Passer au contenu principal

L'étape et le maillot jaune à Matthews

Michael Matthews (Sunweb) a remporté au sprint la 3e étape du Tour de Suisse entre Menziken et Berne sur 159 km devant Peter Sagan et John Degenkolb.

L'Australien Michael Matthews (Sunweb) a fait coup double en remportant au sprint la 3e étape du Tour du Suisse entre Menziken et Berne sur 159,3 km. Il s'est emparé du maillot jaune grâce aux bonifications.

Matthews s'est imposé au terme d'une étape de 159,3 km devant le champion du monde slovaque Peter Sagan (Bora) et l'Allemand John Degenkolb (Trek). Au jeu des bonifications, le sprinter australien a ravi le maillot de leader à Stefan Küng (BMC) et le voilà avec 10'' d'avance sur son partenaire néerlandais Tom Dumoulin, le vainqueur sortant du Giro, et 11'' sur Sagan.

Matthews a logiquement dépossédé Stefan Küng de sa tunique de leader. Bien décidé à s'accrocher à son maillot, le Thurgovien avait réussi à grappiller deux secondes de bonifications dans un sprint intermédiaire mais le final dans les rues de Berne s'est avéré trop difficile lorsque les leaders ont décidé d'attaquer. Perdant de plus en plus de positions au sein du groupe de tête, Küng a dû laisser filer la meute. «Même si j'avais pu soutenir le rythme, je n'aurais pas réussi à défendre ce maillot», a reconnu le Thurgovien avec philosophie. J'ai perdu ma position derrière mes coéquipiers. Du coup, c'était très difficile de revenir à l'avant de la course et j'ai laissé énormément d'énergie.»

Le meilleur Suisse n'est donc plus Stefan Küng mais Michael Albasini. Le coureur d'Orica est 5e à 20'' de Matthews. Küng se retrouve 12e à 26''. «Je peux être satisfait de mon classement, a avoué le coureur de 36 ans. A la fin je ne pouvais pas faire plus. Au final, ceux qui aiment les pavés se sont retrouvés devant. Cela m'a coûté pas mal d'énergie. Et franchement, perdre face à de tels sprinters n'est pas honteux.» Mais Michael Albasini a tenu aussi à revenir sur le final dans la Ville de Berne. Un final spectaculaire mais assez dangereux pour les coureurs: «C'était éprouvant parce que tu devais être extrêmement attentif. Alors c'était certainement plus intéressant pour les spectateurs que pour les coureurs. Tout dépend du point de vue.»

Place à la montagne

Il s'agissait de l'une des dernières occasions de s'imposer pour les sprinters avant d'attaquer la montagne dès mardi avec une arrivée en altitude à Villars dans les Alpes vaudoises et des passages à plus de 10%. Une occasion pour les favoris de creuser des écarts avant l'étape reine de vendredi qui s'achèvera en Autriche à Sölden.

Après le départ à Menziken, deux hommes ont réussi à creuser l'écart: le Danois Lasse Norman Hansen (Lotto Soudal), déjà aux avant-postes la veille et le Néerlandais de Roompot, Elmar Reinders. Les deux hommes comptaient encore plus de 4 minutes d'avance à 45 km de l'arrivée. Hansen, spécialiste de la piste et champion olympique de l'omnium à Londres en 2012 en profitait pour conforter un très provisoire maillot de meilleur grimpeur qu'il a peu de chances de conserver mardi. Reinders se relevait à 25 km du but et Hansen cédait lui à 13 km de l'arrivée, non sans avoir grappillé quelques nouveaux points dans une dernière côte.

Sur un final montant qui voyait le peloton se morceler, Matthews remportait au sprint sa 2e victoire de la saison, après son succès dans la 1re étape du Tour du Pays basque. L'Australien avait remporté l'an passé la 10e étape du Tour de France.

(si)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.