; Lindbohm, Frick; Heldner, Holm; Nodari, Oejdemark; Bertschy, Jooris, Leone; Antonietti, Jeffrey, Vermin; Moy, Almond, Herren; Traber, Froidevaux, Roberts.

Pénalités: 6x2’ contre conre les deux équipes.

Notes: Ge/Servette sans Mercier, Völlmin, Riat ni Fritsche (blessés). Lausanne sans Emmerton ni Kenins (blessés). Tirs sur le poteau: 23e Fehr, 29e Rod.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les PV diminuent depuis que les policiers doivent y écrire leur nom
Plus...