Passer au contenu principal

Roland-Garros 2012Federer: «Je suis heureux pour Nadal»

Roger Federer n'a pas paru surpris du 7e triomphe de Rafael Nadal à Roland-Garros. A Halle en Allemagne, il a dit que les demi-finales avaient déjà posé les bases d'un «méga week-end» parisien.

Roger Federer n'est pas paru surpris du 7e triomphe de Rafael Nadal à Roland-Garros.
Roger Federer n'est pas paru surpris du 7e triomphe de Rafael Nadal à Roland-Garros.
AFP

«Mais ce n'est pas parce que je m'attendais à une victoire de Rafa que ça doit enlever quelque chose à ce qu'il a accompli», a déclaré Federer, assurant étonnamment n'avoir vu «aucune image» de la finale entre Nadal et Novak Djokovic qui s'est terminée lundi.

Impressionné par «la capacité de l'Espagnol à surmonter chaque fois la pression, ce qui prouve que c'est un grand champion», le champion suisse l'était moins par le record historique du Majorquin, qui a passé d'une unité le Suédois Bjorn Borg dans les annales de Roland-Garros.

«Une fois les demi-finales en place, c'était sûr que ce serait un méga week-end: Novak pouvait faire un Grand Chelem sur deux saisons, Rafa s'imposer une 7e fois et moi viser une 17e victoire en Grand Chelem», expliqua encore Federer, privé de finale par le Serbe.

«Je suis heureux pour lui»

Que Nadal, avec ce 11e trophée, se rapproche de son record de 16 victoires en Grand Chelem? «Je n'y pense pas, affirma-t-il. On a des carrières si différentes que l'on ne peut pas vraiment comparer. Une approche différente, une philosophie différente, des titres différents... Je suis juste heureux pour lui en tant que joueur».

Halle, où il retrouvera Nadal, lance une saison sur herbe riche cette fois de deux sommets à Wimbledon: la 3e levée du Grand Chelem puis le tournoi des Jeux de Londres. Alors s'il fallait choisir entre un 7e sacre à «Wimby» ou les lauriers olympiques jamais coiffés en simple (double à Pékin 2008)?

«Honnêtement, les deux sont très difficiles à gagner, mais possibles», a admis Federer, ajoutant que le gazon augmentait ses chances par rapport à la terre rouge, «ne serait-ce qu'à cause de Rafa», tout comme le format d'une compétition disputée au meilleur de trois manches.

Quant à avoir une rue à son nom à Halle: «J'avais déjà des timbres en Autriche et en Suisse, mais une rue, jamais je n'y aurais pensé!»

si

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.