Passer au contenu principal

Il y a aussi des Federer au Bois-des-Frères

Les organisateurs du Swiss Open appellent le peuple genevois à venir en nombre dès ce mardi à Vernier.

Le spectacle promet d'être servi «chaud» cette semaine au centre sportif du Bois-des-Frères.
Le spectacle promet d'être servi «chaud» cette semaine au centre sportif du Bois-des-Frères.
GEORGES CABRERA

C’est un gros cri du cœur des organisateurs, un nouvel appel au peuple genevois pour qu’il vienne applaudir des sportifs tout aussi méritants que ces as de la raquette qui se défient dès cette semaine sur le gazon de Wimbledon. Il y a également des tas de Wawrinka et de Federer au Bois-des-Frères.

Coordinatrice du tournoi international de tennis en fauteuil roulant, Sabine de Kalbermatten-van Vliet en est pleinement convaincue. Elle invite les amoureux de sport et les autres à découvrir une compétition d’envergure qui réunit à Vernier, depuis plus de trente ans, les meilleurs athlètes du monde de la discipline. «Ce tournoi c’est un peu l’histoire de notre vie, s’enthousiasme cette Valaisanne, dont la passion est contagieuse. On aimerait juste que les sports handicap soient détaboutisés.» C’est un mot qu’elle a inventé pour encourager les gens à partager les valeurs humaines et les émotions de ces athlètes qui ne sont pas uniquement attachants.

«À croire que le sport handicap fait peur, les gens, qui ignorent tout de notre manifestation, hésitent à garnir les gradins et pourtant je peux vous assurer qu’avec la présence de huit à dix meilleurs joueurs et joueuses du monde, le spectacle, gratuit, est assuré.»

Dès ce mardi et durant cinq jours, il n’y a pas que le curry rouge – servi à la buvette – qui promet d’être relevé. Plus de 150 matches sont au programme avec 80 joueurs prêts à se dépasser, représentant 15 nations et répartis dans trois catégories (dames, hommes et quad). «Lors des dernières éditions, si on attirait 500 personnes, c’était un maximum», regrette Sabine de Kalbermatten-van Vliet, seule salariée de l’association, qui doit boucler un budget oscillant entre 380 000 à 400 000 francs. «Mon job est de trouver cet argent toute l’année avec un comité de bénévoles merveilleux dont une présidente, Rafaella Duvernay, qui va se retirer.»

Champion olympique de double avec Stéphane Houdet aux derniers Jeux paralympiques de Rio et ancien vainqueur à Genève de ce Swiss Open avec son coéquipier en 2011, 2015 et 2016, le Français Nicolas Peiffer sera, au même titre que sa compatriote Charlotte Famin (lauréate en 2016 et 2017 en double), l’une des principales têtes d’affiche d’un tournoi convivial où les athlètes adorent revenir, tous conscients que les organisateurs se plient en quatre pour qu’ils se sentent bien. «Ce tournoi sportif porte haut les couleurs de l’humanisme, de l’optimisme, du courage et du dépassement de soi», s’exclament-ils en chœur. Au public de monter à son tour au filet!

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.