Les Brésiliens crient à la Fifa de «rentrer» en Suisse

Mondial 2014Aux cris de «Hé Fifa, retourne en Suisse!», quelques milliers de manifestants ont bloqué la circulation jeudi dans plusieurs grandes villes du Brésil à 28 jours du Mondial, notamment à Sao Paulo.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A Sao Paulo, ville du match d'ouverture du Mondial le 12 juin, la police a dispersé en début de soirée, avec des gaz lacrymogènes, un groupe de manifestants qui avaient enflammé des barricades.

Des images aériennes de TV Globo montraient quelques casseurs en train de saccager un concessionnaire d'un fabricant automobile partenaire officiel du Mondial.

Au moins 20 manifestants ont été interpellés avant d'être relâchés pour 13 d'entre eux. Deux photographes de presse ont été légèrement blessés.

A Rio de Janeiro et Brasilia, la police a également fait usage de gaz lacrymogène pour disperser des petits groupes de manifestants.

Convocation sur les réseaux sociaux

Les anti-Mondial brésiliens avaient convoqué des manifestatations sur les réseaux sociaux pour mesurer leur capacité de mobilisation à l'approche de la coupe du Monde.

Les manifestations ont réuni en tout environ 10'000 personnes à Sao Paulo, Rio, Brasilia, Belo Horizonte, Porto Alegre et Manaus. Encadrées de très près par les forces de l'ordre, elles se sont déroulées très majoritairement de façon pacifique et même festive, autour du slogan «Coupe sans le peuple, me revoilà dans la rue!». Les principales manifestations ont eu lieu dans la mégapole de Sao Paulo, où plusieurs cortèges tout au long de la journée, ont réuni 6000 personnes, selon les autorités.

«Fifa go Home!»

Dans la matinée, quelque 3000 membres du Mouvement des travailleurs sans toit (MTST) avaient brûlé des pneus aux abords du stade Itaquerao, où aura lieu le match d'ouverture Brésil-Croatie. A Recife (nord-est) où la police militaire (PM) est en grève depuis trois jours, certains habitants en ont profité pour piller des magasins. Plusieurs personnes ont été arrêtées. A Rio, 700 manifestants, certains enroulés dans des drapeaux brésiliens, ont protesté devant la gare Central do Brasil. Ils ont brûlé un énorme billet symbolique d'entrée pour un match aux cris de «Fifa go Home!».

A Brasilia, 200 manifestants se sont concentrés près de la gare routière. «Dilma, écoute, pendant la Coupe il y aura de la lutte», scandaient les protestataires. «Le peuple n'a pas accès à la Coupe et tout cet argent public aurait dû être investi ailleurs.

La seule façon de changer le pays est de descendre dans la rue», a déclaré à l'AFP Karina, une étudiante de 19 ans, membre d'un groupe féministe à Sao Paulo.

Parmi les autres organisations ayant appelé à manifester jeudi figurent les Comités populaires de la Coupe, qui s'opposent aux entraves aux droits de l'homme dans l'organisation du Mondial, et le mouvement étudiant «Passe livre» (MPL). Ce dernier lutte pour la gratuité des transports et avait été à l'origine de la fronde sociale masssive de juin 2013 au Brésil, en pleine Coupe des Confédérations.

Fronde sociale

«Il n'y a pas de quoi paniquer à l'idée d'accueillir trois millions de touristes brésiliens et 600'000 étrangers» dans le pays pendant le Mondial, a assuré le ministre des Sports, Aldo Rebelo, dans une audience au Sénat jeudi. La présidente Dilma Rousseff a assuré de son côté, lors d'une cérémonie publique, que les Brésiliens «sauront très bien recevoir leurs visiteurs». L'ancien président Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010), parrain politique de la présidente, candidate à la réélection en octobre a déploré que la coupe de soit «politisée». «Le pays est prêt pour organiser une grande Coupe du Monde», a affirmé Lula qui avait obtenu en 2007 le droit d'organiser le Mondial.

La présidente Rousseff, favorite à sa réélection en octobre bien qu'en baisse dans les sondages, est confrontée à un scénario complexe à l'approche du Mondial et des élections générales d'octobre, propices à l'éclosion de grèves sectorielles.

Après une grève des conducteurs d'autobus à Rio au cours de laquelle 708 autobus ont été saccagés, apparemment par des grévites, les professeurs des écoles publiques de Rio sont en grève depuis lundi, ainsi que les fonctionnaires du ministère de la Culture.

A Recife (nord-est) les policiers militaires et agents pénitentiaires sont en grève depuis mercredi alors que la police fédérale, qui contrôle notamment l'accès aux frontières, a menacé de garder les bras croisés pendant le Mondial, avant finalement de renoncer.

En juin 2013, une fronde sociale massive avait ébranlé le pays contre les sommes colossales investies dans la construction des stades au détriment des services publics. (afp/nxp)

Créé: 16.05.2014, 08h14

Galerie photo

Les stades du Mondial 2014

Les stades du Mondial 2014 Sur les 12 stades du Mondial, 8 sont fin prêts, 2 en voie d'achèvement et 2 engagés dans une course contre-la-montre.

Articles en relation

Le prix de la bière n'augmentera qu'après le Mondial

Brésil Le prix de la bière et des boissons gazeuses, dont la consommation devrait atteindre des sommets pendant la Coupe du monde de football, ne sera augmenté qu'après le coup de sifflet final, a promis mardi un ministre. Plus...

Hitzfeld a choisi ses joueurs pour aller au Brésil

Mondial 2014 Le sélectionneur helvétique avait rendez-vous mardi avec les médias à 11 heures au siège de Credit Suisse à Zurich. Voici sa liste pour le Mondial. Plus...

Ces stades qui donnent des sueurs froides à la FIFA

Mondial 2014 A un mois du coup d'envoi du Mondial, quatre des douze stades, dont celui où se disputera le match d'ouverture Brésil-Croatie, sont toujours en travaux. Plus...

Un ouvrier meurt électrocuté à Cuiaba

Mondial au Brésil Un ouvrier qui travaillait sur le chantier du stade de Cuiaba, un des quatre encore inachevés sur les douze du Mondial 2014, est décédé jeudi par électrocution, a-t-on appris auprès des autorités. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...