Équipe de Suisse: c'est le moment où jamais!

FootballLa sélection de Vladimir Petkovic est à un peu plus de deux jours de son entrée dans le Mondial, face au Brésil. Elle a un joli coup à jouer.

Vladimir Petkovic et ses joueurs sont en confiance. Cela suffira-t-il contre le Brésil?

Vladimir Petkovic et ses joueurs sont en confiance. Cela suffira-t-il contre le Brésil? Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'est maintenant ou jamais pour l'équipe de Suisse! La Coupe du monde en Russie qu'elle débutera ce dimanche à Rostov-sur-le-Don contre le Brésil est bien «le» tournoi qui doit lui permettre d'écrire l'histoire comme elle en nourrit l'ambition.

Cette Coupe du monde sera la dernière livrée par le capitaine Stephan Lichtsteiner, sept fois champion d'Italie avec la Juventus, et par Valon Behrami, ce formidable leader. Elle survient par ailleurs à l'instant précis où les champions du monde M17 de 2009, Ricardo Rodriguez, Granit Xhaka et Haris Seferovic, sont, l'année de leurs 26 ans, sans doute au pic de leur carrière.

La remarque vaut également pour Xherdan Shaqiri qui est né un an plus tôt que le trio revenu cousu d'or du Nigeria. Qui peut donc affirmer que l'équipe de Suisse sera un jour plus forte que celle qui évoluera en Russie?

Une Suisse en confiance et rodée

La confiance sera donc de mise et l'équipe pourra également s'appuyer sur un collectif parfaitement rodé. Par rapport au onze de départ du 8e de finale contre la Pologne à Saint-Etienne, seuls deux changements sont attendus dimanche: Manuel Akanji pour Johan Djourou en défense centrale et Steven Zuber pour Admir Mehmedi, qui est blessé, sur le côté gauche de la ligne de trois derrière l'attaquant de pointe.

L'attaquant de pointe sera ainsi toujours Haris Seferovic. Malgré les difficultés qu'il traverse depuis des mois au Benfica et les sifflets à son encontre lors du barrage retour contre l'Irlande du Nord - où il avait, il est vrai, raté des «montagnes» -, le Lucernois conserve la confiance de Vladimir Petkovic. Le «Mister» apprécie son registre technique dans le jeu court et la qualité de ses appels.

Seulement, Haris Seferovic pêche trop souvent dans le dernier geste pour que le débat sur la question de l'attaquant de pointe demeure ouvert depuis la retraite d'Alex Frei en 2011. On voit mal l'équipe de Suisse aller très loin dans cette Coupe du monde s'il n'est pas résolu au plus vite.

Haris Seferovic aura donc les cartes en main dimanche face à la Seleçao. Mais il sait parfaitement que Vladimir Petkovic bénéficie d'un autre atout dans sa manche en la personne de Mario Gavranovic.

Impressionnant à l'entraînement, le Tessinois sera plutôt un recours pour le match contre la Serbie, le 22 juin à Kaliningrad. Un match que la Suisse devra impérativement gagner pour préserver ses chances de qualification pour les huitièmes de finale si la défaite devait être au rendez-vous dimanche à Rostov-sur-le-Don.

Brésil: aucune faiblesse

Car ce Brésil 2018 semble irrésistible depuis le retour tonitruant de Neymar aux affaires. Buteur contre la Croatie et l'Autriche lors des matches de préparation, l'attaquant du PSG a fait oublier à tout le monde qu'il avait été victime d'une fracture du cinquième métatarsien le 25 février dernier.

Neymar de retour, le Brésil ne doute plus de rien. Tite n'a-t-il pas réussi depuis deux ans à bâtir une équipe qui non seulement attaque merveilleusement bien, mais aussi qui défend à la perfection? Sur le papier, ce Brésil n'a aucune faiblesse. Sur le papier, le Brésil file irrésistiblement vers la conquête d'une sixième Coupe du monde.

Et pourtant... Ne pas donner une chance à l'équipe de Suisse dimanche est absurde, en fonction de sa faculté de défendre en équipe, de resserrer les espaces et de couper les lignes de passes. Et elle possède avec Xherdan Shaqiri un homme capable de réussir à n'importe quel moment d'une rencontre un coup de folie.

Personne n'a oublié son but venu d'ailleurs il y a deux ans contre la Pologne. Et aussi ses offrandes à Granit Xhaka et à Josip Drmic en 2014 contre l'Argentine. Si dimanche est son jour de grâce, le Bâlois sera peut-être le plus «Brésilien» des acteurs sur la pelouse. (ATS/nxp)

Créé: 15.06.2018, 10h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.