Fuchs et Guerdat, le duo de choc de toute une génération

HippismeDans le sillage des deux finalistes du Top 10 du CHI de Genève, l’hippisme suisse se prépare un bel avenir. Comme au bon vieux temps.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un duo de choc pour une épreuve chic. Très chic, même. Le Top 10, c’est de la haute couture. Un défilé de champions et de cracks sur la piste magique de Palexpo. Parmi cette élite, deux cavaliers suisses nourrissent de belles ambitions. Steve Guerdat, que l’on ne présente plus, et Martin Fuchs, l’héritier d’une dynastie, ont des rêves de victoire. Et s’ils grimpaient une nouvelle fois sur le même podium?

Ces deux cavaliers d’exception ont déjà fait le coup en septembre, lors des Jeux équestres mondiaux à Tryon, aux États-Unis. L’élève, en argent, juste devant le maître, l’idole, bronzé et heureux. Pour la Suisse, il s’agissait là d’une grande première au niveau mondial. Ce résultat historique, qui est souvent confirmé lors des grandes épreuves de Coupe du monde tout au long de l’année, symbolise la très bonne santé du sport hippique en Suisse.

Champions d’exception

«On peut retrouver très bientôt une génération aussi compacte et forte que celle que nous avons connue dans les années 80, confie Alban Poudret, directeur sportif du CHI de Genève. Il y avait à cette époque les frères Fuchs, Thomas et Markus, Willi Melliger, Philippe Guerdat, Walther Gabathuler et également Heidi Hauri Robbiani.» Les grandes lignes du palmarès de cette génération sont éloquentes. Un titre européen par équipes en 1983. Un doublé continental (équipe et Melliger en individuel) en 1993 à Gijón, et un autre titre par équipes en 1995 à Saint-Gall, avec l’apport de Lesley McNaugth-Maendli.

Entraîneur de l’équipe de Suisse, Thomas Fuchs estime que de bien belles années se profilent: «Avec Steve Guerdat et Martin Fuchs, nous avons deux champions d’exception qui vont briller encore pendant de très nombreuses années. Et derrière, il y a une sacrée relève. Surtout en Suisse romande, je dois dire.»

Le papa de Martin pense en particulier à trois jeunes cavaliers qui font déjà l’unanimité dans les paddocks. En premier lieu, il faut citer Bryan Balsiger, un Neuchâtelois sacré champion de Suisse cette année. Il frappe clairement à la porte de l’équipe de Suisse pour les concours par équipes et pourrait rapidement s’imposer comme le troisième homme derrière les deux intouchables leaders. Il faudra attendre un peu plus pour les deux autres espoirs que sont le Genevois Édouard Schmitz et le Jurassien Anthony Bourquard.

«C’est vrai que notre sport vit de très belles heures en ce moment en Suisse, estime Steve Guerdat. Si nos résultats ont pu inspirer certains cavaliers, c’est une belle satisfaction. Mais parmi ces jeunes qui progressent, ce qui me réjouit le plus, c’est que ce sont tous des hommes de chevaux. Des passionnés, travailleurs et respectueux des chevaux. Ce ne sont pas juste des fils de qui ont bénéficié de conditions favorables pour brûler les étapes.»

Effet en Suisse romande

Le champion olympique de 2012 a sans conteste redynamisé l’équitation en Suisse romande. Il y a eu indéniablement un effet Steve Guerdat comme il y a eu un effet Alinghi dans la voile après les succès en Coupe de l’America de 2003 et 2007. «Il y a indubitablement un mouvement très positif en Suisse romande, estime Alban Poudret, qui écume les concours à longueur d’année. Et c’est bien de ce côté-ci de la Sarine que l’on trouve les plus belles manifestations. Surtout pour ce qui concerne les jeunes et la relève.»

Un autre aspect plaide en faveur de notre région. C’est l’argent. Le nerf de la guerre dans le monde parfois abrupt du saut d’obstacles. Selon plusieurs connaisseurs de ce milieu, les Romands (les familles) seraient plus généreux lorsqu’il s’agit de financer l’achat d’un premier – bon – cheval pour un jeune cavalier. Impossible en effet de percer sur le dos d’un canasson. À un moment donné, il faut quand même que le talent du cavalier trouve un écho chez son partenaire.

C’est ainsi qu’une carrière se construit. Pas après pas. Trot après trot. Galop après galop. Obstacle après obstacle. En ce sens, la trajectoire de Steve Guerdat inspire tous ces jeunes espoirs. Ils ont vu le Jurassien convaincre les propriétaires de lui confier leurs futurs cracks. Sa capacité à faire progresser les chevaux est sa meilleure carte de visite. «Il est celui qui fait cela le mieux», juge Martin Fuchs, admiratif. Et c’est ce chemin-là que veulent emprunter à leur tour Bryan Balsiger, Edouard Schmitz et Anthony Bourquard.

Genève peut se préparer à vivre encore de nombreuses soirées chics. Comme au bon vieux temps.


Schnieper sauve l’honneur

La première soirée du 58e CHI de Genève a levé le voile sur les trois quarts des cavaliers qualifiés pour le Grand Prix estampillé Grand Chelem de saut d’obstacles, qui aura lieu dimanche sur la piste de Palexpo. Le Trophée de Genève, dernière épreuve de la journée, offrait un sésame à 24 cavaliers, en plus des 8 déjà pré-qualifiés par leurs résultats dans de grandes compétitions remontant jusqu’au CHI genevois de l’an dernier. Bryan Balsiger (champion de Suisse), Martin Fuchs et Steve Guerdat (médaillés des Jeux équestres mondiaux) sont de ceux-là.

Pour les autres Suisses, la soirée a été plutôt difficile. Seule la Soleuroise Barbara Schnieper (36 ans), 25e et auteur d’une faute sur son hongre Cicero, est parvenue à ajouter son nom sur la prestigieuse liste des 40 élus dominicaux. L’épreuve a été remportée par l’Allemand Daniel Deusser.

Vendredi soir, la 18e finale du Top 10 mondial, avec Fuchs, Guerdat, Peder Fredricson, Henrik von Eckermann (Suè), Niels Bruynseels (Be), Daniel Deusser, Marcus Ehning (All), Harrie Smolders (PB), Ben Maher (GB) et McLain Ward (EU), offrira trois tickets supplémentaires pour le Grand Prix. Les cinq derniers seront distribués samedi au terme de la Coupe de Genève. DUF

(TDG)

Créé: 07.12.2018, 07h30

Au galop

Double victoire suisse


Les deux premières épreuves d’encadrement ont souri aux cavaliers suisses. Edwin Smits sur Lantaro von Hof a remporté le Prix Radio Lac, première épreuve de ce 58e CHI. Peu après, c’est Pius Schwizer sur Balou Rubin R qui a fait retentir une 2e fois l’hymne suisse en s’adjugeant le Prix des Vins de Genève, juste devant Martin Fuchs. Santé.

Vendredi:
13.00
Dressage: Grand Prix Spécial Victory Net Foundation.
15.15
Saut: Prix des Communes Genevoises (épreuve comptant pour le classement mondial)
19.45
Saut: 18e Finale du Top 10 Rolex IJRC Barème A en deux manches

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.