D'abord timoré, Roger Federer a ensuite régalé

TennisAprès un set de rodage, le Bâlois s’est défait avec la manière de Lucas Pouille (7-5, 6-2, 7-6). Son niveau de jeu monte pile au bon moment.

Roger Federer monte en puissance. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Roger Federer va pouvoir profiter d’un «Middle Sunday» en famille, il est en huitièmes de finale de Wimbledon et tout est sous contrôle. Ou presque. Samedi en fin d’après-midi, le Bâlois a dompté la puissance de Lucas Pouille en deux temps: à l’énergie au fil d’une première manche incertaine (7-5), avec plus de dynamisme et d’inspiration dans la deuxième (6-2) et à l’expérience pour conclure (7-6).

Avec le Français – 28e joueur mondial, quart de finaliste à Church Road en 2016 – Roger Federer se voyait proposer son premier vrai test de la quinzaine. Il l’a empoigné dans un premier temps avec les mêmes limites que lors de ses deux premiers tours, surtout côté revers. Toujours aussi virtuose en slice, «le Maître» cherche en effet depuis quelques jours à lâcher son revers lifté dans le bon timing. Il y est finalement parvenu au milieu de la deuxième manche grâce à deux passings gagnants sur la route d’un double break d’avance.

Avant cela, «RF» avait cravaché pour rester au contact durant un premier set bien empoigné par Lucas Pouille. Puissant et précis en retour, le Français s’octroyait logiquement deux balles de break, à 3-3 et 5-5. Or comme souvent face à Roger Federer, les occasions manquées se transformèrent en pression sur le jeu suivant. Deux grosses fautes directes plus loin, le protégé d’Amélie Mauresmo offrait la manche au maître des lieux, tout heureux d’éviter le tie-break (7-5).

Le deuxième set fut un cavalier seul porté par le relâchement progressif du «Maître». Retenons des séquences de couverture de filet impeccables, les deux revers cités plus haut et, surtout, ce passing bout de course en coup droit dont le coup de poignet est déjà à ranger au musée des merveilles (6-2).

Dans la troisième manche, Lucas Pouille serrait le jeu derrière son service pour transformer la partie en un vrai match de gazon. Le niveau montait, la tension avec. Et c’est donc assez logiquement au tie-break que «RF» passa l’épaule avec une autorité rassurante en vue de la deuxième semaine (7-4). Le Bâlois la débutera lundi contre Matteo Berrettini (ATP 20), titré à Stuttgart et révélation de la saison; lequel a sauvé deux balles de match pour se défaire de Diego Schwartzman en cinq sets.

Créé: 06.07.2019, 19h55

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...