Passer au contenu principal

La Suède et le Canada ont du souci à se faire

La 1re journée des Mondiaux a été riche en surprises: la Slovaquie prophète en son pays face à la Suède, le Canada battu par la Finlande.

Mauvaise soirée pour la Suède et son gardien Lundqvist face à la République tchèque.
Mauvaise soirée pour la Suède et son gardien Lundqvist face à la République tchèque.
Reuters

Les championnats du monde ont officiellement commencé. Vendredi soir, dans une Steel Arena de Kosice ébahie et aux anges, la Slovaquie a parfaitement entamé «son» tournoi en écrasant - contre toute attente - les Etats-Unis 4-1.

Les Slovaques ont annoncé la couleur précocement en ouvrant la marque par Sukel après 4 minutes déjà. L’égalisation américaine, signée DeBrincat à la 13e en supériorité numérique, n’a pas coupé leur élan. Cernak (22e à 5 contre 4) et Tatar (25e) ont fait la différence en à peine trois minutes. Kristof, auteur du numéro 4 à la 56e, a douché les derniers espoirs des hommes de Jeff Blashill.

Un troisième tiers de feu

Dans l’autre rencontre de la soirée, le premier choc en fait de ces Mondiaux, la République tchèque - venue en voisine à Bratislava - a dominé la Suède 5-2. Tout s’est joué dans le troisième tiers-temps entre ces deux cadors du hockey mondial, qui ont rejoint les vestiaires dos-à-dos (2-2) à la deuxième sirène. Frolik (41e), Vrana (56e) et Kovar (60e dans des buts vides) ont offert aux Tchèques une victoire dont l’ampleur peut surprendre.

La Suède - championne du monde en titre - devra présenter un tout autre visage ces prochains jours pour espérer pouvoir conserver sa couronne.

Relâchement coupable

Plus tôt dans la journée, une demi-surprise avait déjà été enregistrée. La Finlande a en effet battu le Canada 3-1 à Kosice, devant 6764 spectateurs. Après deux premières périodes équilibrées, marquées par l’ouverture du score de Jokiharju (7e) et l’égalisation de Marchessault (9e, en supériorité numérique), les Finlandais ont fait la différence dans le troisième tiers. En reprenant d’abord l’avantage à la 43e par Ilomaki, puis en «tuant» définitivement le suspense à la 60e par Kakko dans des buts vides.

Dans l’autre match inaugural, mais à Bratislava cette fois, la Russie - grandissime favorite de cette quinzaine - n’a pas eu à forcer son talent pour dominer la Norvège 5-2. Les réussites russes ont été l’oeuvre de Dadonov (9e, à cinq contre 4, puis 40e), Anisimov (15e), Kucherov (29e) et Gusev (42e).

Flanqués de cinq longueurs d’avance, les joueurs d’Ilya Vorobyov ont ensuite subi un relâchement aussi coupable qu'anecdotique, qui a permis aux Norvégiens de «désaler» l’addition grâce à Olsen et Holos.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.