Passer au contenu principal

Le CTT Carouge s'est mis à table dans ses nouveaux murs

Inaugurée récemment, la nouvelle salle de l'Ecole du Val d'Arve fait le bonheur des pongistes et des dirigeants du club.

Les présidents Daniel Pauli et Raymond Marcelly se mettent à table volontiers dans leur nouvelle salle du Val d'Arve.
Les présidents Daniel Pauli et Raymond Marcelly se mettent à table volontiers dans leur nouvelle salle du Val d'Arve.
DR

Le TTC Carouge est un club vénérable, fondé en 1950, qui n’a jamais défrayé la chronique. Une vie sans histoire? Sûrement pas. Ses annales racontent les petites histoires d’une grande passion, celle pour une petite balle en celluloïd de 2,7 grammes qui peut fuser à près de 200 km/h. Une passion partagée, née dans une arrière salle de bistrot, puis cultivée dans une classe d’école et une ancienne cave à pommes de terre des Pervenches. C’est dire si les pionniers du Pointillons TTC seraient éberlués en découvrant la nouvelle salle dans laquelle leurs héritiers se mettent aujourd’hui à table, le coup de raquette solide. Ce bijou pour pongistes vient d’être inauguré en présence des autorités communales.

Au Val d’Arve, Raymond Marcelly est un président d’honneur heureux. Sa persévérance a été récompensée. Voilà plus de dix ans qu’il appelait de ses voeux la réalisation d’un local plus fonctionnel, qui réponde aux normes officielles. Celui de l’Ecole des Promenades avait fait son temps - un demi-siècle! Jugé trop exigü et trop bas de plafond, il n’avait toutefois pas empêché Gerhard Auer et ses coéquipiers de monter en 1983 en LNA. Ascension éphémère. Depuis, le ping-pong carougeois a connu des hauts et des bas, toujours fidèle à sa vocation populaire, jamais bling-bling.

«On a désormais deux équipes en LNC. Monter plus haut, pourquoi pas, mais ce n’est pas une ambition absolue. Il n’est pas facile de garder nos jeunes, affirme Daniel Pauli, l’actuel président du club. «L’élite à tout prix, en engageant des mercenaires, non merci. Par nature, on préfère l’esprit convivial. Chez nous, on pratique le tennis de table à tout âge, mieux encore que les lecteurs de Tintin», ajoute Raymond Marcelly. Sur une centaine de membres, le CTT Carouge compte 40% de jeunes pratiquants et un tiers de licenciés, dont Amanda Fauvel, double médaillée de bronze lors des derniers championnats de Suisse élite.

Tous, y compris le club des aînés, pensionnaire des lieux, sont ravis de pouvoir s’adonner à leur passion dans cet espace flambant neuf, sobre et spacieux. Si le projet a mis du temps à se réaliser, le résultat final est superbe. «On est reconnaissant aux autorités carougeoises de nous avoir fourni un outil de travail aussi bien adapté, surtout après la pose d’un revêtement anti-dérapant», se réjouissent les deux dirigeants. Dans ce sous-sol lumineux, douze tables peuvent être disposées pour l’entraînement. Ou quatre dans une version tournoi, avec extension dans la salle de gym attenante, accessible par un couloir souterrain. Et pourquoi pas n’en dresser qu’une à l’occasion d’un match international? Ce serait l’occasion de mettre le tennis de table genevois à l’honneur et de découvrir une installation de qualité.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.