À Carouge, le water-polo s’offre un entraîneur pro

Water-poloJamal Khettabi, président de Carouge Natation, explique sa démarche.

Jamal Khettabi, président de Carouge Natation, espère permettre à ses poloïstes de franchir un palier.

Jamal Khettabi, président de Carouge Natation, espère permettre à ses poloïstes de franchir un palier. Image: LUCIEN FORTUNATI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

À la piscine de la Fontenette, on n’a pas pour habitude de noyer le poisson. Lorsqu’il y a des vagues, on plonge directement au nœud du problème pour que tout le monde puisse continuer de nager en plein bonheur. Après la démission de l'entraîneur hongrois Zoltan Hyc, qui occupait également depuis huit ans la fonction de directeur technique, les dirigeants de Carouge Natation ont décidé de repartir sur de nouvelles bases.

C’est le Grec Tasos Pirpiris qui va désormais mener au mieux la formation sarde avec la tâche de faire mieux que la saison dernière où les résultats étaient plutôt médiocres (7e et avant-dernier du championnat de LNA). Mais comment une équipe de water-polo en Suisse, qui ne baigne pas dans de l’or, peut-elle engager un entraîneur professionnel?

Jamal Khettabi, President depuis mars 2017, n’élude pas la question. «Vous savez, la Commune nous fait tellement confiance que nous aimerions franchir un palier, expliquet-il. Comme on l’a fait pour la natation, où on est passé de deux à une trentaine de compétiteurs en deux ans, cela nous a poussés à revoir nos plans.»

Un poste à 60%

Dans son esprit, «c’est aussi limpide que de l’eau de roche» mais, s’il joue la carte de la transparence, le salaire du nouveau coach reste malgré tout tabou.« Mais cela ne coûte pas autant que vous le pensez, souligne cet architecte. Il s’agit d’un poste à 60%.»

C’est toutefois après de longues recherches que l’oiseau rare a posé ses valises au bord de l’Arve. «Vous savez comment je m’y suis pris pour le choisir? Je n’ai pas contacté d’agent. Via Internet, j’ai envoyé des e-mails et téléphoné à gauche et à droite. À force de poser des questions, je suis tombé, deux mois plus tard, sur plusieurs candidats, tous des pros, dont ce Grec qui possédait le meilleur profil.»

«Vivre notre passion»

Alors que, dans l’eau, le Hongrois Levente Szabo a aussi été engagé en remplacement de son compatriote David Szedmak, le club carougeois peut compter sur de généreux donateurs. «Le water-polo n’est pas à vrai dire très porteur, raison pour laquelle on compte surtout sur les subventions de la Commune de Carouge, de Genève Sport et de petits sponsors pour boucler notre budget. Mais ce sont surtout les cotisations (400 francs par saison) qui nous permettent de vivre notre passion.»

Le championnat reprendra ses droits en octobre. À la Fontenette, les poloïstes carougeois sont prêts à se jeter à l’eau et noyer leur bonheur dans l’ouzo… (TDG)

Créé: 04.09.2018, 23h17

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Maldive, nouveau refuge de DAECH
Plus...