Passer au contenu principal

Tennis«Stanimal» est lâché!

Stan Wawrinka a sorti Daniil Medvedev au bout de cinq sets de très haut niveau. Une performance majuscule (6-2, 2-6, 4-6, 7-6, 6-2).

Novak Djokovic s'en va après la traditionnelle séance photos du vainqueur de l'Open d'Australie au lendemain de son titre.
Novak Djokovic s'en va après la traditionnelle séance photos du vainqueur de l'Open d'Australie au lendemain de son titre.
Keystone
Novak Djokovic prend la pose avec le trophée Norman Brookes Challenge au lendemain de son sacre.
Novak Djokovic prend la pose avec le trophée Norman Brookes Challenge au lendemain de son sacre.
Keystone
Le Canadien Denis Shapovalov, classé 13e joueur mondial, a perdu ses nerfs et la partie face au Hongrois Marton Fucsovics.
Le Canadien Denis Shapovalov, classé 13e joueur mondial, a perdu ses nerfs et la partie face au Hongrois Marton Fucsovics.
AFP
1 / 54

Melbourne Park a retrouvé «Stanimal»! Après deux éditions frustrantes, Stan Wawrinka a signé ce lundi l’une de ses meilleures performances en Grand Chelem pour renverser la belle assurance de Daniil Medvedev (4e mondial) au bout d’un match à rebondissements (6-2, 2-6, 4-6, 7-6, 6-2). Impérial au premier set, le Vaudois a ensuite su trouver les ressources pour s’extraire du piège que lui avait patiemment tendu le finaliste du dernier US Open. Il disputera donc mercredi, contre Andrey Rublev ou Sascha Zverev, un cinquième quart de finale à Melbourne, son deuxième de suite en Grand Chelem après celui perdu à New York contre ce même Daniil Medvedev.

Et dire que Stan Wawrinka a passé une partie de la semaine dernière cloué au lit! Ce rappel mêlé au niveau de jeu proposé ce lundi après-midi sur la Margaret Court Arena laisse sans voix. Parce qu’il s’agit ici de ne pas se tromper: Daniil Medvedev a posé sur le court tout ce qui en a fait le tube du circuit durant le deuxième semestre 2019. Premier service effrayant, jeu de contre anesthésiant, le Russe oblige son adversaire à jouer sur un fil; ce que Stan Wawrinka avait réussi à la perfection durant une première manche immaculée (82% de première balle, 16 coups gagnants).

Tie-break parfait

Le champion 2014 baissa-t-il légèrement de niveau par la suite? Un peu, au début. Mais hormis le premier break concédé au deuxième set, le Vaudois n’avait pas grand-chose à se reprocher. Il faisait le jeu, ne cessait de varier ses approches en s’obligeant à choisir le bon moment. Une attitude qui lui a permis de rester au contact alors que le Russe tissait sa toile avec maestria. Stan Wawrinka a-t-il seulement senti le vent de la défaite souffler lorsque Daniil Medvedev arma deux paires d’aces pour le priver d’un break au quatrième set? Il n’en montra rien. Et le tie-break qu’il sortit alors de son chapeau est à ranger au musée tant il fut parfait.

À partir de là, la Margaret Court Arena était devenue le territoire de «Stanimal», ce joueur lancé comme une locomotive qui ne pense plus et que rien ne peut arrêter. «Encore un match fou dans un ambiance incroyable. Le niveau était très élevé, je suis ravi de pouvoir continuer à jouer aussi bien devant vous, appréciait Stan Wawrinka dans son interview sur le court. J’avais un peu égaré ma confiance aux deuxième et troisième sets. Mais j’ai lutté avec moi-même pour la retrouver.» Au point d’aller fixer son jeu à des hauteurs qui ne connaissent pas de limites. Comme au bon vieux temps.

Mathieu Aeschmann, Melbourne

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.