Ewine Guscetti, une jeune battante au cœur du jeu

Volley-ballPour sa deuxième saison en LNA, Genève Volley fait confiance à une passeuse de 20 ans, formée au club. Un joli pari.

Ewine Guscetti, une tête bien faite et des mains en or.

Ewine Guscetti, une tête bien faite et des mains en or. Image: Frank Mentha

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis trois semaines, Uni Mail est devenue son univers matinal. Ewine Guscetti (20 ans) y étudie l’économie. Dans l’immense hall nimbé de verre et de lumière, la jeune femme déambule avec bonheur. Il y aurait ici bien assez d’espace pour jouer au volley-ball, son autre terrain d’expression. Une passion d’enfance que nulle distraction n’est parvenue à dissiper. Sa matu en poche, la collégienne rêvait de partir découvrir l’Amérique du Sud. «C’était un congé sabbatique prévu de longue date. J’en avais un peu marre de Genève», sourit-elle. Mais entre le Machu Picchu et la jungle amazonienne, le volley lui aurait trop manqué.

Alors, la passeuse a préféré visiter le State College of Florida pour y parfaire son anglais et ne pas perdre la main. Un semestre lui a suffi. Sympathique et édifiant. «C’était un déracinement utile pour m’aider à grandir, à mieux me connaître», dit-elle. Rayon volley, la leçon a été moins profitable. Il lui tardait de retrouver la salle Henry-Dunant, là où elle a tout appris, là où elle sait qu’elle n’a pas fini de progresser, surtout en constance et en assurance. À Genève, il y avait surtout la LNA qui lui tendait les bras.$

Comme un chef d’orchestre

Les palmiers de Bradenton et le mythe américain sont déjà loin. Ce samedi, c’est à Wattwil, dans le Toggenburg profond, qu’Ewine Guscetti se remet en jeu sous les couleurs de Genève Volley, son club de toujours. Le quitter – même momentanément – a été pour elle un crève-cœur. «Ça a été dur, reconnaît-elle. On venait de gagner le droit de monter en LNA. J’avais donné un coup de main à l’équipe, c’était un pas de plus, une nouvelle marche à franchir. Et puis je partais sans aucune garantie de retrouver ma place à mon retour.»

Elle s’est depuis rassurée: son nom figure bien dans l’effectif de Ludovic Gruel. En bonne place, comme il y a un an, aux côtés de la Vaudoise Kathleen Berger, avec laquelle elle partagera à nouveau le poste de passeuse. Club formateur, Genève Volley n’a pas pour habitude de jeter ses jeunes perles. Ce serait un gâchis, il met tant de soin à les cultiver. Ewine Guscetti avait 7 ans lorsqu’elle est tombée dans la marmite. «Le volley a tout de suite été une évidence pour moi. C’est un sport où le collectif prime, où l’on ne gagne jamais seul, où l’on perd ensemble. J’ai eu la chance d’être suivie par des entraîneurs compétents qui ont su me transmettre leur passion et leur savoir. Ce club, c’est ce qu’il y a de mieux pour moi. En plus, cette saison, je bénéficierai des conseils d’Aïda Shouk, l’ancienne passeuse de l’équipe nationale, intégrée au staff technique.»

Passeuse, la Genevoise l’a toujours été. Presque naturellement. «Bien sûr, quand on est plus jeune, on se dit qu’on n’est pas la star de l’équipe, que ce sont d’autres qui marquent les points. Mais on comprend vite qu’on agit au cœur du jeu, qu’on le dirige comme un chef d’orchestre. Il y a tellement de choix à faire, de décisions à prendre. C’est ça qui est palpitant.» Le rôle n’est-il pas aussi pesant, lourd de responsabilités, plus encore pour une novice en LNA? «Peut-être, mais ce n’est pas une pression qui m’accable. Je déteste perdre, je ne lâche rien. J’ai bossé dur pour retrouver mes marques et mon niveau. Je vais continuer à jouer comme je le sens, avec mon caractère et mes intuitions, en criant s’il le faut. Avec Kathleen, on s’entend bien. Entre nous, il y a une certaine rivalité, mais elle est saine et stimulante. Le club croit en nous et ça renforce notre confiance», répond l’étudiante.

Si les États-Unis sont derrière elle, Ewine Guscetti côtoie à Genève cinq joueuses américaines, dont quatre nouvelles venues! Des attaquantes pour lesquelles elle se mettra en quatre. «Tout le monde s’est bien adapté. Il y a une belle cohésion dans l’équipe et un vrai potentiel. La relégation, on va l’éviter. On vise plus haut. Ça serait chouette de disputer un jour un match de Coupe d’Europe avec mon club", s'enthousiasme la battante.

Créé: 09.10.2019, 16h49

Carte d'identité

Ewine Guscetti
20 ans
Née:
le 11 juin 1999 à Genève.
Taille: 1,76 m.
Club: Genève Volley.
Poste: passeuse.
Études: maturité en 2018, un semestre au State College of Florida en 2018, 1re année en sciences économiques à l’Uni de Genève.
Carrière sportive: commence le volley-ball à 7 ans à Genève Élite (puis Genève Volley). Premier match de LNB à 14 ans. Vice-championne suisse U23 et de LNB en 2018.

Gare à la peau de banane

Genève Volley démarre la saison ce samedi dans le fief du néo-promu Toggenburg et de ses trois recrues chinoises. Gare à la peau de banane! «Ce serait bien de ne pas y laisser des plumes», glisse Ludovic Gruel, conscient qu’un succès lancerait bien son équipe, six jours avant de recevoir le champion Neuchâtel à Henry-Dunant (vendredi 18 octobre à 20 h). Sur le papier, le coach français est convaincu qu’il possède tous les atouts pour ne pas se laisser effrayer par le spectre de la relégation. Seulement, c’est bien sur le terrain que les forces (et les faiblesses) se mesureront. Son souci actuel réside dans l’état de santé de sa libero Laetitia Perroud et de sa pointue américaine Lindsey Calvin, toutes deux blessées ces derniers temps. «En six semaines de préparation, je n’ai eu que deux fois mon contingent au complet à l’entraînement», déplore-t-il. P.B.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...