Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

«Federer m’oblige à être toujours créatif»

Pierre Paganini est un préparateur physique à succès. Marc Rosset, Ana Ivanovic, Stan Wawrinka, Roger Federer, l’équipe de Suisse de Coupe Davis, les champions en herbe de Swiss Tennis: tous ont bénéficié de son travail pour optimiser leur potentiel.

Franchement, Pierre Paganini, pensiez-vous Roger Federer capable de remporter l’Open d’Australie pour son retour à la compétition après six mois d’arrêt?

Parlez-nous de cette décision radicale qui a été prise par Federer l’année passée, ce break de six mois…

Quel était votre avis?

Quand Federer a tranché en faveur d’une grosse pause, cela vous a-t-il surpris?

A ce moment-là, comment vous êtes-vous organisé, avec le staff autour de lui, pour mettre sur pied le programme de son retour sur les courts?

Avez-vous eu peur qu’il se blesse durant la préparation, justement?

Mais comment a-t-il pu s’astreindre à tant d’exercices pour revenir au sommet, lui qui avait déjà tout gagné?

N’y a-t-il jamais eu un jour durant ces dix-sept ans, ou alors ces derniers mois, où il est venu à l’entraînement en traînant les pieds?

On a souvent la tentation de croire que tout est facile sur un court pour Roger Federer. Il danse, il est aérien. Mais on ne voit jamais le Federer besogneux qui travaille avec vous…

D’où vous vient votre méthode de travail?

C’est donc global et individualisé à la fois?

Cela veut-il dire que vous n’appliquez pas forcément les mêmes schémas de travail à Federer qu’à Wawrinka?

Est-ce que Federer a des aptitudes exceptionnelles par rapport à d’autres joueurs, dans le cadre des exercices que vous lui imposez?

Roger Federer vous étonne-t-il encore, quand vous lui proposez un exercice de réactivité compliqué qu’il réussit rapidement?

Vous fonctionnez par modules de travail, qui peuvent durer quelques jours ou quelques semaines. Pouvez-vous nous en parler?

Roger Federer a dit qu’il ne jouerait plus jusqu’à Roland-Garros: avez-vous planifié des modules d’entraînement avec lui?

Comment expliquez-vous qu’à 35 ans, Federer semble aussi fort, voire plus fort qu’il y a dix ans?

L’âge influence-t-il la manière dont vous travaillez avec lui?

Son organisme va-t-il lui permettre de jouer encore longtemps?

«Wawrinka est le sportif suisse le plus sous-estimé. Ce n’est pas normal»

Stan Wawrinka, c’est l’autre immense champion dont vous vous occupez. Vous êtes comblé avec de tels joueurs, non?

Wawrinka n’a exploité que tardivement tout son potentiel: il a remporté son premier Grand Chelem à 28 ans. Pourquoi ce délai?

Le sport est injuste…

Stan Wawrinka souffre-t-il de ce manque de reconnaissance?

Stan aussi peut-il jouer encore longtemps, lui qui a un jeu assez usant physiquement?