Genève surclasse Fribourg pour mieux se rassurer

Hockey sur glaceA la BCF Arena, les Aigles ont effacé la frustration du derby perdu jeudi contre Lausanne. Et avec la manière s’il vous plait

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On les avait quitté frustrés. Battus par une pâle équipe de Lausanne qui n’avait pas fait honneur à son statut d’équipe de tête. On les a retrouvés, deux jours plus tard, comblés. Après une victoire contre une pâle équipe de Fribourg qui n’a fait que confirmer ses limites actuelles. Les Aigles ont cette fois récolté le fruit de leur labeur. Et pourtant, l’espace de 20 premières minutes assez équilibrées (mais pas trop quand même), Noah Rod et Cie ont cru revivre un peu le même cauchemar que contre Lausanne. Muet pendant 60 minutes face à Tobias Stephan, les Genevois ont buté sur Reto Berra, un autre gardien XXL de la ligue. De quoi devenir fou? «On ne s’est pas énervé et on est resté sur notre plan de jeu, témoigne Noah Rod. C’est aussi notre force, cette saison, que de savoir surmonter ce genre de chose.»

Rouleau compresseur

Il est vrai que lorsque Ge/Servette se met en mode rouleau compresseur, qu’il envoie ses quatre lignes sur la glace avec une régularité métronomique, l’adversaire a bien de la peine à garder la tête hors de l’eau. Si Lausanne avait pu profiter de trois bouffées d’oxygène pour inscrire trois buts, Fribourg, lui, n’a pas su faire preuve du même froid réalisme. Julien Sprunger, Zach Boychuk ou Viktor Stalberg n’on jamais trouvé autre chose que la jambière, la crosse, le biscuit ou la mitaine d’un Gauthier Descloux royal quand il le fallait. Quelconque il y a dix jour lors du naufrage face à Zurich (défaite 8-6 à domicile), le jeune portier d’origine fribourgeoise a parfaitement réagi et signé un 4e blanchissage cette saison. Rappelant au passage qu’il est bien plus qu’un portier No2.

C’est donc lors de la seconde période que le travail de sape des Aigles a payé. Dennis Smirnovs a conclu un joli solo dans la défense fribourgeoise d’un tir soudain loin d’être inarrêtable pour un gardien de la trempe de Reto Berra. Dans la foulée, Roger Karrer a inscrit le 2-0 d’un tir cette fois imparable armé dans un timing parfait. Puis c’est enfin Daniel Winnik qui a parachevé le boulot d’une déviation assez géniale, dos au but, sur un envoi de Marco Maurer.

Au-delà de la manière, très aboutie, Noah Rod voulait aussi relever l’importance psychologique d’une telle victoire. «Après la défaite contre Lausanne, nous avions vraiment à coeur de réagir immédiatement car il aurait été compliqué de partir en pause sur deux défaites lors de deux derbys. Là, on part l’esprit tranquille. On va s’offrir un ou deux jours de congé avant de se remettre au boulot pour la fin de saison. On va profiter de cette semaine sans match pour faire une grosse session de travail physique. Moi, c’est ce que j’ai fait lors de ma suspension et ça m‘a été profitable car je suis revenu au jeu en très bonne forme.» Même s’il n’a pas connu de réussite avec ses compères de lignes retrouvés (Richard et Wingels), il est vrai que le capitaine a été très remuant. «Cette ligne a pesé sur le match, estime Louis Matte. Même s’ils n’ont pas marqué ils se sont créée énormément de chances de but. Et ça, c’est tout bénéfice pour la suite et la fin de la saison. Globalement, c’est toutes les lignes qui ont fait un gros effort ce soir.»

Sur le podium

De retour sur le podium (3e) d’un classement toujours un peu bancal (Davos, 4e, a joué trois matches de moins), les Aigles peuvent préparer la suite en toute sérénité. «On ne va pas se mettre dans une zone de confort, livre Louis Matte. On va rester concernés pour arriver lancés dans les play-off. On va se battre jusqu’au bout pour décrocher la meilleure place possible et ainsi s’assurer l’avantage de la glace qui n’est pas anodin lors des séries finales.»

A l’heure des pauses dédiées aux équipes nationales, il est toujours temps de profiter de souffler un peu et de faire un petit bilan intermédiaire. Et à Genève, on se dit qu’il serait bon de terminer la saison en trombe. Histoire d’éviter toute forme de frustration après un parcours qui jusque-là à dépassé toutes les attentes.


Richard, ça va déjà un peu mieux

Tanner Richard qui patine dans le vide, le sujet est sensible aux Vernets. Il faut dire que les dernières prestation du centre No 1 des Aigles avaient sérieusement de quoi interpeller. Pépin physique? Manque de travail de fond? Hygiène de vie légère? A force de ne rien dire sur le sujet, Ge/Servette s’expose à la propagation d’explications douteuses. Et si la réalité était ailleurs? Et si le fantastique joueur qu’il peut être ne traversait pas une simple grosse crise de confiance?

C’est sans doute l’explication la plus plausible qui a été avancée par plusieurs personnes proches de l’équipe. Ces mêmes personnes indiquent par ailleurs que tout est fait pour remettre le joueur sur les bons rails. Dans l’intérêt de tous et du club en premier lieu.

Depuis deux matches, il faut bien admettre que le No 71 ne peut être taxé de fainéantise. Contre Lausanne, il y avait eu du mieux, pendant deux périodes. A Fribourg, il faudrait vraiment être de mauvaise fois pour estimer que Tanner Richard n’a pas livré la marchandise. On l’a vu gratter des puck en box-play. On l’a vu distiller de belles passes et s’impliquer totalement dans le travail tant offensif et défensif. «Il fait un vrai match-plein, comme l’on dit», estime Louis Matte, l’un des deux assistant de Pat Emond.

Son compère de ligne et capitaine, Noah Rod, abonde dans le même sens. «Ce soir, dans notre ligne avec Tanner Richard et Tommy Wingels. il ne nous a manqué que la réussite. On doit avoir six shoot chacun et on nous refuse aussi un but. Quand tu te crées autant de chances, c’est positif et ça pèse aussi sur l’équipe adverse.»

Tanner Richard aurait bien mérité au moins une mention d’aide. Ou mieux, un petit but pour se relancer définitivement.

Créé: 02.02.2020, 17h59

Fribourg – Ge/Servette 0-3 (0-0 0-3 0-0)

BCF Arena, 6500 spectateurs (guichets fermés).
b>Arbitres: MM. Wiegand, Dipietro; Kaderli, Ambrosetti.
Buts: 23e Smirnovs (Miranda, Le Coultre/5c4) 0-1, 27e Karrer (Fehr) 0-2, 28e Winnik (Maurer, Fehr) 0-3.
Fribourg Gottéron: Berra; Gunderson, Chavaillaz; Kamerzin, Stalder; Abplanalp, Marti; Gähler; Brodin, Schmid, Stalberg; Rossi, Walser, Marchon; Sprunger, Boychuk, Mottet; Lauper, Schmutz, Vauclair; Lhotak.
Entraineur: Christian Dubé.
GE Servette: Descloux; Jacquemet, Tömmernes; Karrer, Maurer; Le Coultre, Kast; Smons; Miranda, Fehr, Winnik; Wingels, Richard, Rod; Maillard, Smirnovs, Bozon; Wick, Berthon, Douay; Patry.
Entraneur: Pat Emond.
Pénalités: 3x2’ contre FR Gottéron; 4x2’ contre GE Servette.
Notes: FR Gottéron sans Furrer, Desharnais, Bykov (blessés) ni Forrer (surnuméraire). GE Servette sans Mercier, Völlmin, Riat ni Fritsche (blessés).

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Selon Hodgers, les récentes votations bloqueront la construction de 20.000 logements
Plus...