Chênois n’a pas vraiment eu le temps de se faire peur

Volley-ballVainqueurs 3-0 de Lutry-Lavaux, les Genevois ont dû cravacher ferme pour ne pas jouer les prolongations.

Image trompeuse: le top-scorer genevois Quentin Zeller s’est souvent joué du bloc vaudois.

Image trompeuse: le top-scorer genevois Quentin Zeller s’est souvent joué du bloc vaudois. Image: Pierre Albouy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il n’y a pas qu’un filet qui sépare et différencie deux équipes de volleyball. Il y a un rapport de force, un contraste émotionnel et ce score, souvent impitoyable, qui tranche dans le vif, comme une lame sans états d’âme. Samedi, sur le parquet de Sous-Moulin, alors que l’international suisse Quentin Zeller venait de marquer le point décisif, il y avait, d’un côté, beaucoup de frustration, et de l’autre, un certain soulagement. Car si Lutry-Lavaux a fini, logiquement, par subir la loi de Chênois (comme contre Amriswil et le LUC), le néo-promu a été tout près d’embarquer son rival genevois dans un quatrième set de tous les espoirs ou de tous les dangers.

Du travail bien fait

Après une relégation volontaire et trois saisons de reconstruction en LNB, le club vaudois a décidé de se remettre crânement à la table des grands. L’appétit vient en grignotant. Jérôme Corda est toujours là, avec son accent marseillais et sa bande de «fadas». Des jeunes sans complexe, à l’image du pointu Johan Lin, un grand blond capable du meilleur comme du pire. Seulement, ses prouesses sont aussi épisodiques que ses maladresses sont encore rédhibitoires. Durant deux sets, l’attaquant de 21 ans a été bien malgré lui le baromètre de son équipe. «On a commis trop de fautes. Des fautes qui tuent», résumait le coach provençal à l’issue de la partie.

Durant une heure, face à un adversaire aussi fragile, Chênois n’a pas vraiment eu à forcer son talent pour imposer sa supériorité athlétique et prendre les devants. Nenad Sormaz tapait fort, Zeller frappait juste et l’immense central Edin Musabegovic (2,10 m) veillait au bloc. Du travail bien fait, solide et parfois bien léché. À 3-0 à l’entame de la troisième manche, on s’est dit que Lutry-Lavaux allait très vite passer à la casserole. Faux, en habile empêcheur de tourner en rond, Jérôme Corda avait décidé de rebrasser ses cartes. Exit Lin, remplacé à son poste par l’Australien Tim Taylor — le seul pro du contingent vaudois —, jusque-là pas toujours très inspiré sur son aile.

«Les cerveaux à l’envers»

«Pour gagner en stabilité, il fallait changer quelque chose», explique le coach du néo-promu. Pari gagné: jusqu’à 21-23, son équipe a tenu le choc et c’est Chênois qui s’est mis à perdre les pédales. «Cette rocade tactique nous a perturbés», reconnaît Zeller. «Brusquement, on a tous eu le cerveau à l’envers», s’exclame Yann Prönnecke, le libéro chênois, passé par Lutry-Lavaux. Alors, le match a pris une autre dimension. Le «petit» qui bouscule le «grand». La logique qui vacille et la raison du plus fort qui finit par triompher sur la cinquième balle de match. Cardiaques, s’abstenir.

Des regrets, Marc Briquet et ses coéquipiers peuvent en nourrir. «On avait les moyens de ne pas rentrer bredouilles», affirme le capitaine vaudois en quittant le parquet, le regard bas et la tête haute. Et d’ajouter: «Dommage, on subit encore trop le cours des événements. Mais l’envie est là. On va continuer de bosser, de se battre. Ce serait bête de rater les play-off et terminer la saison en février déjà. Ce serait pire qu’une relégation, qui ne menace d’ailleurs personne cette saison…» De l’autre côté du filet, l’euphorie reste mesurée. «Pourquoi se compliquer autant la vie?» s’interroge Quentin Zeller en évoquant cette perte de maîtrise passagère, «ces erreurs débiles». Le top scorer genevois ne doute pourtant pas que Chênois saura tirer profit de ses imperfections. «On a encore une énorme marge de progression», assure-t-il. À vérifier ces prochaines semaines à Amriswil et Schönenwerd.

Créé: 03.11.2019, 20h02

Chênois - Lutry-Lavaux 3-0

Sets: 25-22 25-17 29-27
Sous-Moulin, 250 spectateurs.
Arbitres: Jungen et Milos.
Chênois: L. Sormaz, Musabegovic 8, N. Sormaz 11, Dos Santos 6, Ruca 6, Zeller 15; Prönnecke, Cazeaux. Jaquet 1, Hofmans 7.
Lutry-Lavaux: Ineichen 1, Maulat 2, Taylor 19, Lin 7, Pittet 5, Secrétan 3; Patrouilleau, Schiffer. Durussel, Briquet, Jauffret 4, Rémy 1.
Note: Chênois sans D. Abramov (blessé).

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Hong Kong: un pays, deux systèmes
Plus...